DELLYS FORUMACTIF

BIENVENU(E) sur votre forum!
DELLYS FORUMACTIF

Le forum de toutes et tous les Dellyssien(ne)s


    Les faux dinars menacent l’économie

    Partagez
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Les faux dinars menacent l’économie

    Message par PHOENIX le Jeu 4 Nov - 15:01





    Le trafic de la fausse monnaie s’est propagé dans différentes villes du pays et la circulation de faux billets a pris des proportions alarmantes. Trafic de faux billets de 1000DA !

    Tout le monde en parle ces derniers jours, suite à la saisie de sommes importantes. Mostaganem, Oum El Bouaghi, Jijel, Sétif, Annaba, Tébessa, Tlemcen, Oran, Tipasa, Blida et d’autres villes encore…

    Le faux gangrène l’économie tout en pouvant générer des conséquences dont on ne mesure pas les dégâts pour le moment. La semaine dernière El Watan a révélé les méfaits de cette pratique criminelle qui a réussi à provoquer une panique générale dans le marché des voitures d’occasion au niveau de la wilaya de Mostaganem.

    Le marché du bétail n’a pas été en reste puisque des transactions ont carrément été annulées en raison des doutes émis par les marchands à l’égard de certains billets de la monnaie nationale. La Gendarmerie nationale vient d’énumérer les nombreuses régions infestées par le trafic de faux billets de 1000, de 500 et de 200 DA. La devise non plus n’y a pas échappé. Selon le rapport établi par le commandement de la Gendarmerie nationale, sur des saisies effectuées ces deux derniers mois (septembre et octobre), 11 wilayas du nord du pays sont touchées par ce phénomène. A l’est du pays, le trafic bat son plein ces deux derniers mois. 12 personnes, dont 3 ressortissants africains, ont été interpellées par la gendarmerie.

    La perquisition dans les domiciles de certaines personnes impliquées et la fouille de leur véhicule a permis la récupération de faux billets. La falsification n’a en fait épargné aucun billet : des coupures des billets de 1000, de 500 et de 200 DA ainsi que des coupures de billets en euros. Mais les faussaires sont intéressés beaucoup plus par le billet de 1000 DA.

    «Ces derniers sont destinés généralement à la vente. Les billets de 1000 DA peuvent être vendus à 400 DA aux autres distributeurs», a révélé un agent de banque qui a reconnu que les banques font de plus en plus face à ce genre de trafic. Les statistiques de la Gendarmerie nationale sont claires sur l’ampleur de ce phénomène. Aussi, des produits chimiques et du matériel informatique, destinés à la contrefaçon, ont été saisis à Mila lors de l’arrestation de deux ressortissants africains.

    La substance chimique de couleur noire récupérée à Mostaganem indique que les trafiquants sont bien dotés de moyens sophistiqués. Ces matières révèlent également que des ateliers de fabrication de faux billets existent bel et bien sur le territoire national

    Oum El Bouaghi en tête

    La wilaya d’Oum El Bouaghi est en première position en matière de trafic. Agissant sur renseignement, la gendarmerie de la brigade de Dhalaâ a interpellé deux personnes à bord d’un véhicule de marque Renault Symbol en possession de neuf faux billets de banque de 1000DA.

    Le 29 septembre, 950 coupures de papier découpées sous forme de billets de banque de 1000 DA, destinées à la contrefaçon, ont été récupérées également dans cette localité.

    Le 6 octobre, 90 coupures de papier sous forme de billets de banque de 1000 DA ont été découverts suite à la fouille d’un véhicule au chef-lieu d’Oum El Bouaghi. La situation à l’Est s’avère très inquiétante.

    Dans la wilaya de Mila, deux ressortissants africains en situation irrégulière ont été arrêtés en possession d’une valise renfermant 2138 coupures de papier de 1000 euros, 1542 de 50 euros et 795 de 20 euros et un produit chimique destiné à la contrefaçon de billets. Dans les quatre wilayas de l’ouest du pays – Oran, Tlemcen, Mostaganem et Saïda –, le trafic de la monnaie est lié à celui de la drogue et des véhicules.

    Au Centre, la wilaya de Blida et de Tipasa sont également touchées par ce phénomène. Le rapport de la gendarmerie n’a cité aucun cas de falsification de billets à Alger.

