DELLYS FORUMACTIF

BIENVENU(E) sur votre forum!
DELLYS FORUMACTIF

Le forum de toutes et tous les Dellyssien(ne)s


    Où va l’Etat algérien ?

    Partagez
    avatar
    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2494
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Re: Où va l’Etat algérien ?

    Message par FEDERER le Dim 12 Fév - 13:43

    SALUT
    Les généraux d’Alger préfèrent un reportage de BHL à une enquête internationale.
    http://www.monde-diplomatique.fr/2003/12/BEAU/10584


    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Où va l’Etat algérien ?

    Message par PHOENIX le Lun 13 Fév - 12:48

    FEDERER a écrit:SALUT
    Les généraux d’Alger préfèrent un reportage de BHL à une enquête internationale.
    http://www.monde-diplomatique.fr/2003/12/BEAU/10584

    Même le régime se plie et se mes à genoux devant le sionisme!...

    Tiens! d'ailleures, en voila un de moins!!!, comme quoi, parfois, on oublie qu'ils sont mortels.....

    Décès du général Mohamed Lamari, ancien homme fort de l’armée


    http://www.algerie360.com/algerie/deces-du-general-mohamed-lamari-ancien-homme-fort-de-larmee/


    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    boudjadi

    Nombre de messages : 36
    Date d'inscription : 03/01/2011

    Re: Où va l’Etat algérien ?

    Message par boudjadi le Mar 14 Fév - 0:08

    je sui écoeuré en écoutant cette video, alors qu'il n'est pas encore le petit déj.

    Cette chose appelée Toumi a déjà atteint sa ménopause politique. Je me demande si c'est réellement une femme.

    flagdz

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=K-bIYrvoXpc#!
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Où va l’Etat algérien ?

    Message par PHOENIX le Jeu 1 Mar - 10:18


    Un salaire de 180.000 dinars pour les députés ?

    La réflexion relative à la révision du régime indemnitaire des députés est très avancée. Elle repose sur une nette diminution de leurs avantages financiers et un nouveau système de pointage pour noter leur participation dans les différentes sessions parlementaires.

    Lancée mardi par le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, cette information n’est pas juste probable comme il l’avait souligné, mais très sûre

    Des sources concordantes proches des partis du pouvoir et du Parlement notent qu’un grand nombre de propositions ont été déjà faites à ce sujet et doivent être creusées et finalisées pour être adoptées dans les plus brefs délais. Il est question de réviser fortement à la baisse les salaires des députés pour pouvoir «jouer» sur les indemnités notamment, comme l’a souligné Dahou Ould Kablia, sur celle relative à la présence effective des députés dans l’hémicycle.



    La proposition, qui semble avoir bénéficié d’un consensus au sein des parties qui planchent sur la question, est de fixer ce salaire à 180.000 dinars au lieu de 300.000 DA actuellement. A partir de ce seuil, il est présenté un nombre d’hypothèses qui permettent aux «décideurs» de jouer sur les indemnités. «Les députés qui sont présents tous les jours de la semaine à l’Assemblée et qui contribuent efficacement aux travaux parlementaires garderont leur salaire complet, c’est-à-dire 300.000 DA», nous dit un responsable au niveau du ministère de l’Intérieur.

    «Par contre, ceux qui s’absentent percevront les 180.000 DA, mais à chaque fois qu’ils sont présents, une indemnité leur sera octroyée», ajoute-t-il. Ce qui semble être un véritable casse-tête dans cette nouvelle approche est indéniablement la méthode et le moyen qui pourraient permettre aux responsables du Parlement de noter les députés en fonction de leur présence.



    Pour l’heure, les pupitres du Parlement ne sont équipés que d’un bouton mis sous la main des présidents des deux chambres pour couper le son au député qui aurait dépassé son temps d’intervention. «Pour savoir si les députés sont présents ou non, il faut qu’on trouve une technique de leur enregistrement sans qu’aucun d’eux ne puisse tricher», nous explique notre interlocuteur. C’est à ce niveau que la réflexion pose problème. Enfin, pour l’instant, puisque la «mécanique» de pointage au sein de l’hémicycle n’est pas encore trouvée.

