DELLYS FORUMACTIF

BIENVENU(E) sur votre forum!
DELLYS FORUMACTIF

Le forum de toutes et tous les Dellyssien(ne)s


    Tunisie La rue gronde

    Partagez
    avatar
    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2494
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Tunisie La rue gronde

    Message par FEDERER le Jeu 30 Déc - 19:45

    SALUT

    Le chômage, la cherté de la vie et le sentiment d'être laissés-pour-compte dans des régions défavorisées, sont à l'origine d'une récente flambée de mécontentement dans le centre-ouest de la Tunisie où des affrontements ont opposé manifestants et forces de l'ordre.

    Le taux de chômage élevé des diplômés universitaires, la hausse des prix des matières premières et le recours au secteur agricole seulement sont à l'origine des troubles», a estimé le président de la section régionale de la Ligue des droits de l'Homme, Raouf Nsiri.

    La région de Sidi Bouzid à 265 km au sud de Tunis est en proie à des troubles sociaux depuis le 19 décembre, à la suite de la tentative de suicide d'un jeune diplômé de l'université, vendeur sans permis de fruits et légumes qui s'était fait confisquer sa marchandise par la police municipale.
    Désespéré, le jeune homme s'était aspergé d'essence pour s'immoler par le feu.

    Il a survécu mais se trouve dans un état critique. Cinq jours plus tard un autre jeune a mis fin à sa vie en s'électrocutant au contact de câbles électriques. «Le chômage est la conséquence immédiate avec tout ce qui peut s'ensuivre», a expliqué Touhami Héni, responsable régional de l'Union générale des travailleurs tunisiens. Le chômage des jeunes diplômés de l'université constitue un fléau en Tunisie contre lequel le gouvernement a été mis en garde par les institutions internationales dont le Fonds monétaire international.

    Son taux atteindrait le double du taux de chômage global, estimé officiellement à 14%. «La défaillance du modèle de développement, qui a provoqué une inégalité entre les régions, a débouché sur le fait que 90% de projets sont localisés dans les régions côtières et 10% dans les régions intérieures», affirme l'opposant Rachid Khéchana. Selon lui, cette «disparité s'est accentuée avec l'arrivée sur le marché de travail de plusieurs milliers de diplômés originaires de ces régions enclavées».

    La population de Sidi Bouzid vit essentiellement d'élevage de bétail et du commerce informel. Cette région est limitrophe de Gafsa, une zone minière qui a connu en 2008 des protestations similaires contre le chômage et la cherté de la vie. Des affrontements avaient également eu lieu en août dernier, à Ben Guerdane, à cause de restrictions apportées par la Libye au commerce informel vital pour les habitants de cette région. Face à la vague de manifestations dans la région de Sidi Bouzid, le gouvernement a d'abord dénoncé une manipulation à des fins politiques «malsaines» avant de prendre des mesures urgentes en faveur de la région.

    Ces mesures annoncées par le ministre du Développement, Mohamed Nouri Jouini, portent sur la création d'emplois et des projets pour un montant de 15 millions de dinars (7,86 millions d'euros). Les manifestations se sont néanmoins poursuivies alors que des rassemblements de solidarité étaient organisés dans plusieurs villes de Tunisie et à Paris.

    «Le travail est un droit légitime pour toute personne mais sa revendication ne se fait pas par la violence», a souligné M. Jouini. Dans le même sens, le parti social libéral (PSL, proche du gouvernement) a dénoncé le recours à la violence, préconisant le dialogue pour faire avancer les revendications sociales.assomer

    Source: R. I. / Agences


    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Tunisie La rue gronde

    Message par PHOENIX le Lun 10 Jan - 18:04



    Manifestations mortelles en Tunisie

    Une vingtaine de personnes sont mortes lors d'affrontements avec la police, selon l'opposition. A Pantin, «petite explosion» devant le consulat.

    Un dirigeant de l’opposition a fait état dimanche d’au moins 20 personnes tuées par balles à Thala et Kasserine, dans le centre-ouest de la Tunisie. «Les informations qui nous proviennent de Kasserine et Thala font état d’au moins vingt morts tombés sous les balles depuis samedi dans des affrontements qui se poursuivaient ce matin même», a déclaré à l’AFP Ahmed Nejib Chebbi, chef historique du Parti démocratique progressiste (PDP, opposition légale). «On a tiré sur les cortèges funèbres», a-t-il affirmé, expliquant tenir ses informations des relais de son parti dans les deux villes.

    Affirmant vouloir attirer l’attention du chef de l’Etat sur «la gravité de la situation», Ahmed Nejib Chebbi l’a appelé à «faire cesser le feu immédiatement». «J’adresse un appel urgent au président de la République pour lui demander de faire cesser le feu immédiatement afin d’épargner la vie des citoyens innocents et de respecter leur droit à manifester», a-t-il déclaré.

