DELLYS FORUMACTIF

BIENVENU(E) sur votre forum!
DELLYS FORUMACTIF

Le forum de toutes et tous les Dellyssien(ne)s


    L'homme qui attendait le métro

    Partagez

    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2490
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    L'homme qui attendait le métro

    Message par FEDERER le Jeu 25 Nov - 8:55

    Bonjour

    Un article nostalgique en même temps intéressant que j'ai voulu partager avec vous chers forumistes.Pauvre Algérie flagdz

    El-Anka n'était pas encore mort, Boudebouze pas encore né, Bouteflika pas encore en exil, la place à la Cinémathèque était à 3 dinars, l'Entente de Sétif et koussim, raflaient les Coupes d'Algérie, Lalmas et le CRB les titres de champions,Boudjemaâ Karèche parlait de cinéma, Alloula de Gogol, Messaâdia de "tâches d'édification nationale", on imitait Zinet, Khalida Messaoudi enseignait les maths, on s'ennuyait le vendredi, le café au comptoir coûtait 70 centimes et dans El-Moudjahid on admirait la plus belle promesse de Boumediene : " Le métro d'Alger sera opérationnel en 1985".
    J'avais 45 ans.
    Le MP3 n'était pas encore inventé, de même que le GIA, le RND, Windows explorer, la direction assistée, la réconciliation nationale et les brigades anti- non-jeûneurs, mais Bouteflika était parti pour mieux revenir, El-Anka pour ne plus jamais revenir, Assad avait débordé à gauche, Koussim et Lalmas avaient raccroché, mais Belloumi avait repris dans les filets, on achetait des Zastava à Sonacome, le ticket à la Cinémathèque coûtait toujours 3 dinars, on imitait Omar Gatlato,le vendredi on visitaitle parc zoologique, Khalida Messaoudi mobilisait les femmes, le café montait à 1 dinar au comptoir, on venait de battre l'Allemagne et dans El-Moudjahid on admirait la plus belle promesse de Chadli : : " Le métro d'Alger sera opérationnel en 1989".J'avais 50 ans.
    J'en avais presque 60 quand le mur de Berlin s'écroula, de même que Messaâdia, les "tâches d'édification nationale", le FLN, les dernières Zastava, la presse unique, l'Union de la gauche, la Perestroïka, le socialisme, les souvenirs de Gijon, l'ère Chadli, Madjer était transféré à Porto et Assad dans un camp du sud, Bouteflika n'était pas encore là mais Boudiaf était revenu puis reparti, la Cinémathèque d'Alger était passée à 5 dinars et celle de Bordj Bou Arréridj à la trappe, Boudebouz venait de naître, Boudjemaâ Karèche ne parlait plus de cinéma, Khalida Messaoudi dénonçait la fraude électorale, le vendredi on allait à la mosquée, le café au comptoir passait à 4 dinars et dans El-Moudjahid on admirait la plus belle promesse de Zéroual : " Le métro d'Alger sera opérationnel en 2001"
    A mes 65 ans le noir devint à la mode, le café en profita pour passer à 7 dinars, une nuit crasse tomba subitement, de même que nos amis, nos dernières illusions, le rideau sur Alloula, on avait inventé le MP3, le GIA, le RND, Windows explorer, la direction assistée, pas encore la réconciliation nationale ni les brigades anti- non-jeûneurs, on n'allait plus à la cinémathèque mais assez souvent au cimetière, on imitait Ali Benhadj, nous partions en exil pendant que Bouteflika en revenait, Boudjemaâ Karèche ne parlait plus de cinéma et dans la presse indépendante on lisait la plus belle promesse de Bouteflika : "Le métro d'Alger sera opérationnel en 2004".
    A 70 ans, tout cessa brusquement de me surprendre, le café au comptoir à 12 dinars, les doberman du FLN, Mohamed Gharbi et Benchicou en prison, Khalida Messaoudi ministre, l'invention dela réconciliation nationale, Boudjemaâ abandonné. Rien ne me rappelait plus le temps ancien, le MP3 était déjà démodé tout comme le GIA, le RND, Windows explorer, la direction assistée, même la réconciliation nationale, tout était nouveau pour moi, l'I-phone, internet, le mms, le big mac,Khalida Messaoudi couvrant la fraude électorale non rien ne me rappelait plus le bon vieux temps sauf, un jour d'octobre 2006,la bonne vieille plus belle promesse de Boumediene, Chadli, Zéroual, Bouteflika, Belkhadem, énoncée, cette fois, par un ministre qui portait le doux nom de Mohamed Maghlaoui, un homme charmant qui, outre la grâce de nous révéler le nom de la première station, Haï El Badr, eut celle de nous dévoiler le prix du ticket, 25 dinars à ce que je m'en souviens.
    Aujourd'hui, j'ai 76 ans et je vous raconte tout ça d'un café du quartier. Je viens de parcourir rapidement le journal du jour, mercredi 24 novembre 2010, et les nouvelles étaient sans intérêt: Raffarin à Alger, Ouyahia en Iran...J'allais jeter la gazette.
    quand un titre accrocha mon attention : " Le métro d'Alger sera opérationnel en 2011" Elle était là, toujours aussi belle, la plus belle promesse de Boumediene, Chadli, Zéroual, Bouteflika, Belkhadem, qui devenait, à la trentaine, celle d'Ouyahia. Une pléïade de génies pilotant une machine qui n'a jamais démarré ! Ah, ma chère promesse! Voilà trente ans qu'on espère te voir sortir du tunnel noir.
    C'était mercredi 24 novembre de l'année 2010... J'ai pris mon café et je me suis incliné devant elle, elle qui aura survécu, avec panache, à tous ses anciens maîtres et qui, manifestement, va me survivre, moi qui chancelle déjà sous le poids de l'âge et qui ne saura pas de quelle prochaine bouche elle va surgir un jour, telle une amazone, pour nous donner un petit goût du futur.



    Source : LE MATIN DZ


    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.

      La date/heure actuelle est Ven 9 Déc - 7:42