    L’on pense à installer au niveau de chaque pupitre de député un compteur sur lequel ce dernier appuie à chaque fois qu’il est présent. «Mais il est très possible que même s’il n’est pas présent, il demandera à son collègue d’appuyer pour lui pour l’inscrire présent», affirme notre source qui nous confirme que «ceux qui réfléchissent à la technique idoid’abordne peinent à détourner les astuces dont seraient capables les députés pour enregistrer leur présence sans qu’ils soient présents et qu’ils pourront ainsi percevoir leurs indemnités sans trop d’efforts».

    Il est clair que d’ici à ce que la nouvelle assemblée soit installée, la solution sera trouvée. Mais le gouvernement s’attend déjà à une diminution de l’empressement de beaucoup de personnes qui veulent absolument figurer sur des listes de candidatures pour la députation.

    «En principe, l’engouement de ceux qui veulent être candidats diminue une fois les privilèges revus à la baisse», estime le responsable du ministère de l’Intérieur. A savoir si les candidats qui se disputent les listes apprécieront à leur juste mesure les propos du ministre de l’Intérieur.

    Pour l’instant, les états-majors des partis politiques bouillonnent pour confectionner des listes dont les noms doivent véritablement capter les électeurs pour des élections qui sont qualifiées de «cruciales » par le pouvoir en place. Bien que les jeux semblent être faits, le pouvoir craint sérieusement une forte abstention qui discréditerait le scrutin. Les Etats-Unis ont déjà pris option pour un changement en Algérie sur la base des résultats du vote du 10 mai prochain.

    Le président de la république a d’ailleurs attiré, à partir d’Arzew, l’attention des Algériens sur «le danger étranger» qui guette le pays au cas où les résultats des législatives ne seraient pas représentatifs de la nouvelle configuration du paysage politique et répondraient ainsi aux exigences de la société. Mais, en vérité, les commentaires, voire les avertissements des Américains ne semblent en aucun cas déranger ou inquiéter les décideurs. Bouteflika, s’il en a fait une option pour une consommation interne, il reste inébranlable à cet effet.

    C’est du moins ce qui nous a été dit du haut d’El Mouradia. Le chef de l’Etat aurait ainsi, selon des sources crédibles, pris ses devants en lançant à la secrétaire d’Etat américaine que «l’Algérie n’est ni la Tunisie ni le Maroc, elle est jalouse, comme le savez, de sa souveraineté nationale».

    Bouteflika aurait même été plus loin lorsqu’il avait reçu Hillary Clinton samedi dernier. «Les Etats-Unis n’ont aucun droit de nous donner des leçons ni de juger nos décisions ou nos élections. Nous devons de part et d’autre respecter nos relations bilatérales et faire en sorte de les renforcer d’un commun accord», lui aurait-il dit selon des échos de la présidence de la république.



    Ghania Oukazi ( Le quotidien d'Oran ).


    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Où va l’Etat algérien ?

    Message par PHOENIX le Jeu 1 Mar - 10:26


    Cela ferait une diminution de 120.000DA, il faut au passage penser à diminuer également leurs indémnités journaliéres qui sont également exhorbitantes....mais, cette mesure ira-t-elle vraiment au bout? et les sangsues concérnés, laisseront-ils filés devant leurs pifs plus de 35% de leurs revenu actuel?....affaire à suivre!.


    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2494
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Re: Où va l’Etat algérien ?

    Message par FEDERER le Mar 6 Mar - 8:45

    salut
    Quand on donne la parole au peuple, voilà ce qu on entend. Allah YARHAM DAK EL FOUM,
    Les pensées et les actes sont clairs et nets.



    Dernière édition par FEDERER le Jeu 8 Mar - 7:24, édité 1 fois


    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Où va l’Etat algérien ?

    Message par PHOENIX le Mar 6 Mar - 15:41


    Bonjour,

    Ce genre d'émissions manque cruelle sur les chaines de l'unique mais est ce dans l'interêt du pouvoir?...la réalité tout le monde la connaît...problême; on se cachent tous derniere nôtre petit doit!.


    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    Homer

    Nombre de messages : 146
    Localisation : Chez Moe's (Springfield)
    Emploi/loisirs : Expert de l'absurde
    Humeur : Généreusement mélancolique
    Date d'inscription : 16/12/2009

    Re: Où va l’Etat algérien ?