    Selon des témoignages concordants recoupés par l’AFP, au moins quatre personnes ont été tuées dimanche et plusieurs blessées par balles à Kasserine, à 290 km au sud de Tunis. Ces sources affirment que le bilan devrait s’alourdir dans les heures à venir en raison d’un «grand nombre de blessés graves». Sur les quatre tués dans des affrontements avec la police, trois ont été tués par balles et identifiés.





    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Tunisie La rue gronde

    Message par PHOENIX le Lun 10 Jan - 18:05



    C'est comme en Algerie mais en plus grave vu le nombre de morts mais enfaite quelle est la plus grande dictature: Algerienne ou Tunisienne???.


    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2494
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Re: Tunisie La rue gronde

    Message par FEDERER le Mer 12 Jan - 20:32

    salut

    De violents affrontements se sont poursuivis entre la nuit de samedi et ce dimanche matin ayant entrainé plus de 50 morts dans les villes de Thala (16), Kasserine (22), Meknassi (2), Feriana (1) et Reguab (Cool. Les forces spéciales et des milices parallèles (escadrons de la mort) ont utilisé des balles réelles pour venir à bout des manifestations qui ont duré jusqu’à l’aube de la matinée d’aujourd’hui. Des témoins sur place ont qualifié ce qui s’est passé de « massacre des civils. ». Les forces spéciales ont tiré sur les cortèges funèbres et empêché les cérémonies d'ensevelissements.

    Kalima a appris que la police a tiré à balles réelles sur le cortège funèbre d’un manifestant tué par balles, obligeant à l’abandon du cercueil de ce dernier sur la route menant au cimetière. Des sources ont déclaré que le nombre de morts définitif n’a pas pu être déterminé. Néanmoins vingt deux personnes auraient été tuées par les forces de l'ordre durant les affrontements d’hier à Kasserine. A la cité Ennour dans la ville de kasserine, cinq manifestants ont été tués. Il s’agit de Raouf Bouzidi, Salah al Fridhi, Mounir Mbarki, Mohammed Lassoudi et Abdelkader Boulaabi. Dans la cité Ezouhour, trois personnes sont mortes. L’identité de seulement l’un d’entre eux a été révélée, il s’agit de Salah El Boughanmi.

    16 personnes au moins ont été tuées et plusieurs autres grièvement blessées par balles dans des affrontements entre manifestants et forces de sécurité à Thala. Il s’agit de Marwan Jomli, Ahmed Boulaabi, , Nouri Boulaabi, Marwane Mbarek , Nouri Boulaabi, Marawne Anemri, Ghassane Ben Taib Cheniti, Mohamed Omri, et un vielliard âgé de 90 ans, de nom de Bechir El Mbarki asphyxié par les gaz lacrymogènes.

    Les mêmes sources ont fait état de trois cadavres jetés dans l’oued proche de l’hôpital régional de Kasserine.
    Dans la ville de Feriana, des sources ont fait état d’un bilan provisoire de plusieurs blessés et de la mort d’un jeune de 13 ans dont l’identité n’a pas été encore révélée ; une vingtaine de personnes grièvement blessées ont été transférés vers l’hôpital Habib Bourguiba de Sfax et vers celui de Kasserine.

    Dans la ville de Meknassi, les affrontements qui se sont poursuivis ont fait deux morts, Chihab Alibi et Youcef Fitouri, et sept blessées graves ont été transférés vers l’hôpital de Gafsa.

    A Reguab (au centre,90 km de Sfax), des affrontements ont fait plus de 8 morts et 7 blessés graves dans la nuit du samedi à dimanche.

    Par ailleurs, le consulat de Tunisie à Pantin, a connu, le dimanche 9 janvier, un explosif qui a causé des dégâts légers sur le portail. Suite à cet incident, l’ambassadeur de Tunisie, Raouf Najar, a déclaré que l’ambassade était victime d’un attentat terroriste qui serait dû à l’amplification des événements de protestation sociale qui secouent le pays.

    Source: Le Matin dz


    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.
    avatar
    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2494
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Re: Tunisie La rue gronde

    Message par FEDERER le Mer 12 Jan - 20:52

    salut
    PHOENIX a écrit:quelle est la plus grande dictature: Algerienne ou Tunisienne???.

