DELLYS FORUMACTIF

BIENVENU(E) sur votre forum!
DELLYS FORUMACTIF

Le forum de toutes et tous les Dellyssien(ne)s


    Journée mondiale de lutte contre le sida

    Partagez
    avatar
    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2494
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Journée mondiale de lutte contre le sida

    Message par FEDERER le Dim 1 Déc - 10:29

    Salut

    Chaque année le 1er décembre, Journée mondiale de lutte contre le sida, vise à rappeler la réalité alarmante de cette épidémie dans le monde, qui impose aux pouvoirs publics un devoir constant de vigilance et d'information à l'égard de l'ensemble de la population. Lutter contre l'ignorance et l'indifférence, améliorer la perception des risques, assurer l'accès à la prévention, au dépistage, aux traitements et aux soins restent des impératifs incontournables.


    Une accélération des progrès a été signalée dans la plupart des régions du monde. Toutefois, des signes inquiétants semblent indiquer que des régions et des pays ne sont pas en voie d’atteindre les cibles mondiales et les engagements relatifs au VIH.

    Le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) rapporte que les nouvelles infections à VIH ont augmenté de 13 % depuis 2006 en Europe orientale et en Asie centrale tandis que Le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord ont constaté une multiplication par deux des nouvelles infections à VIH depuis 2001.



    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.
    avatar
    jardindallas

    Masculin Nombre de messages : 46
    Localisation : Vieux port
    Emploi/loisirs : Chomeur
    Date d'inscription : 03/09/2012

    Re: Journée mondiale de lutte contre le sida

    Message par jardindallas le Dim 1 Déc - 14:08

    Bonjour,

    Entre 25 000 et 30 000 cas de malades atteints du virus VIH (Sida) en Algérie ne sont pas dépistés, selon les estimations de l'association « Aids Algérie » . « Les chiffres officiels au 30 septembre 2013 font état de 6 603 cas de séropositifs et de 1 443 cas de personnes atteintes de Sida en Algérie. Ils sont loin de refléter la réalité », affirme à T.S.A Othman Bourouba, président de l’association.
    Selon le président de l’association Aids, ces chiffres sont calculés sur la base d’un échantillon représentant 0,1% de la population âgée entre 19 et 45 ans et active sexuellement. « Le vrai problème qui se pose en Algérie sont les 25 000 à 30 000 personnes qui se trouvent dans la nature sans être dépistées ni suivies », a souligné M. Bourouba.
    Le président de l’association Aids met également l’accent sur l’insuffisance, voire l’absence, de la prise en charge psychosociale des malades. « La prise en charge médicale des personnes porteuses du VIH ne pose pas problème car les médicaments sont disponibles et gratuits », explique-t-il. Mais il y a un manque de prise en charge psychosociale des malades qui se retrouvent souvent confrontés seuls à la maladie. « Ce point est à renforcer et il est nécessaire de tracer une stratégie nationale pour la prise en charge psychosociale des malades ».
    Des tabous plus difficiles à vivre que la maladie :
    Parler d’une maladie transmissible sexuellement, n’est pas chose facile dans une société où le sexe est un grand tabou. « La discrimination et la stigmatisation de la personne atteinte du Sida, reste le plus grand problème auquel nous sommes confrontés », explique le président de l’association Aids. Plus inquiétant, cette stigmatisation ralentit l’accès au dépistage selon M. Bourouba. « Par peur d’être mal vus, les gens ne vont pas se faire dépister », regrette-t-il.
    Exemple : Mourad, 29 ans, a découvert qu’il était séropositif en 2011. « Le jour où j’ai eu mes résultats ma vie a basculé ». Pour cet ingénieur qui menait une vie tout à fait ordinaire, la découverte de la maladie ne l’a pas plus déstabilisé que tous les préjugés qu’il y avait autour. « Que va penser ma famille, mes amis ? Étaient les questions qui sont directement venues à ma tête », explique-t-il. « Mourir m’importait peu, c’est comment faire face à la société », ajoute-t-il. Depuis presque trois ans, le jeune homme cache sa maladie à son entourage. « C’est la seule solution que j’ai trouvée, je me cache, je dirais, tout simplement que je me protège », justifie-t-il son choix.
    Mourad a trouvé une échappatoire : les réseaux sociaux où il communique avec d’autres malades atteints du Sida. « C’est là que je peux m’exprimer, parler de la maladie sans avoir peur des préjugés », explique-t-il. « Je voudrais tellement que notre société comprenne que ce n’est pas le Sida qui tue mais les préjugés. Là je mène une vie presque ordinaire car personne n’est au courant de ma maladie, mais je sais que lorsque ça se saura, on me fuira et j’aurai à subir des regards et des paroles blessants », regrette le jeune homme.
    Pour le président de l’association Aids, les tabous doivent être brisés et les préjugés dépassés. « Mener une bataille contre le VIH est la responsabilité de toute la société », dit-il. Entre 600 et 700 nouveaux cas de sida sont enregistrés tous les ans en Algérie.

    TSA

      La date/heure actuelle est Dim 23 Sep - 14:50