    Message par Homer le Mer 7 Mar - 10:19

    "[Algérie]: Des observateurs étrangers pour les élections législatives
    "Au moins 420 représentants de l'Union africaine, de l'Union européenne et de la Ligue arabe seront également présents en Algérie pour les prochaines législatives, ont annoncé les autorités. L'Organisation de la coopération islamique et l'ONU devraient aussi envoyer du personnel. Alors que l'Algérie compte près de 1 million d'électeurs à l'étranger, dont 80 % en France, le Canada (18 000 électeurs algériens) a interdit la tenue du scrutin sur son territoire...".

    A lire sur: http://www.latribune-online.com/evenement/64784.html

    Malheureusement pour nous, la présence de ces organisations n'est pas une garantie d'élections propres et libres.

    Homer


    SiSnOu-MaN

    Nombre de messages : 21
    Date d'inscription : 17/02/2012

    Re: Où va l’Etat algérien ?

    Message par SiSnOu-MaN le Mer 7 Mar - 13:08

    Quel serait le but recherche par une telle mise en scene?
    Le gouvernement met les bouchees double pour convaincre les gens d'aller voter, et l'abstention/boycott passe presque pour une haute trahison. Il y a quelques jours un juriste expliquait a la tele qu'avec l'encre utilisee pour le vote on saurait qui a vote et qui ne l'a pas fait et pourrait aller demander aux gens pourquoi ils n'ont pas vote.
    Je ne sais pas de quoi parlait la premiere emission ou ces jeunes sont passes , mais je me demande si les producteurs de cette emission s'attendaient a une reaction pareille.


    Le mot d'ordre du regime semble donc etre celui ci: Votez pour eviter l'ingerence etrangere qui menace l'Algerie.


    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Où va l’Etat algérien ?

    Message par PHOENIX le Jeu 8 Mar - 10:05


    Les éléctions ne servent plus à rien en Algerie, la démocratie et le changement ne viendront jamais par les urnes mais par la rue!!!.

    Les observateurs ne sont la que pour crédibiliser les éléctions à 99,99%.....


    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2494
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Amar Ghoul, symbole de l’impasse politique en Algérie

    Message par FEDERER le Lun 27 Aoû - 17:34

    SALUT
    En parcourant le journal TSA,j'ai trouvé cet article intéressant,alors j'ai voulu le partager avec vous Exclamation

    Il symbolise à lui seul toutes les tares de la politique. Ministre des Travaux publics, Amar Ghoul a géré de manière désastreuse le projet de l’autoroute Est‑Ouest. Le dossier est aujourd’hui symbole de la corruption en Algérie. Le projet symbolise aussi le travail mal fait. À peine ouvertes à la circulation, certaines parties de l’autoroute sont déjà partiellement fermées pour travaux. À plusieurs reprises, Amar Ghoul n’a pas hésité à mentir aux Algériens sur les délais de livraison, repoussant à chaque fois l’échéance de réalisation du projet, sans justification ni excuses. Il n’a en outre jamais voulu s’expliquer, ni devant la justice, ni devant l’opinion publique, sur les accusations de corruption dont il fait l’objet.
    Homme politique, il symbolise l’engagement intéressé puis la trahison. Membre durant plusieurs années du MSP qui l’a envoyé au gouvernement, il quitte son parti sans états d’âme. Là encore, aucun mot. Aucune explication pour ses "frères" militants du parti islamiste. Il fonde un nouveau parti, le Taj, une formation qu’il présente aujourd’hui comme « nationaliste » et « non islamiste ». Son projet ? Avoir un parti pour crédibiliser son retour prochain au gouvernement. Face aux hésitations du MSP à participer au prochain gouvernement, le pouvoir a trouvé la solution : encourager Amar Ghoul – sur lequel pèse une forte menace de poursuites judiciaires dans l’affaire de l’autoroute Est‑Ouest – à créer son propre parti, avec l’espoir de crédibiliser sa participation à l’exécutif. Un précédent qui rappelle celui de la création du RND en 1997.