    EL-hadj moussa ou bien moussa EL-hadj: c'est une dictature qui pratique la répression populaire et dont leur gouvernement vit de ces institutions pour établir les faits avec la plus grande précision. Quelle hypocrisie,un système fermé, une corruption généralisée, des mensonges et des manipulations. Arrow


    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Tunisie La rue gronde

    Message par PHOENIX le Ven 14 Jan - 20:06


    Urgent : Ben Ali a quitté la Tunisie

    Le président tunisien Ben Ali a quitté le pays et le pouvoir est provisoirement entre les mains du président du parlement. on assiste à un tournant majeur dans la crise tunisienne.

    Le président Zine El Abidine Ben Ali quitte le pouvoir et prend la fuite. Le Premier ministre tunisien, Mohammed Ghanouchi, assure l’intérim du chef de l’Etat. Sa femme Leïla Ben Ali, sa fille ainsi que son gendre se sont déjà réfugiés au Canada. Arrivé au pouvoir en novembre 1987 après avoir destitué l’ancien président Habib Bourguiba, Ben Ali, 74 ans, a régné d’une main de fer sur la Tunisie.

    L’annonce du départ de Ben Ali a été faite officiellement dans la soirée du vendredi 14 janvier à la télévision tunisienne par le Premier ministre, Mohamed Ghanouchi. Celui-ci annonce assurer l’intérim de la présidence de la République.

    Le président Ben Ali, au pouvoir depuis novembre 1987, a quitté la Tunisie, il aurait trouvé refuge à Paris. Sa femme Leïla Ben Ali, sa fille ainsi que son gendre se sont déjà réfugiés au Canada.

    Arrivé au pouvoir en novembre 1987 après avoir destitué l’ancien président Habib Bourguiba, Ben Ali, 74 ans, a régné d’une main de fer sur la Tunisie.

    Sa chute intervient après de violentes manifestations qui ont démarré à la mi-décembre 2010 et qui ont coûté la vie à plus de 67 personnes.



    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2494
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Re: Tunisie La rue gronde

    Message par FEDERER le Ven 14 Jan - 21:11

    SALUT
    Ce qui est arrive en Tunisie est inéluctable,C'est déjà arrivé dans plusieurs pays et arrivera ailleurs Exclamation YOUYOU YOUYOU YOUYOU Arrow Arrow


    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Tunisie La rue gronde

    Message par PHOENIX le Sam 15 Jan - 9:12



    En fuite, Ben Ali se réfugie en Arabie Saoudite

    Le président tunisien, que des rumeurs avaient d’abord dit en route vers Paris, est arrivé à Jeddah dans la nuit de vendredi à samedi. Le premier ministre tunisien va assurer l’intérim pendant une période indéterminée.

    L’annonce de nouvelles élections législatives n’aura pas suffi à calmer les manifestants. Face aux troubles persistants, le président tunisien Zine El Abidine Ben Ali a quitté la Tunisie vendredi après-midi pour rejoindre dans la nuit la ville de Jeddah, en Arabie Saoudite. «Le gouvernement saoudien a accueilli le président Zine El Abidine Ben Ali et sa famille dans le royaume» et ce «en considération pour les circonstances exceptionnelles que traverse le peuple tunisien», a confirmé le palais royal, cité par l’agence officielle saoudienne SPA.

    La chaîne de télévision Al-Jazira avait annoncé plus tôt son arrivée en France. Une information que l’Elysée avait démentie. La venue du président en fuite sur le sol français n’était d’ailleurs «pas souhaitée» par le gouvernement, qui craignait de mécontenter la communauté tunisienne hexagonale, avait indiqué une source proche du gouvernement. Le ministère des Affaires étrangères avait également assuré n’avoir reçu «aucune demande d’accueil».



    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Tunisie La rue gronde

    Message par PHOENIX le Sam 15 Jan - 20:50






    «C'est aujourd'hui l'indépendance, pas en 1956»



    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    albatros

    Nombre de messages : 245
    Date d'inscription : 12/09/2010

    Re: Tunisie La rue gronde

    Message par albatros le Dim 16 Jan - 18:29

    Bsahathoum etwensa t'hanaw man benali ou familtou...Quant à nous les Algériens, hchawhana. Le pouvoir s'en sort à bon compte des derniers émeutes. Comme d'habitude, un bidon d'huile et du sucre ont suffi pour huiler à nouveau la machine répressive et brandir à nouveau la matraque contre qui oserait parler ou réclamer son droit à une vie meilleure. Mais qui vivra, verra...Mes salutations.
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Tunisie La rue gronde

    Message par PHOENIX le Lun 17 Jan - 10:29

    albatros a écrit: Bsahathoum etwensa t'hanaw man benali ou familtou...Quant à nous les Algériens, hchawhana. Le pouvoir s'en sort à bon compte des derniers émeutes. Comme d'habitude, un bidon d'huile et du sucre ont suffi pour huiler à nouveau la machine répressive et brandir à nouveau la matraque contre qui oserait parler ou réclamer son droit à une vie meilleure. Mais qui vivra, verra...Mes salutations.

