DELLYS FORUMACTIF

BIENVENU(E) sur votre forum!
DELLYS FORUMACTIF

Le forum de toutes et tous les Dellyssien(ne)s


    Histoire de l'Algérie

    Partagez

    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2490
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Histoire de l'Algérie

    Message par FEDERER le Mer 22 Sep - 12:18


    Question


    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.

    rouge gorge

    Masculin Nombre de messages : 410
    Localisation : dellys haute gasbah
    Emploi/loisirs : ameublement rotin et vanerie
    Humeur : koulchi moumkine
    Date d'inscription : 01/12/2009

    Re: Histoire de l'Algérie

    Message par rouge gorge le Mer 22 Sep - 18:00

    Question et qui le dit ????????????????KHELI EL BIR BE GHTAHE [i]IKHAFOU ME BNADEM MA YKHAFOUCHE ME EL KHALEK

    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Histoire de l'Algérie

    Message par PHOENIX le Mer 22 Sep - 19:11


    Les blessures sont trés profondes et ce n'est pas demain qu'elles cicatriseront...


    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.

    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2490
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Lettre du FLN aux Israélites d'Algérie 1956

    Message par FEDERER le Mer 6 Oct - 7:06

    Lettre aux Israélites d'Algérie

    Quelque part en Algérie,le 1er octobre 1956 Le Front de libération nationale
    (publié par Libre Algérie, 5-18 juin 2000)

    A Monsieur le Grand Rabbin, A Messieurs les membres du Consistoire israélite,Aux élus et à tous les responsables de la communauté israélite d'Algérie, Monsieur le Grand Rabbin,Messieurs et chers compatriotes,

    Le Front de libération nationale (FLN), qui dirige depuis deux ans la révolution anticolonialiste pour la libération nationale de l'Algérie, estime que le moment est venu où chaque Algérien d'origine israélite, à la lumière de sa propre expérience, doit sans aucune équivoque prendre parti dans cette grande bataille historique.
    C'est aujourd'hui un fait notoire que la guerre de reconquête imposée au peuple algérien s'est définitivement soldée par un double échec militaire et politique.
    Les généraux français eux-mêmes avec, à leur tête, le maréchal Juin, ne cachent plus l'impossibilité de venir à bout de la Révolution algérienne invincible.
    Le gouvernement français, dans sa recherche actuelle d'une solution politique devenue inévitable, veut encore voler sa victoire au peuple algérien en poursuivant la pratique insensée de manœuvres grossières, vouées dès maintenant à un échec retentissant.
    L'essentiel de ces manœuvres consiste à tenter d'isoler même partiellement le FLN en portant atteinte à l'unanimité nationale anticolonialiste désormais indestructible.
    Vous n'ignorez pas, chers compatriotes, que le FLN, inspiré par une foi patriotique élevée et lucide, a déjà réussi à ruiner la diabolique politique de division qui s'est traduite dernièrement par le boycottage de nos frères commerçants mozabites, et qui devait s'étendre à l'ensemble des commerçants israélites.
    Cette double tentative que nous avons étouffée dans l'œuf était, comme par le passé, ourdie par la haute administration et mise en application par une poignée d'aventuriers escrocs au service de la police.
    Les policiers mouchards et contre-terroristes assassins ont été exécutés non en raison de leur confession religieuse, mais uniquement parce qu'ennemis du peuple.
    Le FLN, représentant authentique et exclusif du peuple algérien, considère qu'il est aujourd'hui de son devoir de s'adresser directement à la communauté israélite pour lui demander d'affirmer d'une façon solennelle son appartenance à la nation algérienne.
    Ce choix clairement affirmé dissipera tous les malentendus et extirpera les germes de la haine entretenus par le colonialisme français. Il contribuera en outre à recréer la fraternité algérienne brisée par l'avènement du colonialisme français.
    Depuis la Révolution du 1er Novembre 1954, la communauté israélite d'Algérie, inquiète de son sort et de son avenir, a été sujette à des fluctuations politiques diverses.
    Au dernier congrès mondial juif de Londres, les délégués algériens, contrairement à leurs coreligionnaires de Tunisie et du Maroc, se sont prononcés, à notre grand regret, pour la citoyenneté française.
    Ce n'est qu'après les troubles colonialo-fascistes du 6 février, au cours desquels ont réapparu les slogans anti-juifs, que la communauté israélite s'est orientée vers une attitude neutraliste.
    Par la suite, à Alger notamment, un groupe d'Israélites de toutes conditions a eu le courage d'entreprendre une action nettement anticolonialiste, en affirmant son choix raisonné et définitif pour la nationalité algérienne.
    Ceux-là n'ont pas oublié les troubles anti-juifs colonialo-racistes qui, sporadiquement, se sont poursuivis en pogroms sanglants jusqu'au régime infâme de Vichy.
    La communauté israélite se doit de méditer sur la condition terrible que lui ont réservée Pétain et la grosse colonisation : privation de la nationalité française, lois et décrets d'exception, spoliations, humiliations, emprisonnements, fours crématoires, etc.
    Avec le mouvement Poujade et le réveil du fascisme qui menace, les juifs risquent de connaître de nouveau, malgré leur citoyenneté française, le sort qu'ils ont subi sous Vichy.
    Sans vouloir remonter bien loin dans l'histoire, il nous semble malgré tout utile de rappeler l'époque où, en France, les juifs, moins considérés que les animaux, n'avaient même pas le droit d'enterrer leurs morts, ces derniers étant enfouis clandestinement la nuit n'importe où, en raison de l'interdiction absolue pour les juifs de posséder le moindre cimetière.
    Exactement à la même époque, l'Algérie était le refuge et la terre de liberté pour tous les Israélites qui fuyaient les inhumaines persécutions de l'inquisition.
    Exactement à la même époque, la communauté israélite avait la fierté d'offrir à sa patrie algérienne non seulement des poètes, des commerçants, des artistes, des juristes, mais aussi des consuls et des ministres.
    Si le peuple algérien a regretté votre silence, il a apprécié la prise de position anticolonialiste des prêtres catholiques, comme ceux notamment des zones de guerre de Montagnac et de Souk Ahras, et même de l'archevêché qui, pourtant, dans un passé récent, s'identifiait encore à l'oppression coloniale.
    C'est parce que le FLN considère les Israélites algériens comme les fils de notre patrie qu'il espère que les dirigeants de la communauté juive auront la sagesse de contribuer à l'édification d'une Algérie libre et véritablement fraternelle.
    Le FLN est convaincu que les responsables comprendront qu'il est de leur devoir et de l'intérêt bien compris de toute la communauté israélite de ne plus demeurer «au-dessus de la mêlée», de condamner sans rémission le régime colonial français agonisant, et de proclamer leur option pour la nationalité algérienne.