    Vouloir s’appuyer sur un homme comme Amar Ghoul pour crédibiliser le prochain gouvernement illustre l’ampleur de l’impasse politique dans laquelle se trouve le pays. Le pouvoir sait qu’il ne peut plus compter sur l’ancienne génération de dirigeants, usée par des années d’échec. Il refuse de s’ouvrir sérieusement sur la société pour capter de nouvelles compétences intègres mais exigeantes. Il veut miser sur une catégorie intermédiaire d’hommes politiques, comme Amar Ghoul. Des hommes qui ne font partie ni de la première catégorie ni de la seconde. Après avoir bien pris le soin de les fragiliser pour mieux les contrôler. perplexe



    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.
    avatar
    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2494
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Re: Où va l’Etat algérien ?

    Message par FEDERER le Mar 11 Déc - 10:38

    salut

    j'ai trouvé cet article long mais intéressant. Je pense que ça vaut la peine de le lire. lecture
    La situation générale du pays est dramatique. La corruption gangrène tous les rouages de l'état, à tous les niveaux. Le clanisme, le régionalisme, la gabegie, la Hogra et l'impunité ont été érigés en mode de gouvernance. Le ghachi (dixit Noureddine Boukrouh) est plongé dans une apathie déconcertante. Aucune des promesses faites par les dirigeants désignés n'a été tenue.
    Les Algériens sont avant tout frappés de lassitude et cette situation avait été déjà prédite par El Marhoum Kasdi Merbah en 1993 qui avait déclaré à l'époque:" Si la situation ne s'améliore pas dans les plus brefs délais, il faudra craindre que la lassitude frappe les populations et que toute vie politique soit paralysée ; le peuple algérien aura alors à subir des conséquences redoutables, lentes mais sûres."
    C'est exactement la situation que nous vivons aujourd'hui. La société est plus que jamais individualiste. C'est le chacun pour soi qui prime. C'est le Tag 3ala Men Tag ! L'économie a été détruite, livrée à des rapaces insatiables et à la rapine générale. Des coupables ont été clairement identifiés mais restent impunis. On assiste à des règlements de comptes entre clans de traîtres et de voyous à la solde de la finance apatride et la presse elle-même divisée et aux ordres de ces mêmes clans est chargée de relayer leur propagande nauséabonde. Les "partis politiques" foisonnent et participent à la Zerda. Ferreq Tassoud !

    C'est ainsi que l'on ose dire que tout va bien et que Mazal Waqfine, alors que nous ne devons notre survie qu'à Hassi-Messaoud et In Salah ! Jusqu'à quand Question
    Certains ont même osé dire de leur dossier de justice qu'il était clos. Ne savent-ils pas que rien n'est définitivement joué et que tout peut être remis sur la table. Il suffit d'un changement véritable pour que cette racaille ait à répondre de ses crimes !
    Nous sommes dirigés par des vieillards frappés de sénilité à l'image du président de la république qui, lui-même, a déclaré:"Tab Dj'nana" mais qui reste accroché à son fauteuil et certains parasites osent parler d'une 3ouhda râbi3a ! Où va-t-on ?
    L'état n'a jamais été aussi faible et inexistant sur la scène publique. Les lois sont bafouées par les citoyens et par l'état lui-même.
    Des citoyens pénalisés par ces violations ne réussissent pas à faire entendre raison aux contrevenants et les administrations laissent faire. Tchippa oblige !
    Un citoyen est allé se plaindre à l'APC de Bouzaréah pour deux constructions illicites (sans permis de construire) et s'est vu répondre en ces termes: "Inutile de te fatiguer, le PAPC ne signera jamais l'arrêté de démolir, voici mon nom, va te plaindre au Wali délégué et même à Bouteflika si tu veux !"
    Ces situations sont vécues par des milliers de citoyens à travers le pays.
    Toutes les élections ont échoué et une infime partie de la population a voté (14%). Que peuvent valoir de telles scrutins ? Est-ce leur conception de la démocratie ? L'école benbouzidienne a lamentablement fait faillite à tous les niveaux ; des universitaires finissent leur cycle et ne savent pas rédiger le moindre mémoire, réalisant des fautes d'orthographe du niveau primaire.
    Sous prétexte de commémorer le 1er Novembre 1954, M. Missoum Sbih, ambassadeur à Paris, a organisé une fête le 7 novembre, jour de son anniversaire ! On parle de 500000 €, pendant que nos cancéreux se meurent dans l'indifférence générale. cry
    Notre diplomatie ne mérite même plus ce nom. Son responsable désigné s'est présenté devant les députés français pour répondre à leurs questions et a même regretté que l'Algérie ne soit plus française !!! C'est là que je ne puis m'empêcher de penser à Kharrouba, ex-Caroubier.
    L'Algérie est partenaire à part entière de l'OTAN, une honte !
    On parle de réconciliation nationale. (El Moukâlakha El Watania)
    Qu'en est-il des disparus ?
    Qu'en est-il des 250000 morts ?
    Qu'en est-il des internés des camps du Sud irradiés ?
    Qu'en est-il des assassinats politiques ?
    L'opposition réelle reste malheureusement divisée et fait ainsi le jeu des dirigeants. C'est pourquoi j'en appelle à tous les Algériens sincères et soucieux de l'avenir de notre pays de se ressaisir et se rassembler dans les plus brefs délais. La nation est en danger.