    Mabrouk les Tunisiens, j'espere juste qu'ils sauront gerer la situation et mettre en place les gens qu'il faut la ou il le faut et ecarter tout les corrumpus du systéme mais egalement les islamistes qui entraineront le pays dans le chaos.....


    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Tunisie La rue gronde

    Message par PHOENIX le Lun 17 Jan - 10:33


    Leïla Ben Ali s’est enfuie vers Dubaï avec 1500 lingots d’or



    Le pillage avant la fuite. L’ancienne première dame de Tunisie, Leïla Ben Ali, a retirée 1500 lingots d’or d’une banque à Tunis le 19 décembre 2010 avant de s’envoler à Dubaï pour y déposer la précieuse cargaison. L’information révélée par DNA-Algérie vendredi 14 janvier a été confirmée dimanche 16 janvier par TF1 au cours de son journal télévisé de 20 heures.

    Dans un article intitulé « Du séchoir au pouvoir : Le destin contrarié de Leila Trabelsi Ben Ali, coiffeuse devenue régente », publié par DNA vendredi 14 janvier à 17h59, nous écrivions que l’épouse de l’ex-du président tunisien, Leïla Ben Ali, se serait envolée vers Dubaï avec dans ses bagages 1500 lingots d’or.

    « Une rumeur, insistante mais invérifiable, prétend qu’elle serait partie dès le début des troubles, le 19 décembre, et qu’elle aurait emporté avec elle 1500 lingots d’or extraits des coffres de la banque centrale. L’histoire est sans doute trop belle pour être vraie. Elle montre cependant à quel point « Leïla la coiffeuse devenue présidente » cristallise les fantasmes et les haines », écrivions-nous le vendredi 14 janvier, jour de la fuite du couple présidentiel vers l’Arabie Saoudite où l’ex-famille régnante a désormais trouvé refuge.

    Dans l’impossibilité de vérifier cette information fournie par notre correspondant à Tunis, nous avions dû la publier au conditionnel.

    La chaîne de télévision française TF1 indiquait ce soir ( dimanche 16 janvier ), au cours de son journal télévisé de 20 heures, que Leïla Ben Ali, née le 20 juillet 1957, s’était rendue dans une banque à Tunis, fin décembre, pour y retirer 1500 kilos d’or avant de s’envoler vers Dubaï.

    Leïla Ben Ali, née Trabelsi, surnommée la régente de Tunis, ancienne coiffeuse qui a épousé en secondes noces Zine Al Abidine Ben Ali, traîne une réputation de prédatrice. Sa famille est réputée pour avoir fait main-basse sur les affaires en Tunisie tant et si bien que les câbles de la diplomatie américaine, révélés par le site Wikileaks, évoque le terme « La famille », en référence à la famille de la mafia, pour la qualifier.

    DNA.


    Le beurre et l'argent du beurre.


    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    dellys

    Masculin Nombre de messages : 297
    Localisation : fel pounta
    Emploi/loisirs : Analyste programmeur/Chasse sous marine
    Date d'inscription : 25/07/2010

    Re: Tunisie La rue gronde

    Message par dellys le Mer 19 Jan - 20:20

    des pays soit disant terre d'islam !! c'es plutôt des terres ou se réfugient des dictateurs sanguinaires des voleurs sans scrupules !! voila encor qui vient entacher l'image de l'islam et des musulmans .
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Tunisie La rue gronde

    Message par PHOENIX le Dim 23 Jan - 13:33



    Une « caravane de la libération » est entrée dans Tunis

    De très nombreux manifestants sont arrivés ce matin dans la capitale tunisienne. Ils ont l’intention de faire tomber le gouvernement de transition dirigé par Mohamed Ghannouchi.

    « Le peuple vient faire tomber le gouvernement ». Le message est clair. Ce dimanche 23 janvier à Tunis, la population veut faire table rase du passé. Le gouvernement de transition, dirigé par l’ancien Premier ministre de Zine el-Abidine Ben Ali, Mohamed Ghannouchi n’a pas ses faveurs.

    Ils sont près d’un millier de manifestants à avoir voyagé toute la nuit, depuis le centre du pays, foyer initial de la contestation populaire, pour gagner la capitale. Ils sont de Sidi Bouzid – d’où est partie la révolution dès le mois de décembre -, de Menzel Bouzaiane, de Regueb et veulent faire « tomber les derniers restes de la dictature ».