    Salutations patriotiques.

    Source : Guerre de libération


    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.

    dellyssienne

    Féminin Nombre de messages : 443
    Emploi/loisirs : informaticienne
    Date d'inscription : 04/12/2009

    Re: Histoire de l'Algérie

    Message par dellyssienne le Mer 6 Oct - 10:51

    FLN de sacrés bandits...il fallait combattre contre le FLN a l'époque et non la France.
    Sinon concernant les juifs aujourd'hui c'est vraiment délicat de parler juif en algerie.il va falloir un très grand travail pour qu'ils s'acceptent.... scratch
    La terre appartient à dieu et donc à toutes ses créatures, c'est l'homme qui a mis en place des limites et des frontières !!!
    Cette guerre n’a rien apporté même à la France car aujourd'hui elle le paye cher !! Plus cher que tout ce qu'elle a pompé a l'époque.

    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2490
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Re: Histoire de l'Algérie

    Message par FEDERER le Mer 6 Oct - 20:24

    salut

    Je pense que les Juifs d'Algérie ont eu la clairvoyance suffisante en optant pour la nationalité française.
    Après plusieurs années de l'indépendance, le paradis que les français quitté, la mort dans l'âme, a été transformé en enfer par un régime corrompu et vomi par le peuple. Un enfer que les jeunes, quittent en harraga ,bravant au péril de leurs vies les dangers de la mer. degout


    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.