    Les faussaires l’ont-il épargnée ? Bien que la circulation de faux billets ne soit pas perceptible, les citoyens et les commerçants d’Alger sont vigilants. «Je n’ai aucun appareil pour détecter les faux billets. Je regarde le fil argent et la qualité du papier.

    Les billets neufs suscitent toujours ma crainte», appréhende un commerçant tenant une boutique à la rue Hassiba Ben Bouali. Dans cette allée, un vendeur de meubles se montre confiant. «J’encaisse généralement des sommes importantes. Mais les trafiquants ne prennent pas de risque. Ils savent très bien que le contrôle est permanent. Ils ciblent plutôt les marchands à la sauvette», a-t-il fait remarquer.

    Mais un bijoutier avoue qu’à la fin de la journée après avoir effectué ses comptes, il lui est arrivé parfois de découvrir un ou deux faux billets. Ce commerçant préfère les déchirer sans les signaler à la police. «Je fais plutôt attention quand il s’agit d’un ressortissant africain. Mais pour les autres clients, j’encaisse quelquefois sans vérifier les billets», a-t-il avoué. Pour leur part, les établissements financiers renforcent les moyens et les techniques du contrôle des billets. «Ça nous est arrivé d’interpeller les clients après avoir retrouvé un ou deux faux billets lors de l’opération de versement. C’est généralement lors du versement des sommes qui dépassent un million de dinars qu’on découvre les billets falsifiés. Ils sont de 2% par rapport à la somme globale», a déclaré un agent d’une banque qui a requis l’anonymat.

    «Les banques prennent de plus en plus de mesures, y compris sur le plan technologique. Et les logiciels sont actualisés», a rassuré Abderrahamane Benkhalfa, président de l’Association des banques et des établissements financiers (ABEF), contacté hier par téléphone.

    Néanmoins «la problématique qui se pose actuellement consiste en l’utilisation des banques comme des trésoreries. Même les entreprises utilisent les banques comme unité de trésorerie. Elles sont donc des supports pour la gestion de trésorerie», a noté M. Benkhalfa.

    Djedjiga Rahmani(El watan)





    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Les faux dinars menacent l’économie

    Message par PHOENIX le Jeu 4 Nov - 15:02



    Pour ceux qui vendront des moutons pour l'Aid, ne vous faites pas avoir! mdr , sinon ça deviendra un sadaka forcée Rolling Eyes


    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2494
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Re: Les faux dinars menacent l’économie

    Message par FEDERER le Jeu 4 Nov - 17:39

    salut

    Et comment savoir que c'est un faux billet Question Question mdr


    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Les faux dinars menacent l’économie

    Message par PHOENIX le Ven 5 Nov - 11:38

    FEDERER a écrit:salut

    Et comment savoir que c'est un faux billet Question Question mdr

    Bonne question! alors, ya deux options qui s'offrent a toi:

    1)- soit tu prends un billet de 1000DA dans les mains, tu le passe au dessus d'une flame d'un briquet, si le billet brule completement! il s'agit bien d'un bon billet, s'il brule a moitié c'est un faux. mdr

    2)- Si ton billet est a l'éffigie d'une personnalité comme le billet qui suit, c'est un bon billet, les autres sont tous faux!. mdr


    C'etait pour rire bien evidement.

    Pour reconnaitre un faux billet, cela releve de la qualité du papier, au regard et a l'inclinaison et biensure le test infrarouge.

    voici quelques tests sur des billets en euros: ( une fois sur la page, cliquez sur suivant pour les autres images.

    http://www.linternaute.com/argent/magazine/dossier/reperer-un-faux-billet/le-nombre.shtml


    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2494
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Le dinar en péril

    Message par FEDERER le Ven 12 Nov - 16:15

    salut


    De France… en Chine, en passant par l’Italie et la Syrie, le dinar algérien est devenu malgré lui une «devise» très convoitée. Acheminés dans des containers par des importateurs qui utilisent divers procédés de dissimulation, les faux-billets menacent aujourd’hui l’économie algérienne.
    Enquête sur un business nommé dinar :http://www.elwatan.com/une/le-dinar-en-peril-12-11-2010-98698_108.php