    Parmi les contestataires, de nombreux jeunes venus du centre-ouest déshérité de la Tunisie, qui ont alterné marche et trajets en véhicule cette nuit au sein de ce convoi auto-baptisé « caravane de la libération ». Près de 300 personnes sont parties samedi matin de Menzel Bouzaiane et ont été rejointes au fur et à mesure de leur progression par des habitants venus de la région, et suivis de véhicules hétéroclites, voitures, motos, camionnettes… Des syndicalistes et des militants des droits de l’homme ont décidé de se joindre à leur mouvement et en ont gonflé les rangs.

    La « caravane de la libération »

    Ce convoi, qui devait initialement arriver à Tunis en quatre ou cinq jours, a décidé d’accélérer le rythme, estimant qu’il n’y avait pas de temps à perdre pour faire tomber le gouvernement. Tôt ce dimanche, les manifestants ont remonté l’avenue Bourguiba sur laquelle se déroulent des manifestations quotidiennes depuis le mois de décembre, puis se sont installés en sit-in devant le ministère de l’Intérieur.

    Ils ont déployé un portrait géant de Mohamed Bouazizi, ce jeune homme qui s‘était immolé par le feu à Sidi Bouzid le 17 décembre dernier pour protester contre ses conditions de vie. Une révolte populaire s’en était suivie, débouchant moins d’un mois plus tard sur la fuite du président Ben Ali.

    Contestation latente

    La contestation ne faiblit pas, en dépit des promesses du nouveau gouvernement. Mohamed Ghannouchi a confirmé hier qu’il ne resterait pas au pouvoir après l’organisation des élections démocratiques. Il a également annoncé un train de réformes, des dispositions qui peinent à convaincre la population, méfiante vis-à-vis de cet ancien proche de Ben Ali. « J’avais peur, comme tous les Tunisiens », a-t-il pourtant déclaré cette semaine dans une interview télévisée.

    Les enseignants ont annoncé une grève illimitée à partir de lundi, date à laquelle les écoles devaient rouvrir. Ce mouvement, à l’appel de l’UGTT (syndicat tunisien) réclame la « dissolution du gouvernement ». Le régime de transition avait pourtant nommé des membres de l’UGTT dans ce gouvernement d’union nationale, mais ceux-ci ont démissionné peu après leur nomination, estimant qu’ils ne pouvaient gouverner auprès des anciens caciques du régime benaliste, issus des rangs du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD, ex-parti de Ben Ali).

    Jeuneafrique.com


    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Tunisie La rue gronde

    Message par PHOENIX le Mer 26 Jan - 11:24

    Infos derniere minute:

    Un mandat d'arrêt international a été lancé contre le president déchû Ben Ali et sa femme(source officiel)........on peut rever....


    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Tunisie La rue gronde

    Message par PHOENIX le Mer 26 Jan - 11:41

    Il s'agirait d'un mandat qui fait suite aux divers biens immobliers appartenant aux Ben Ali et se trouvant en France mais aussi aux mouvements de fonds de devises qui ont tansités vers la France détéctés par un organisme de controle des fonds illicite.


    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Tunisie La rue gronde

    Message par PHOENIX le Mar 1 Fév - 15:01


    Tunisie: l'ONU recense 219 morts et 510 blessés lors du soulèvement

    Deux cent dix-neuf personnes sont mortes et 510 ont été blessées durant les violences ayant conduit à la chute du président tunisien Zine El Abidine Ben Ali le 14 janvier, a annoncé mardi à Tunis le chef de la mission du Haut Commissariat aux droits de l'homme de l'ONU.

    Lors d'une conférence de presse, Bacre Ndiaye a précisé que 147 personnes avaient trouvé la mort depuis le début des troubles en Tunisie à la mi-décembre, ainsi que 72 personnes dans des prisons. "Selon les derniers chiffres retenus, il y a eu 147 personnes tuées et 510 blessées. Ces chiffres n'englobent pas les victimes des prisons", a-t-il déclaré au cours d'une conférence de presse.

    Suite: http://www.liberation.fr/monde/01012317298-tunisie-l-onu-recense-219-morts-et-510-blesses-lors-du-soulevement




    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2494
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Un journal tunisien lève le voile sur l'énigme: Tout sur la fuite de Ben Ali

    Message par FEDERER le Lun 7 Fév - 11:50

    salut
    Alors que l'énigmatique fuite de l'ex-président tunisien Ben Ali suscite toujours moult interrogations, tant en Tunisie qu'à travers le monde, l'hebdomadaire tunisien «Réalités» lève le voile sur cette énigme.

    Il revient minutieusement sur les dernières heures de l'ex-président de la Tunisie.

