DELLYS FORUMACTIF

BIENVENU(E) sur votre forum!
DELLYS FORUMACTIF

Le forum de toutes et tous les Dellyssien(ne)s


    La pression s'accentue sur Washington après les révélations de WikiLeaks

    Partagez
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    La pression s'accentue sur Washington après les révélations de WikiLeaks

    Message par PHOENIX le Dim 24 Oct - 15:36




    La pression s'accentuait dimanche sur les Etats-Unis après les révélations sur les cas de mauvais traitements couverts ou commis par l'armée américaine lors de la guerre en Irak, contenues dans les quelque 400.000 documents publiés par le site WikiLeaks.

    «Nous pouvons déplorer la manière dont ces fuites ont eu lieu mais je pense que la nature des allégations faites est extraordinairement sérieuse», a déclaré le vice-Premier ministre britannique Nick Clegg, dimanche dans une interview à la télévision BBC One.

    «Leur lecture est affligeante et elles sont très graves. Je suppose que l'administration américaine voudra fournir sa propre réponse. Il ne nous appartient pas de leur dire comment le faire», a ajouté Nick Clegg, connu pour son opposition à l'engagement de Londres dans la guerre en Irak, qu'il avait déjà qualifiée d'«illégale».

    «Tout ce qui laisse à penser que des règles de base de la guerre, des conflits et du combat, ont été violées ou que de la torture a pu être de quelque manière que ce soit tolérée est extrêmement grave et doit être examiné», a poursuivi Nick Clegg.

    Danger pour les troupes, selon Clinton
    «Les gens voudront entendre une réponse à ce qui se trouve être de très, très graves allégations, d'une nature que (...) tout le monde trouve très choquante», a-t-il dit.

    Publiés vendredi sur le site de WikiLeaks, les quelque 400.000 rapports d'incidents, écrits de janvier 2004 à fin 2009 par des soldats américains, relatent de nombreux cas de torture par les forces irakiennes, ainsi que «plus de 300 cas de torture commis par les forces de la coalition», selon le fondateur du site, Julian Assange.

    Vendredi, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton avait condamné «la diffusion de toute information (...) faisant peser un risque sur la vie des soldats et des civils des Etats-Unis et de leurs alliés». Les ministères britannique et australien de la Défense ont également dénoncé un danger pour les troupes sur le terrain.

    Le rapporteur spécial de l'ONU sur la torture, Manfred Nowak, a néanmoins appelé le président américain Barack Obama à lancer une enquête. «Je me serais attendu à ce que (ce genre d'enquête) soit lancée depuis déjà longtemps, car le président Obama est arrivé au pouvoir en promettant le changement... Le président Obama a l'obligation de traiter les cas passés», a-t-il estimé samedi sur la BBC.

    Demandes d'enquêtes
    Amnesty International a elle aussi appelé Washington à lancer une enquête, évoquant «une grave violation du droit international» quand les forces américaines ont remis «des milliers de détenus aux forces irakiennes tout en sachant qu'elles continuaient à torturer».

    L'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch a demandé que «l'Irak poursuive les responsables de tortures et d'autres crimes" et que "les Etats-Unis enquêtent».

    Washington a cependant opposé une fin de non recevoir à ces appels. Interrogé par la BBC, le porte-parole de l'armée américaine, le colonel Dave Lapan, a dit n'avoir pas l'intention d'ouvrir une enquête, affirmant que, en matière de mauvais traitements par des Irakiens, le rôle des soldats américains étaient «d'observer et d'établir un rapport» à leurs supérieurs chargés de le transmettre aux autorités irakiennes. Il s'agit là d'une «pratique habituelle» de la communauté internationale, a-t-il dit.

    En Irak, les partisans du Premier ministre Nouri al-Maliki voient dans la publication des fichiers une tentative de déstabilisation de l'actuel chef du gouvernement qui tente de se maintenir au pouvoir pour un second mandat. «Il s'agit d'une campagne médiatique contre l'Etat et le processus politique», a affirmé le député Hassan al-Sinaïd, un proche du Premier ministre.

    Liberation.fr



    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2494
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    le fondateur de Wikileaks quitte une interview de CNN

    Message par FEDERER le Mar 26 Oct - 8:54

    salut
    Julien Assange le fondateur de Wikileaks était l'invité de CNN ce week-end pour s'exprimer sur les milliers de documents mis en ligne par son site web sur la guerre en Irak.
    La journaliste évoque les affaires qui poursuivent Julien Assange depuis plusieurs semaines, notamment l'accusation d'agression sexuelle dont il fait l'objet en Suède.
    Il prévient à plusieurs reprise l'animatrice qu'il refusait de répondre à ces questions, puis il quitte le plateau en présentant ses excuses à la journaliste.