    NOV 2012 le Soleil d'Algerie Par :Abderrezak Laïb


    NB : Le constat amer que,vint cinq ans après les émeutes du 88,on n'est pas à l'abri d'une nouvelle explosion, encore plus importante. perplexe


    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.
    avatar
    albatros

    Nombre de messages : 245
    Date d'inscription : 12/09/2010

    Re: Où va l’Etat algérien ?

    Message par albatros le Mar 11 Déc - 16:47

    Salut à tous!
    Mon ami federer, à peine avoir lu la première phrase du ton article, que l'idée de te dire ceci effleura ma tête, "RAHI LAHKAT LES APC",il y a à boire et manger. Salam
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Où va l’Etat algérien ?

    Message par PHOENIX le Mar 11 Déc - 19:07




    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2494
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Re: Où va l’Etat algérien ?

    Message par FEDERER le Lun 14 Jan - 10:32

    SALUT
    Je n'est pas pu ne pas partager cette confession avec nos forumistes. lecture http://www.dzenews.com/1/post/2013/01/confessions-dun-general.html


    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.
    avatar
    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2494
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Re: Où va l’Etat algérien ?

    Message par FEDERER le Dim 31 Mar - 19:42



    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.
    avatar
    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2494
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Re: Où va l’Etat algérien ?

    Message par FEDERER le Dim 28 Juil - 13:06



    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.
    avatar
    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2494
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Re: Où va l’Etat algérien ?

    Message par FEDERER le Lun 12 Aoû - 20:09

    Salut

    Après le mandat d’arrêt contre lui Chakib Khelil, la chute d’un vice-roi http://www.tsa-algerie.com/actualite/item/1517-apres-le-mandat-d-arret-contre-lui-chakib-khelil-la-chute-d-un-vice-roi


    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.
    avatar
    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2494
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Re: Où va l’Etat algérien ?

    Message par FEDERER le Lun 18 Nov - 10:46



    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.
    avatar
    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2494
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Re: Où va l’Etat algérien ?

    Message par FEDERER le Lun 7 Avr - 10:47

    Salut

    Voila une belles chronique à partager avec les forumistes,  lecture  BONNE LECTURE

    Les Algériens savent très bien que, sans l’ombre d’un doute et sauf miracle divin, Bouteflika sera réélu pour un quatrième mandat. Tous, nous nous apprêtons à écouter un résultat le soir du 17 Avril, d’une victoire du Président sortant avec 60% des voix, comme l’a prédit l’homme fidèle du Président, Amar Saâdani qui a précisé le taux exact des voix, avant même la tenue du scrutin.

    Le même résultat final sera prononcé, quelques jours plus tard, par le président du Conseil constitutionnel, lequel intronisera Bouteflika à la tête du Royaume algérien et de son peuple asservi  pour une nouvelle période qui pourra durer des jours, des semaines, des mois, ou même des années. Dureront ainsi le pouvoir absolu et la corruption absolue qui bénéficient de cette situation. Ainsi, l’injustice, le despotisme et le sentiment d’oppression se verront pérennisés chez les Algériens, qui n’auront qu’à ajourner leur rêve d’une nouvelle Algérie. De ce fait, le désespoir se généralisera, le fossé entre les différentes parties du peuple s’approfondira et l’Algérie sera encore plus vulnérable aux dangers politiques et sociaux, difficilement gérables.