    Le jeudi 13 janvier à 21h00, Zine El Abidine Ben Ali vient de prononcer son discours, il apparaît fatigué et las, il multiplie les engagements et les concessions dans une ultime tentative de calmer la colère de la rue tunisienne à qui il «vend» et promet la liberté… Le président encore en exercice est loin d'ignorer les appels à la manifestation lancés depuis belle lurette. Selon lui, le lendemain serait une journée test. Elle s'avérera décisive.

    «Réalités» rappelle que les experts étaient catégoriques : les jours de Ben Ali à la tête de la Tunisie étaient comptés. La pression a fini par payer. Le vendredi 14 janvier débute une journée qui prendra le monde à revers et au cours de laquelle l'échelle «temps» n'a plus lieu d'être. Au matin, l'ex-président est alors loin, très loin, de penser que la rue tunisienne a sonné le glas de ses vingt-trois années de règne sans partage… Même s'il suivait minutieusement les événements, le président croyait toujours en sa belle étoile.
    Dans le palais présidentiel, Ben Ali est seul ou presque, puisque la veille ses deux plus proches conseillers Abdelwahab Abdallalh et Abdelaziz Ben Dhia avaient été congédiés... Ils incarnaient en grande partie le régime sécuritaire tant décrié par la population. Autour de l'ex-président, le chef de sa garde rapprochée le général Seriati et son épouse Leïla Ben Ali qui était rentrée de Dubaï depuis peu.

    Dans le palais… les nouvelles qui tombent ne sont pas rassurantes pour le couple présidentiel, l'atmosphère se dégrade de plus en plus. Dans la rue, la mobilisation s'accroît et s'étend à tout le pays, grandes villes ou communes rurales. En quelques secondes, la manifestation de soutien au président organisée la veille par les cadres du RCD est balayée d'un revers de la main et jetée aux oubliettes.
    Les milliers de Tunisiens qui ont envahi la rue répétaient à tue-tête le même slogan et la même revendication : le départ de Ben Ali. Dans la capitale Tunis, la démonstration de force met un terme à tout espoir pour le «dictateur». Des dizaines de milliers (certains évoquent 100.000) de Tunisois bravent les forces de l'ordre afin de réclamer son départ, devant le ministère de l'Intérieur.

    A 13h00 alors que la contestation est à son comble, intervient alors le général Rachid Ammar. Jusqu'alors le chef d'état-major de l'armée était l'homme de et dans l'ombre. Mais la situation se dégrade. Il en est alors de la sécurité de la nation. Il décide de «passer à l'action». Entre les deux hommes, les rapports sont tendus depuis le début des émeutes. Quelques jours auparavant, Ben Ali avait même décidé de le limoger.
    Le motif ? Le général Ammar avait refusé de tirer sur les manifestants conformément aux ordres du président. Rachid Ammar bénéficie du soutien indéfectible de ses soldats et le président ne pouvant rien contre lui le réintégrera à son poste, contraint et forcé. Car au moment où Ben Ali réitère l'ordre de tirer à son remplaçant, la réponse ne se fait pas attendre «ce qu'a dit le général Ammar est partagé par l'ensemble de l'état-major».

    A Carthage, le chef de l'état-major lui décrit une situation insurrectionnelle. Le peuple se dit prêt dans un ultime souffle à marcher vers le palais… Ben Ali doit quitter le pays… Le conseil «quasi-ordre» tombe, l'armée sera obligée de décréter le couvre-feu général. De fait dans les trois heures, à 17h00, elle procédera à la fermeture de l'espace aérien. Trois heures pendant lesquelles il peut encore assurer sa sécurité. Au-delà l'armée ne répond plus de rien.

    Le convoi de l'angoisse
    Assommé et sous le choc, Ben Ali se prépare à quitter Carthage. Il est accompagné de son épouse et de son fils Mohamed Aziz. Mais le général se veut rassurant. Son départ est provisoire… le temps que la situation se décante et s'apaise. Dans une ultime tentative, le couple présidentiel tente de négocier la fuite de certains membres de la famille.
    Il essuie un refus. Affolée, Leïla Trabelsi multiplie les coups de fil et prévient sa famille. Les Ben Ali ont emmené avec eux le strict nécessaire. Ils doivent plier bagage dans les plus brefs délais. Le convoi présidentiel sort de Carthage. Tout a été organisé dans la précipitation… Escorté par des militaires et des fidèles de sa garde, il se dirige vers l'aéroport de l'Aouina où un Boeing 727 les attend. Ben Ali quittera Tunis sans garde personnelle ni de médecin personnel.

    L'ex-président embarque, à bord de l'appareil, son épouse, son fils, son équipage habituel et quelques domestiques. Dans l'avion règne un climat de peur et d'angoisse… les minutes passent, la famille en état de choc apprend le destin de l'entourage proche. Certains membres de la famille Trabelsi ont d'ores et déjà été livrés à la vindicte populaire. Il est 14h40 lorsque décolle le Boeing. La destination est alors inconnue.

