DELLYS FORUMACTIF

BIENVENU(E) sur votre forum!
DELLYS FORUMACTIF

Le forum de toutes et tous les Dellyssien(ne)s


    Audiovisuel : le paradoxe algérien

    Partagez
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Audiovisuel : le paradoxe algérien

    Message par PHOENIX le Dim 17 Jan - 22:28

    Depuis quelques mois Nesma TV, une chaîne de télévision à capitaux tunisiens, diffuse ses programmes en Algérie. Comme une télévision légale, elle a installé des bureaux et des équipes à Alger. Quel est son statut ? Mystère. Interrogé par TSA, la direction de Nesma TV en Algérie n’a pas souhaité répondre. Mais Nesma TV n’est pas la seule chaîne étrangère dans cette situation : Al Jazeera Sport, Canal Plus, Bis Television, Nile Sat sont commercialisées légalement en Algérie. Quel est leur statut ? Les sommes récoltées sont-elles transférées à l’étranger en devises ? Là encore, le mystère est entier.

    Dans un pays où il est toujours officiellement interdit de créer une télévision, la prolifération de chaînes et de bouquets étrangers commercialisés légalement en Algérie pose un double problème.
    Le premier concerne l’équité. Pourquoi autoriser des étrangers à créer des chaînes de télévision en Algérie et refuser cette possibilité aux Algériens dans leur pays ? Certes, depuis l’expérience Khalifa TV, le pouvoir se méfie des projets dans le domaine. Mais si l’interdiction de chaînes d’information peut s’expliquer par cette inquiétude, en quoi une chaîne sportive ou musicale peut-elle constituer une menace pour le pouvoir ?

    Le second problème concerne le danger que représente la mainmise des étrangers sur le secteur audiovisuel en Algérie. Notre pays est en effet un cas unique au monde. Partout, ce sont des nationaux qui détiennent la majorité dans les bouquets de télévision. Les Etats empêchent systématiquement des étrangers d’investir dans le secteur. On se souvient notamment qu’au milieu des années 2000, le gouvernement français avait obligé les bouquets concurrents TPS et CanalSat à fusionner pour empêcher le magnat australien Rupert Murdoch de s’implanter en France où il comptait s’emparer de TPS. Car, comme les télécoms et l’énergie, l’audiovisuel est un secteur stratégique qu’un Etat ne doit pas laisser entre les mains des étrangers.

    En cas de guerre, l’Etat doit avoir le contrôle de ses télécommunications, de son énergie et de ses chaînes de télévision. Mais la gestion de l’audiovisuel n’est qu’une nouvelle illustration du paradoxe algérien. Alors que l’Etat continue de gérer des hôtels – Aurassi, El Djazaïr…-, il a confié aux étrangers les trois secteurs les plus stratégiques : l’énergie, les télécommunications et l’audiovisuel.

    TSA ALGERIE

      La date/heure actuelle est Mer 16 Aoû - 13:11