    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2490
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Documentaire Guerre d’Algérie, la déchirure, diffusé sur France 2

    Message par FEDERER le Mer 14 Mar - 11:55

    salut
    Les «Tintins reporters» assassinent le FLN

    50 années après l’indépendance et au lendemain de la diffusion du documentaire à sens unique de France 2, un mutisme inexpliqué, observé par les partis politiques, essentiellement le FLN, pourrions-nous affirmer que la France a gagné la guerre d’Algérie…? Pourrait-elle passer maintenant à la seconde étape, celle de faire passer la loi du 23 février, et puis à la troisième, voulant que l’Algérie reconnaisse les crimes contre ceux qui l’ont vendue, les harkis ? Que sera la quatrième étape ?

    Diffusé dimanche soir, à une heure de grande audience, le documentaire de France 2, «Guerre d’Algérie, la déchirure», est passé, jusque-là, inaperçu des partis politiques algériens.
    Pour la première fois, des images inédites, tirées de la boîte surprise de la France coloniale, ont été diffusées. Pour la première fois, le jeune Algérien, apprend, hors des manuels scolaires, que les négociations avec le FLN ont commencé à l’orée de l’année 1956, c’est-à-dire bien avant le congrès de la Soummam.
    Pour la première fois, les Algériens, très fiers de leur lutte et de leur indépendance, apprennent que cette indépendance est l’œuvre charitable du général De Gaulle.
    Pour la première fois, la guerre contre le code de l’indigénat, pour l’égalité et le recouvrement de la souveraineté nationale, est portée à l’écran comme un fait divers en rapport avec les crimes liés aux harkis et ceux perpétrés contre les 400 000 (chiffre officiel) soldats français venus dans un cadre «touristique» en Algérie.
    Pour la première fois, le téléspectateur algérien, conscient des subtilités d’un scénario tissé pour hypnotiser les esprits, apprend que Ben Mhidi a été arrêté à l’issue des premières négociations du colonisateur avec Abane Ramdane. Pour la première fois, le génocide est inversé .
    Pour la première fois, le rôle du méchant est inversé, sans la moindre déontologie ni éthique historique.
    S’agirait-il finalement de la guerre de la France et non pas d’Algérie ?
    Pour la première fois, le maquisard encore vivant apprend qu’il a été manipulé dans sa lutte d’indépendance par les services secrets de Djamel Abdel Nasser.
    Pour la première fois, on apprend que le dépôt de plainte de la Tunisie a été l’élément déclencheur de la réaction de l’ONU à la question algérienne. Et le napalm, et le 8 mai 1945, et les tortures, Aussaresses, Le Pen, et tous les autres ?
    Cette guerre «sans gloire», comme l’a écrit la journaliste Florence Beaugé dans son livre témoignage, ne va pas se réduire au documentaire des «tintins reporters» de France 2.
    L’enjeu est plus grand : effacer l’esprit «novembriste» de la mémoire des futures générations algériennes. Pour y arriver, il n’est pas difficile d’insulter la mémoire de ceux qui sont déjà morts, en premier, les martyrs algériens. Insulter aussi les efforts des historiens : Benjamin Stora, Mohamed Harbi et Henri Alleg, l’auteur de « La Question».
    Le directeur d’Alger Républicain a écrit ce témoignage bouleversant après avoir été affreusement torturé en 1957, au siège de la 10e division parachutiste à Alger, en même temps que l’universitaire Maurice Audin (qui lui, en est mort). C’est, disait Alleg, «au nom des Algériens qu’[il] a entendu torturer» et «parce que leurs cris résonnaient pour toujours dans [sa] mémoire».!
    Nicolas Sarkozy s’enlise dans sa campagne présidentielle. Son vœu de campagne le plus cher est de faire oublier la «repentance» pour les actes commis par la France pendant la colonisation, puis la guerre de libération.
    Les Algériens n’attendaient qu’une reconnaissance des faits. Ils auraient voulu que l’Etat français dise clairement : «oui, il s’est passé ceci et cela, à telle ou telle époque»… Que la France reconnaisse qu’il y a eu utilisation massive de la torture pendant la guerre d’Algérie, et même avant (puisqu’on torturait de façon routinière dans les commissariats, avant 1954.), et qu’il ne s’agissait pas de simples «bavures», comme le général Schmitt a tenté de le faire croire.
    Source :le jeune indépendant


    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.

    Contenu sponsorisé

    Re: Histoire de l'Algérie

    Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 3:48


      La date/heure actuelle est Ven 9 Déc - 3:48