    La chasse aux Trabelsi
    Les ordres de l'armée étaient clairs, seul le président, son épouse et son fils sont autorisés à quitter le pays. Assoiffée de justice, la Tunisie n'est plus une terre de sécurité pour l'entourage présidentiel. A 14h32, le vol Tunisair TU 750 s'apprête à décoller pour Lyon, lorsque le commandant de bord Mohamed Ben Kilani reçoit un ordre.
    Il est sommé d'attendre cinq passagers supplémentaires. Habitués aux passe-droits accordés à l'entourage du président, le pilote comprend rapidement. Avertis par la «reine mère», les Trabelsi ont convergé à la hâte vers l'aéroport avec l'intention de fuir le pays. Avec l'assentiment tacite de l'équipage, il tente d'abord de refuser à «l'amiable». Pour cela, il invoque un détail technique… le changement de poids. Débute alors une violente dispute dans le cockpit. Le commandant est humilié et insulté. Mais il se montre intraitable. Il éloigne les passagers, sort de l'appareil avant de s'écrouler sur la passerelle.

    La compagnie doit alors désigner en urgence un autre pilote. C'est en l'attendant que les cinq membres de la famille Trabelsi sont dénoncés. L'armée viendra les récupérer alors qu'ils patientaient dans la salle VIP de l'aéroport. Ils sont aussitôt placés en «sécurité» par les militaires. Le sort de la famille «régnante» vient d'être scellé en Tunisie.

    De surprise en surprise
    A bord de l'avion, Ben Ali stressé est toujours aux aguets. Il ne s'installera jamais confortablement. L'ex-président décolle de l'aéroport militaire de l'Aouina. Après une brève hésitation, il choisit de se diriger vers la France. Beaucoup de ses proches dont sa fille Nesrine s'y étaient déjà réfugiés depuis quelques jours.
    Surprise, alors qu'il survole l'espace aérien français l'Elysée l'informe qu'il n'est pas le bienvenu. Visiblement étonné, il se dirige vers les pays du Golfe. L'Arabie Saoudite l'invite aussitôt. Après une escale forcée dans l'aéroport italien de Cagliari en Italie, il sera reçu à Djeddah en qualité de chef d'Etat. Il est même accueilli avec les honneurs et séjourne dans le palais du roi Fahd. L'équipage de l'avion a reçu pour sa part l'ordre de rentrer en Tunisie après avoir acheminé l'ex-président. Par la suite, Ben Ali apprendra qu'il a été légalement destitué. Au téléphone, le Premier ministre tunisien lui signifie que le peuple ne veut définitivement plus de lui.

    La dernière énigme
    Pour la revue hebdomadaire «Réalités», une question demeure. Au moment où l'armée a mis le général Ben Ali dans l'avion savait-elle pertinemment qu'il ne reviendrait plus sur le territoire tunisien ? Est-ce réellement la sécurité nationale qui a dicté ce choix ? Selon d'autres sources concordantes, l'intervention du général Rachid Ammar aurait été dictée par une rumeur faisant état d'un complot fomenté par Leïla Ben Ali et le général Seriati. Un coup d'Etat «médical»… dans lequel Leïla constaterait l'incapacité de son mari pour prendre le pouvoir.

    C'est même pour cette raison qu'elle serait revenue à la hâte à Tunis de ses vacances à Dubaï. Preuve en est, le scénario du complot Seriati-Trabelsi n'épargnait aucun détail. Les deux cents fidèles de la garde présidentielle de Ben Ali auraient été envoyés à la frontière algérienne, où ils seraient tombés dans une embuscade. Attaqués et tués sur place, leur mort aurait alors été attribuée à des milices.
    Source :Quotidien d'Oran


    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.
    avatar
    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2494
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Ben Ali serait mort et Moubarak mal en point !

    Message par FEDERER le Jeu 17 Fév - 19:05



    Selon nos informations, l’ancien président Ben Ali serait mort et les autorités saoudiennes sont en négociation avec les tunisiennes pour qu’il soit enterré en Tunisie. Dans le même ordre d’idées, de nouvelles informations semblent confirmer les rumeurs circulant il y a quelques jours sur l’état de santé du président Hosni Moubarak. Ce dernier n’a pas quitté l’Egypte et refuse d’être transféré dans un hôpital en Allemagne et veut donc mourir à Sharm el-Sheikh, dans sa villa.