    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Les faux dinars menacent l’économie

    Message par PHOENIX le Sam 13 Nov - 17:21


    Des milliards de DA en faux billets


    La Gendarmerie nationale vient de localiser des centaines de milliards de faux billets en fausses coupures de 1000 dinars.
    Ces fausses monnaies ne portent pas le point sur la lettre «B» du mot «banque» mentionné en arabe sur les billets, selon une enquête menée par les gendarmes. C’est ce détail très important qui a permis à la GN de localiser les faux billets et d’arrêter plusieurs personnes impliquées dans ce trafic, révèle la même source. Les trafiquants de faux billets, pourtant très vigilants dans ce genre de trafic, ont oublié de mettre le point sur le mot «banque».

    C’est à partir de là que les faux billets ont été localisés par les enquêteurs de la Gendarmerie nationale, explique toujours la même source. Il s’agit de dizaines de milliards de faux billets qui sont écoulés. Récemment, 500 milliards de fausses coupures de 1000 dinars ont été saisis dans la wilaya de Mostaganem par la Gendarmerie nationale qui a alerté les banques publiques et privées.

    Ces établissements financiers procèdent depuis ces derniers jours à la vérification de chaque billet de 1000 dinars. Une vérification manuelle, explique notre source, car il est quasi-impossible de repérer les faux billets en utilisant les détecteurs de faux billets. Les trafiquants ont utilisé pour cela des machines très sophistiquées. Selon plusieurs enquêtes menées par les gendarmes, le filtre utilisé par les trafiquants est importé d’Italie, le papiers et filigrane proviennent de Chine.

    Les réseaux de trafic de faux billets sont bien structurés que ce soit en Algérie ou dans les autres pays du monde comme l’Italie, la France, la Espagne ou encore la Chine. Le marché algérien attire de plus en plus ces réseaux de trafic de faux billets. De son côté, le gouverneur de la Banque d’Algérie est quotidiennement interpellé par les responsables des banques sur les faux billets. Cette situation mécontente la Banque d’Algérie.

    La Banque d’Algérie se mobilise pour arrêter l’hémorragie

    D’autre part, selon l’Association des banques et des établissements financiers (ABEF), de nouveaux matériels très sophistiqués seront importés prochainement au profit des Agences de banques du pays, afin de faire face au trafic de faux billets qui prend aujourd’hui une ampleur sans précédent.

    En effet selon l’ABEF, près de 2 000 scanners et des centaines de compteuses de billets seront installés dans les établissements financiers du pays. Plus efficaces pour contrôler et identifier les faux billets, ces machines à compter seront plus adaptées pour vérifier l’authenticité des billets mis en circulation dans les banques du pays. Désormais, les anciennes machines ne font plus de poids.

    Ainsi, des centaines de milliers de dinars en coupures de faux billets de 200 et 1000 dinars, mais également des fausses pièces de 100 dinars circulent dans nos banques sans êtres repérés. Souvent, ces faux billets sont dans un état lamentable, ce qui permet aux trafiquants d’écouler sur le marché de fausses coupures sans rencontrer de problème.

    Toutefois, la vigilance est plus que jamais de mise dans les banques, entre autres, la vérification du numéro et la signature que portent ces faux billets. Mais cette prise de conscience n’a pas pu arrêter l’hémorragie de faux billets. Devant cette situation, les banques sont déjà en alerte, et le contrôle a été poussé afin de localiser les faux billets.

    Face à ce contrôle draconien, les trafiquants ont trouvé d’autres solutions. Désormais, ils fabriquent des faux billets de 1000 dinars dans d’autres pays, en France ou en Chine à titre d’exemple. Une solution qui s’avère très payante pour ces réseaux.

    C’est le cas d’un puissant réseau international qui alimentait Alger depuis Arjowiggins en fausses coupures de 1000 dinars. Des centaines de millions de dinars en coupures de faux billets de 1000 dinars ont été découvertes à l’intérieur d’une mystérieuse usine située en pleine forêt en Seine-et-Marne, à Paris. Le 18 avril 2009, la police lyonnaise a découvert une importante affaire de fabrication de faux billets en fausses coupures de 1000 dinars.