    Ceux qui entourent le Président vont trouver une manière de résoudre l’équation de la prestation de serrement. En dépit de sa prestation, debout, obligatoire pour quelques secondes lors de la réception de John Kerry, on s’attend à une nouvelle fatwa qui autoriserait le Président d’exercer ses fonctions sans que cela ne soit précédé d’une prestation de serrement. Ou bien pourraient-ils encore nous fabriquer des photos ? (dont certains disent qu’elles sont en cours de montage dès maintenant et qu’elles seront diffusées à partir du 17 avril, comme poursuite du feuilleton de manipulation de l’Algérie, de son peuple et ses institutions).

    Après le 17 Avril, le Président continuera à être occulté de la scène, comme cela a été le cas depuis peu de temps, ou plutôt, sa séquestration se poursuivra dans un lieu que seuls quatre personnes connaissent. Le sort des Algériennes et des Algériens continuera, par conséquent, d’être entre les mains de l’étroit entourage du Président, loin de tout contrôle et dans l’impunité, uniquement par l’alliance avec la mafia financière. Ce gang continuera à gouverner l’Algérie par procuration, à contrôler les souffles des esclaves et à tirer les ficelles du pouvoir ainsi que les mécanismes des institutions.

    Au lendemain du 17 Avril, la bataille interne des partisans du quatrième mandat va atteindre son paroxysme autour de la répartition des butins pour décrocher des postes et des prérogatives promis par les ministres, les responsables et les ambassadeurs qui forment l’entourage du Président. Certains d’entre eux vont décrocher des affaires et bénéficieront de toutes les facilitations qui leur accéléreront la voie de la richesse, du pouvoir et du contrôle des gens. Ceux qui ont spolié l’argent du peuple, bénéficieront également de toutes les protections juridique et politique dans la couverture de leurs crimes commis à l’encontre de l’économie nationale. Le clan du Président continuera à diviser le peuple et les collectivités et se vengera de tous ceux qui se sont opposés au quatrième mandat, en les punissant, comme il a fait lors des élections de 2004. Les opposants seront même poursuivis parce qu’ils auront refusé de courber l’échine et de capituler et seront restés fidèles à leurs principes, non pas par haine d’une personne, mais par amour de leur patrie et par la volonté de libérer l’Algérie de la bande qui s’est accaparé le pays et ses institutions.

    La nuisance portée à l’institution militaire et au service de renseignement notamment, se poursuivra à travers l’envoi de ses cadres à la retraite ou leur transfert devant les tribunaux, comme cela a été le cas dernièrement pour certains généraux. Ce sera le sort réservé aussi à toute personne montrant des signes de réserve ou d’hésitation, dans une démarche d’appropriation des dernières forteresses de la souveraineté nationale qui protège le peuple. L’équilibre national se verra, de ce fait, vaciller et la société sera plus vulnérable et susceptible d’explosion, car le despotisme mène obligatoirement à plus d’asservissement, étant l’ennemi de la liberté et de la justice, surtout, quand l’ignorance prévaut sur le savoir et l’ego sur la raison.

    La plupart des pronostics montrent que certains candidats vont abdiquer devant le fait accompli, mais que Benflis ne se taira pas comme il a promis de le faire. Il dénoncera la fraude et le vol des voix. Ses partisans pourront même s’autoproclamer vainqueurs avant même l’apparition des résultats finaux, étant convaincus que les résultats qui seront annoncés ne seront pas valables et que la volonté populaire sera violée une fois encore, alors que le Président et ses valets n’imagineront pas d’autre président que Bouteflika, tant que ce dernier est en vie !

    Idem pour les opposants au quatrième mandat, ils sentiront une grande amertume et une désolation au lendemain du 17 avril, pour avoir raté une véritable opportunité de changement pacifique. Leur sentiment d’être étrangers dans leur pays va s’accroître par la force de l’exclusion à laquelle ils seront confrontés et par leur conscience que l’État demeure l’otage des groupes d’intérêts, d’oppression et d’asservissement et leur conscience que l’Algérie de Bouteflika continuera à être un lieu impossible à vivre, refusant tout renouvellement et progrès. Un lieu où le suicide devient une obligation et un devoir pour chacun d’entre nous et un moyen pour en finir avec l’injustice, la corruption, la mal vie et les bandes qui se sont emparées des cerveaux des Algériens et de leurs richesses.