    Hosni Moubarak mourant, Ben Ali « mort » ou dans le coma de suite d’une attaque cérébrale, il faut avouer que le pouvoir maintien en vie, ou du moins le travail fait vivre. Dans les cercles proches de Ben Ali, il est annoncé que l’ancien président vit un véritable calvaire à Djeddah, en Arabie Saoudite. Certains ont laissé entendre que c’est Leila, son épouse qui n’a cessé de le martyriser depuis leur arrivée en Arabie Saoudite, qui a finalement quitté le palais pour se rendre en Libye….définitivement en le quittant. Il n’aurait pas supporté ce lâchage.

    Triste fin donc pour les présidents déchus Moubarak et Ben Ali. Pour le premier qui veut mourir dignement, considéré jusque là en Egypte comme un héros de la guerre et qui avait consacré une grande partie de sa vie à la défense de son pays, et le second qui a donné une place de marque à la femme arabe en combattant l’islamisme, le destin a frappé très fort. Leur gouvernance a été émaillé de trop d’abus: gabegie, népotisme, torture, enrichissement illicite, police de la pensée etc. On ne peut se plaindre de leur chute.

    Affaire à suivre !

    Source ; centpapiers


    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Tunisie La rue gronde

    Message par PHOENIX le Jeu 17 Fév - 21:12


    Je pense que ces révélations sont éronées, c'est une façon d'eviter une extradition et une eventuelle plainte pour crime contre l'humanité à la Haye....parceque avouons le, le deroulement des evenement est assez suspect, deux Raîs qui se font ejecter quasiment en même temps et qui sont dans le coma quasi en même temps...je ne sais pas pour vous mais ça arrive une fois sur un 10 miliards... noir


    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2494
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Re: Tunisie La rue gronde

    Message par FEDERER le Dim 27 Fév - 19:24

    salut

    Tunis a connu, hier, une véritable bataille rangée entre forces de l'ordre et manifestants dans le centre de la capitale, théâtre de scènes de chaos.Pour de nombreux Tunisiens, la police symbolise toujours la répression du régime du président Ben Ali, chassé du pouvoir le 14 janvier.afro





    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Tunisie La rue gronde

    Message par PHOENIX le Dim 27 Fév - 23:02


    Cela dit, le resultat est la : le premier ministre proche de ben Ali a démissionné!.


    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    dellyssienne

    Féminin Nombre de messages : 443
    Emploi/loisirs : informaticienne
    Date d'inscription : 04/12/2009

    Re: Tunisie La rue gronde

    Message par dellyssienne le Lun 28 Fév - 11:43

    J’ai vraiment confiance dans le peuple tunisien
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Tunisie La rue gronde

    Message par PHOENIX le Mer 9 Mar - 10:03


    La tunisie qui s'est debarassée de son dictature et de sa femme qui ont pillés le pays, la justice vient officielement de dessoudre le parti du pouvoir (RCD), le bon vent souffle sur la Tunisie, on leurs souhaite une bonne continuation vers la liberté, la democratie et le changement..." Laâkouba lina ".... la poisse


    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Tunisie La rue gronde

    Message par PHOENIX le Ven 15 Avr - 21:12



    Ben Ali n'aurait jamais été plongé dans le coma....Il aurait fait une simple crise d'hypoglycémie...


    Trois mois après sa destitution, comment va Zine Ben Ali? A la mi-février, un de ses proches avait affirmé que le président tunisien déchu avait été plongé dans le coma, à la suite d'un accident vasculaire cérébral. Or, selon des informations de Clarence Rodriguez sur France Inter, il n'en est rien. D'après la radio, si Ben Ali a bel et bien été hospitalisé, le 15 février dernier, c'est en raison...d'une crise d'hypoglycémie.

    L'ex-président, âgé de 75 ans, aurait brièvement perdu connaissance - une défaillance causée par une violente altercation avec son épouse Leïla Trabelsi et par le stress provoqué par l'arrestation de ses proches quelques jours auparavant.

    Dissiper la colère du peuple

    L'ancien dirigeant, qui a trouvé refuge en Arabie saoudite sitôt après sa destitution, aurait été gardé trois jours à l'hôpital de Jeddah, avant de regagner sa résidence d'Abha - une vaste demeure, d'une dizaine de pièces, prêtée par le gouvernement saoudien.

    Dans son reportage, diffusé jeudi dans le journal de 19h, France Inter précise que c'est un proche de l'ancien raïs, resté à Tunis, qui a diffusé la rumeur du coma afin de dissiper la colère du peuple tunisien à son égard.

    Ben Ali a quitté la Tunisie le 14 janvier dernier à la suite de la «révolution de Jasmin», après 23 ans de règne sans partage. Un mandat d'arrêt international a été lancé à son encontre.

    20minutes.fr




    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.

    Contenu sponsorisé

    Re: Tunisie La rue gronde

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 21 Aoû - 2:42