    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: La pression s'accentue sur Washington après les révélations de WikiLeaks

    Message par PHOENIX le Lun 29 Nov - 9:16


    WikiLeaks: le site publie 250.000 notes de la diplomatie américaine

    Le contenu de 250.000 câbles diplomatiques américains dévoilés par le site WikiLeaks a été publié dimanche par les grands titres de la presse mondiale, révélant les dessous de la diplomatie des Etats-Unis, comme lorsque Ryad appelait Washington à attaquer l'Iran.
    La Maison Blanche a condamné "dans les termes les plus forts" la publication "irresponsable et dangereuse" de ces documents, affirmant que l'initiative de WikiLeaks pourrait faire courir des risques mortels à des individus.
    Il s'agit "d'un quart de million de câbles diplomatiques américains confidentiels", écrit le New York Times, qui a eu accès aux documents de WikiLeaks, comme quatre titres de référence de la presse mondiale: Le Monde (France), The Guardian (Grande-Bretagne), El Pais (Espagne) et Der Spiegel (Allemagne).
    Ces notes "offrent un panorama inédit des négociations d'arrière-salle telles que les pratiquent les ambassades à travers le monde", observe le quotidien américain.
    WikiLeaks, qui a affirmé avoir été victime dans la journée d'une attaque informatique, précise sur son site internet (http://cablegate.wikileaks.org/) avoir commencé dimanche la publication record de "251.287" câbles diplomatiques, couvrant une période allant de 1966 à février dernier.
    Le site affirme avoir voulu souligner la "contradiction" entre la position officielle américaine et "ce qui se dit derrière les portes closes". Les documents diffusés dimanche étalent au grand jour les usages habituellement tenus secrets de la diplomatie américaine sur toute une série de dossiers, sensibles ou non. Le Guardian indique par exemple que le roi Abdallah d'Arabie saoudite a appelé les Etats-Unis à attaquer l'Iran et à "couper la tête du serpent" pour mettre fin à son programme nucléaire.
    A ce propos, les documents montrent qu'Israël a tenté de pousser les Etats-Unis à la fermeté, selon un document diffusé sur le site du Monde. Un télégramme américain relate ainsi une conversation entre Amos Gilad, un responsable israélien, et Ellen Tauscher, sous-secrétaire d'Etat américaine. La politique du président Barack Obama d'engagement stratégique avec l'Iran, "c'est une bonne idée, mais il est bien clair que cela ne marchera pas", y déclare M. Gilad.
    Certains documents pourraient s'avérer gênants pour de futures rencontres entre les Etats-Unis et leurs partenaires.
    Der Spiegel rapporte ainsi des propos peu amènes de diplomates américains à l'égard de la hancelière allemande Angela Merkel: "Elle craint le risque et fait rarement preuve d'imagination". Quant au Premier ministre turc Tayyip Erdogan, les services américains croient savoir qu'il se méfie de tout le monde et "s'est entouré d'un cercle de conseillers qui le flattent mais le méprisent". D'autres dirigeants en prennent pour leur grade: le président français Nicolas Sarkozy est jugé "susceptible et autoritaire" et un câble décrit le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi comme "faible physiquement et politiquement".
    Avant même la publication des documents, les autorités américaines avaient pris les devants en alertant plus d'une dizaine de pays.
    Les premières fuites de WikiLeaks, en juillet sur l'Afghanistan, contenaient peu d'importantes révélations, et celles émanant d'Irak se concentraient en majorité sur des exactions commises entre différentes factions irakiennes.
    Le dirigeant de WikiLeaks, Julian Assange, un crack informatique australien, a défendu dimanche les agissements de son organisation. "Autant que nous sachions (...) pas un seul individu n'a été mis en danger à la suite de quoi que ce soit que nous ayons publié", a-t-il affirmé.
    Le New York Times explique que les câbles lui sont parvenus "il y a plusieurs semaines" et que les documents susceptibles de "mettre en danger" des individus ou de "compromettre la sécurité nationale" n'ont pas été publiés. Le journal ajoute avoir travaillé avec l'administration Obama à ce sujet.