    La bataille des libres Algériens au temps des esclaves et des oppresseurs ne s’achèvera pas le 17 Avril, ni au lendemain de ce jour, car Bouteflika et ses partisans n’auront point d’aptitude pour apporter quoi que ce soit à l’Algérie et aux Algériens, mais ils doivent prendre conscience, dans leur ensemble, qu’en dépit de l’existence répandue de l’injustice, cette dernière ne pourra triompher et perdurer à long terme


    La chronique de Hafid Derradji : l’après 17 avril


    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.
    avatar
    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2494
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Re: Où va l’Etat algérien ?

    Message par FEDERER le Lun 15 Sep - 9:51

    Salut

    Comme il fallait s’y attendre, le projet de Loi de finances 2015 classe le ministère de la Défense et celui des Moudjahidine en haut du tableau en termes de budget de fonctionnement.

    Avec plus de 1.000 milliards de dinars (1.047.296.000.000 DA), soit environ 12,9 milliards de dollars US, le département de Ahmed Gaïd Salah, ministre de la Défense, est ainsi le plus budgétivore de tous, selon les chiffres de l’APS. Loin derrière tous les autres.

    Le fonctionnement de l’armée coûte ainsi plus cher que l’Éducation nationale, ministère auquel l’exécutif prévoit d’allouer un budget de moins de 750 milliards de dinars ( 746.643.907.000 DA).

    En d’autres termes, faire fonctionner 516.000 militaires (512.000 militaires engagés, tous corps confondus, et 400.000 réservistes, selon les estimations du site Global Fire Power) nécessite 3,7 milliards de dollars de plus qu’éduquer et assurer une instruction à près de 8,6 millions d’élèves, répartis sur les trois paliers.

    Si l’exécutif avance le caractère « vital » de la Défense nationale pour défendre son projet de répartition de l’argent public, comment peut-il justifier son choix d’accorder un portefeuille plus conséquent au département des Moudjahidine ( 252.333.450.000 DA, soit 3,1 milliards de dollars) que celui des ministères de la Justice (923 millions de dollars), des Transports (1, 2 milliards), de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (371 millions de dollars) ou encore de la Culture (318 millions de dollars ) ? Par la « légitimité historique » peut-être. Ce gros portefeuille devrait permettre de financer les largesses et grands privilèges dont bénéficient nos anciens maquisards et leurs ayants droits. S’acheter des voitures financées en bonne partie par l’ensemble des contribuables, entre autres.

    Ainsi le fonctionnement du ministère de la Défense et celui des Moudjahidines durant l’année 2015 devrait coûter au contribuable 16 milliards de dollars sur un budget de fonctionnement total de l’Etat s’élevant à 62 milliards de dollars

    Le projet de Loi de Finances 2015, de par la répartition du budget de fonctionnement sur les différents départements ministériels, ne fait que prolonger une tradition bien ancrée dans la politique nationale de dépenses publiques. Cette manière de répartir l’argent du contribuable sur les différents ministères, adoptée par le régime, est destinée avant tout à s’assurer le soutien de « la famille révolutionnaire » et de l’institution militaire au système et pérenniser sa propre existence. flagdz Il est question de se défendre pour continuer à exister avant de s'instruire et de se cultiver.

    Source :septembre Algerie focus


    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.
    avatar
    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2494
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Re: Où va l’Etat algérien ?

    Message par FEDERER le Mer 2 Mar - 14:01

    Salut

    Le journaliste algérien Ahmed Lahri a été évincé de son poste de présentateur du journal de 19 heures sur la chaîne de télévision publique Canal Algérie. Selon plusieurs médias algériens, il s'agit d'une sanction contre le journaliste pour avoir omis de préciser le titre de "président de la République" en citant le nom d'Abdelaziz Bouteflika.

    Canal Algérie s’en défend et assure qu'il a simplement changé de poste, mais l'indignation est à son comble en Algérie.Ce journaliste a été plusieurs fois averti, la sanction est juste c'est une chaine étatique n'oublies pas. flagdz flagdz


    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.

    Contenu sponsorisé

    Re: Où va l’Etat algérien ?

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 20 Nov - 5:56