DELLYS FORUMACTIF

BIENVENU(E) sur votre forum!
DELLYS FORUMACTIF

Le forum de toutes et tous les Dellyssien(ne)s


    Le placement des réserves de change s’effectue à perte : le pouvoir d’achat de l’Algérie s’effondre

    Partagez
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Le placement des réserves de change s’effectue à perte : le pouvoir d’achat de l’Algérie s’effondre

    Message par PHOENIX le Mer 13 Jan - 12:57

    L’Algérie a perdu entre 15% et 20% de capacité de pouvoir d’achat à l’étranger en deux ans, entre 2007 et 2009, selon des estimations obtenues par TSA auprès de sources concordantes. La cause ? La gestion des réserves de change et la faiblesse du dollar.

    La quasi-totalité de nos réserves de change est en effet placé dans des bons du Trésor américain. Même si le gouvernement ne fournit aucune indication sur les caractéristiques techniques des bons américains détenus par l’Etat algérien – la gestion du dossier est entouré d’une grande opacité-, les placements ont été effectués en majorité sur des produits à maturité courte de deux ans. « Ce choix correspond à l’objectif de liquidité et de lissage du cycle économique. L’Algérie n’a pas besoin de bloquer de l’argent pour une période de 10 ans ou 30 ans qui correspondent aux maturités des autres bons américains », explique un financier.

    Deux éléments ont contribué à la dégringolade du pouvoir d’achat de l’Etat algérien à l’étranger : la forte baisse du rendement des bons du Trésor (voir notre schéma). Il est passé de plus de 5% début 2007 à moins de 0,88 actuellement. Autrement dit, les 146 milliards de dollars placés dans les bons du Trésor rapportent un peu plus de 1,2 milliards de dollars par un. Avec l’inflation et la chute du dollar, il s’agit d’un placement à perte. Autrement dit, les réserves de change algériennes servent seulement à financer le déficit américain.

    Cette perte de pouvoir d’achat de l’Etat algérien vient s’ajouter à la dévaluation du dinar. Depuis 2008, la Banque d’Algérie a initié une politique de dévaluation de la monnaie nationale qui a perdu près de 30% de sa valeur face à l’euro, principale monnaie utilisée pour nos achats à l’étranger. Or, selon un récent rapport de l’OCDE, l’Algérie importe 92% de sa consommation. Des importations facturées en euro.

    Cette situation explique la hausse vertigineuse des prix des produits et l’incapacité du travailleur à faire face à la cherté de la vie. Depuis quelques jours, les mouvements de protestation se multiplient à travers le pays.

      La date/heure actuelle est Lun 21 Aoû - 2:47