    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: La pression s'accentue sur Washington après les révélations de WikiLeaks

    Message par PHOENIX le Mar 30 Nov - 13:52




    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: La pression s'accentue sur Washington après les révélations de WikiLeaks

    Message par PHOENIX le Mer 1 Déc - 9:32


    L’Egypte, La jordanie et la Turquie vues de Tel-Aviv

    La Jordanie peut compter sur l’expertise israélienne pour la construction d’un réacteur nucléaire dont l’entrée
    en service est prévue en 2013.

    La révélation est contenue dans un câble de l’ambassade américaine à Tel-Aviv et repris sur le site WikiLeaks relatant la visite, en 2009, de la sous-secrétaire d’Etat en charge du Contrôle de l’armement et de la Sécurité internationale, Ellen Tausher. Israël est favorable à cette construction, mais a estimé que des inquiétudes existent sur «la sûreté biologique» et «la pollution de l’eau» dans la région. Tel-Aviv soutient les pressions de Washington sur Amman pour signer 123 accords relatifs à l’utilisation de ce réacteur. Les Etats-Unis considèrent la demande égyptienne de créer au Moyen-Orient «une zone débarrassée du nucléaire» (la fameuse Nuclear-weapon-free zone ou NWFZ) comme un moyen de transférer l’attention de l’Iran vers Israël. Tel-Aviv qualifie la position égyptienne d’obsessionnelle. «Les Etats-Unis n’entreprendront aucune action qui compromettra la sécurité d’Israël», a répondu Ellen Tausher.

    La suite sur El watan.




    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: La pression s'accentue sur Washington après les révélations de WikiLeaks

    Message par PHOENIX le Mer 1 Déc - 9:37




    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    dellyssien

    Nombre de messages : 91
    Date d'inscription : 06/07/2010

    Re: La pression s'accentue sur Washington après les révélations de WikiLeaks

    Message par dellyssien le Dim 5 Déc - 3:42

    Bonjour albatros,

    Voila la référence de ton proverbe plus bas "Khayar ma ouled...taddi ..."
    moi je dirais plutot ouled elkalba Qa3 klab inclus la rouquine....

    yaw les rapaces qui ont coule le pays et continuent a le couler, Said, elghoul, Abdelaziz, Ga3 kif-kif. On a essaye le FLN, c'etait de la merde totale ( hachakoum) et apres ca, on nous a offert za3ma une combinaison FIS-FLN et le resultat etait immédiat, i.e des centaines de milliers de morts. Et dhorka c'est le frere Said avec une combinaison nationalo-merdique ....alors balak men Ledjrab .

    Ledjrab algerien est tres contagieux......tres Djrab .

    salutation,
    ent'halla fi rouhek mon ami.


    Classé par: DCM Thomas F. Daughton; raisons 1,4 b / j

    Â ¶ 1. (C) Abdelkader Bensalah a été réélu, 129-0, comme le
    Président de la Conseil de la Nation (Sénat), le 12 Janvier.
    Bensalah reste en première ligne pour succéder au président
    Bouteflika dans le cas où il est incapable de remplir ses
    mandat en cours. Bensalah la réélection est devenu un manque à gagner
    conclusion lorsque aucun autre sénateur ne lui a contesté pour le poste.
    Un journaliste de langue française quotidien Liberté,
    Nadia Mellal, qui a couvert tous les aspects de l'élection, a dit
    nous le résultat était connu d'avance une fois le président Bouteflika
    signalé aux sénateurs qu'il voulait Bensalah à retenir
    sa position. Mellal dit sénateurs privé se plaint
    que, par respect pour Bouteflika, aucun autre candidat avait
    se sont présentés. Beaucoup lui ont dit de l'élection est devenue une
    formalité plutôt qu'un exercice de démocratie, qui était un
    honte à leur point de vue.

    NOMME BOUTEFLIKA SÉNATEURS de sa génération
    --------------------------------------------- -

    Â ¶ 2. (C) Le jour de l'élection, huit nouveaux sénateurs rejoint
    le Conseil de la Nation dans le cadre du tiers de la
    les membres sont nommés directement par le président Bouteflika (ref
    A). Tous ont une caractéristique en commun: ils sont
    «Moudjahidine», ou des anciens combattants (comme Bouteflika) de la guerre de
    l'indépendance contre la France. Selon Mellal, ces
    nouvellement nommés sénateurs, en tant que membres de la révolutionnaire "
    famille »et en un sens« frères et sœurs du président Bouteflika, "
    sera très fidèle à lui. Certains sénateurs ont exprimé discrètement
    à son leur frustration que le président ne sont pas parvenus à
    aux membres de la jeune génération qui ont besoin pour mener
    le pays après Bouteflika et sa génération passer de la
    scène.