    Un réseau a été démantelé lors de ce coup de filet de la police française (polices judiciaires de Lyon et de Marseille) qui a permis d’interpeller près de 200 personnes, selon les propos d’un chef de la sûreté de Lyon, rapportés par une revue française qui dévoile l’affaire. Ces personnes ont été mises en examen. Aujourd’hui, une quantité de ces faux billets est écoulée en Algérie, selon une source de la Banque d’Algérie. Cette fabrique de faux billets était une vraie passoire pour Alger, à l’instar de plusieurs autres villes du monde.

    De nouvelles révélations viennent d’être faites par les enquêteurs de la police lyonnaise au sujet de cette affaire, et ce, après une année. En effet, après un long travail d’investigation la police lyonnaise a pu localiser d’autres lieux où les trafiquants fabriquaient de grosses quantités de faux billets en dinars, mais également en euro et en dollar. Outre les 20 milliards de centimes en faux billets de 1000 dinars envoyés vers Alger, le même réseau avait l’intention de transférer d’autres quantités plus importantes, selon les enquêteurs lyonnais.

    Revenons à l’usine d’Arjowiggins, là où le gros lot de faux billets était en fabrication. Trous dans les murs, convois désarmés, pendant des années cette usine a produit des montagnes de papier billets au mépris des règles de sécurité. Pendant des années, l’usine d’Arjowiggins, qui ne possédait pas d’agrément auprès des forces de l’ordre, a laissé sortir de ses entrepôts des camions bourrés de dinars sans la moindre escorte armée (pour tromper la vigilance des policiers). Les faux convoyeurs se contentaient de porter des lampes torches sous leurs vestons pour faire croire qu’ils avaient des flingues.

    Autant dire que le papier qui, dans chaque fourgon, permettait ensuite d’imprimer 100 à 200 millions de centimes de faux dinars, était à la portée du gang pistolet à eau, révèle un chef de la sûreté lyonnaise. Un autre réseau international a été démantelé, cette fois-ci en Chine.

    C’est la police judiciaire de Annaba qui a découvert les premiers tuyaux de ce réseau. Ces «vrais-faux billets» qui auraient été confectionnés en Chine et introduits au pays par des filières spécialisées, ont déjà fait plusieurs victimes, dont le Trésor public. En effet, au mois de juillet dernier, quelque 36 millions de centimes en coupures de

    1 000 dinars ont été versés au Trésor public. C’est le caissier, en clôturant ses comptes, qui a découvert le pot aux roses. Il s’est rendu compte à l’œil nu que de faux billets figuraient parmi la somme qui avait été versée durant la journée. Aussitôt alertés, les services de sécurité ont procédé à la vérification des liasses suspectes, malheureusement, aucune des machines à ultraviolets, pourtant de dernière génération, n’a pu détecter les fausses coupures.

    Quelques semaines après l’apparition à Annaba de faux billets de 1 000 dinars, les services de sécurité allaient réussir un véritable coup de filet en démantelant un réseau structuré et spécialisé dans le trafic et le blanchiment d’argent. Composé de nombreux individus et avec des ramifications s’étendant à plusieurs wilayas limitrophes, et même jusqu’en Chine, le démantelement de ce réseau a été réussi avec la collaboration des services spécialisés dans la lutte contre le crime organisé. Mardi dernier, deux éléments de ce réseau mafieux sont tombés à Berrahal, à 30 km à l’ouest du chef-lieu de wilaya.

    Par Sofiane Abi



    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Les faux dinars menacent l’économie

    Message par PHOENIX le Sam 13 Nov - 17:24



    agacé Cela expliquerai comment beaucoup d'Algeriens se sont subitement enrichi?!....


    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    dellyssienne

    Féminin Nombre de messages : 443
    Emploi/loisirs : informaticienne
    Date d'inscription : 04/12/2009

    Re: Les faux dinars menacent l’économie

    Message par dellyssienne le Sam 13 Nov - 21:41

    les algeriens vont finir par devenir des mafieux !!
    la delinquance prend de l'empleure en algerie.Où va-t-on?
    avatar
    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2494
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Re: Les faux dinars menacent l’économie

    Message par FEDERER le Jeu 25 Nov - 11:50



    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.

    Contenu sponsorisé

    Re: Les faux dinars menacent l’économie

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Ven 15 Déc - 4:12