    Sièges vacants pour MINISTRES départ?
    -------------------------------------

    Â ¶ 3. (C) Bouteflika a nommé seulement huit sénateurs sur les 24
    qui lui est attribuée cette année. Dalila Helilou, un ancien sénateur
    du volet présidentielle, nous a dit Bouteflika a fait une
    décision consciente de laisser 16 sièges vacants de côté
    rendez-vous. Bien qu'il soit vrai que Bouteflika n'a pas
    encore pris sa décision dans certains cas, Helilou jugé plus
    probable qu'il a voulu garder quelques sièges au Sénat en réserve
    pour les ministres qui devraient être prochainement licenciés de
    l'armoire. Helilou dit que le nombre de sièges à pourvoir est un
    bon indicateur d'un remaniement ministériel était à venir.

    Â ¶ 4. (C) COMMENTAIRE: Même si la maladie de Bouteflika est en recul
    dans l'esprit du public (grâce à des images de télévision
    un président actif), le très respecté Bensalah est
    considéré comme capable de gérer le processus de succession à la présidence
    Bouteflika devrait pas être en mesure de terminer son mandat. Helilou de
    l'analyse des sièges vacants du Sénat frappe aussi nous que sur les
    marque.
    FORD



    C O N F I D E N T I A L ALGIERS 000045

    SIPDIS

    SIPDIS

    E.O. 12958: DECL: 01/17/2017
    TAGS: PGOV KDEM AG
    SUBJECT: SENATE PRESIDENT RE-ELECTED

    REF: A. 2006 ALGIERS 2067

    ¶B. ALGIERS 30

    Classified By: DCM Thomas F. Daughton; reasons 1.4 b/d

    ¶1. (C) Abdelkader Bensalah was re-elected, 129-0, as the
    President of the Conseil de la Nation (Senate) on January 12.
    Bensalah remains first in line to succeed President
    Bouteflika in the event that he is unable to complete his
    current term. Bensalah's re-election became a foregone
    conclusion when no other senator challenged him for the post.
    A reporter for French-language daily newspaper Liberte,
    Nadia Mellal, who covered all aspects of the election, told
    us the result was predetermined once President Bouteflika
    signaled to the senators that he wanted Bensalah to retain
    his position. Mellal said senators privately complained
    that, out of respect to Bouteflika, no other candidates had
    presented themselves. Many told her the election became a
    formality rather than an exercise in democracy, which was a
    shame in their view.

    BOUTEFLIKA APPOINTS SENATORS OF HIS GENERATION
    --------------------------------------------- -

    ¶2. (C) On the day of the election, eight new senators joined
    the Conseil de la Nation as part of the third of the
    membership appointed directly by President Bouteflika (ref
    A). All have one characteristic in common: they are
    "moudjahidine," or veterans (like Bouteflika) of the war of
    independence against France. According to Mellal, these
    newly appointed senators, as members of the "revolutionary
    family" and in a sense "siblings of President Bouteflika,"
    will be very loyal to him. Some senators quietly expressed
    to her their frustration that the president did not reach out
    to members of the younger generation who will need to lead
    the country after Bouteflika and his generation pass from the
    scene.

    VACANT SEATS FOR DEPARTING MINISTERS?
    -------------------------------------

    ¶3. (C) Bouteflika appointed just eight senators out of the 24
    allotted to him this year. Dalila Helilou, a former senator
    from the presidential tier, told us Bouteflika made a
    conscious decision to leave 16 seats vacant for later
    appointment. While it may be true that Bouteflika had not
    yet made up his mind in some cases, Helilou thought it more
    likely that he wanted to keep some Senate seats in reserve
    for ministers who are expected to be dismissed shortly from
    the cabinet. Helilou said the number of vacant seats was a
    good indicator that a cabinet shuffle was coming soon.

    ¶4. (C) COMMENT: Even though Bouteflika's illness is receding
    in the minds of the public (thanks to television pictures of
    an active president), the widely respected Bensalah is
    considered able to manage the presidential succession process
    should Bouteflika not be able to finish his term. Helilou's
    analysis of the vacant Senate seats also strikes us as on the
    mark.
    FORD
    avatar
    dellyssien

    Nombre de messages : 91
    Date d'inscription : 06/07/2010

    Re: La pression s'accentue sur Washington après les révélations de WikiLeaks

    Message par dellyssien le Dim 5 Déc - 4:19


    Contenu sponsorisé

    Re: La pression s'accentue sur Washington après les révélations de WikiLeaks

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 18 Oct - 9:06