DELLYS FORUMACTIF

BIENVENU(E) sur votre forum!
DELLYS FORUMACTIF

Le forum de toutes et tous les Dellyssien(ne)s


    LA SIESTE

    Partagez
    avatar
    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2494
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    LA SIESTE

    Message par FEDERER le Ven 9 Déc - 20:36

    salut
    En Chine, le droit à la sieste est inscrit dans la Constitution de 1948 ; et au Japon, certaines entreprises vont jusqu'à l'imposer à leurs employés. C'est dire l'importance des bienfaits de la sieste ! Celle-ci est maintenant prônée par bon nombre de médecins pour son efficacité.

    Entrecoupez votre journée par une sieste de vingt à trente minutes, et alors vous vous sentirez complètement régénéré(e), prêt(e) à affronter tous les problèmes que la vie vous pose et à profiter de tous les plaisirs qu'elle vous offre.

    Vous n'avez pas besoin de vous coucher dans un lit pour faire votre bout de sieste. Il suffit de vous installer dans un endroit relativement calme, en position allongée ou assise, de fermer vos yeux, de vous relaxer, et de vous imaginer en train de surfer sur un nuage. Le sommeil viendra d'autant plus vite que vous êtes plus fatigué(e) physiquement ou mentalement. A la limite, essayez de faire votre sieste au cours de vos déplacements dans les transports publics.

    Ne craignez pas le ridicule : ceux qui se moquent de vous feraient exactement comme vous s'ils connaissaient les merveilleux effets de la sieste.

    Il est possible qu'au début vous aviez quelque difficulté à vous endormir. Mais la bonne habitude de la sieste viendra très rapidement car elle correspond à un besoin physiologique tout naturel, besoin que les animaux savent satisfaire d'instinct.

    Faites chaque jour une petite sieste, et vous vous sentirez pleinement performant(e) et heureux(euse) de vivre !


    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.
    avatar
    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2494
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Ce que l'abandon de la sieste nous a fait perdre

    Message par FEDERER le Jeu 29 Aoû - 21:13

    salut
    Notre perception du temps a-t-elle changé par rapport à celle de nos ancêtres ? Si nous dormons moins, est-ce aussi parce que nous craignons inconsciemment de "perdre" notre temps ?

    On constate une très grande différence de perception du sommeil entre les pays latins, anglo-saxons et asiatiques à dominance hindouiste ou bouddhiste. Prenons l’exemple de mon livre, l'Eloge de la sieste : au Portugal il s’intitule Elogio da sesta, et en Espagne, la Virtud de la siesta. On y voit donc une sorte d’apologie de la sieste, quand dans les pays du nord de l’Europe il est traduit par la "Puissance du sommeil", et en Asie par le "petit sommeil qui répare", ou la "Puissance du sommeil de dix minutes". On voit donc que les approches sont assez différentes. Chez nous, en Europe du sud, le sommeil a tendance à être conflictualisé, car on l’a souvent confondu avec la paresse et la fainéantise, alors qu’en réalité il s’agit d’une chose particulièrement positive qui nous permet d’être plus performants. C’est ce qu’on retrouve dans les pays asiatiques à dominance hindouiste ou bouddhiste comme en Inde par exemple, où il est particulièrement inconvenant de réveiller quelqu’un qui dort ou qui fait la sieste. Alors que chez nous, cette attitude au travail ou sur un banc public est considérée comme anormale. On voit bien que d’un peuple ou d'une époque à l’autre, la perception du temps et du sommeil peut énormément varier. La sieste a longtemps fait l’objet d’une culpabilisation chez nous, et il est important de redécouvrir son caractère utile et bienfaisant. Cela nous permettra de changer notre rapport à l’activité, au temps et au travail. C’est tout un aspect de la vie sociale qui, en termes d’appréciation, basculera ainsi.
    Notre perception du temps a-t-elle changé par rapport à celle de nos ancêtres ? Si nous dormons moins, est-ce aussi parce que nous craignons inconsciemment de "perdre" notre temps ? On constate une très grande différence de perception du sommeil entre les pays latins, anglo-saxons et asiatiques à dominance hindouiste ou bouddhiste. Prenons l’exemple de mon livre, l'Eloge de la sieste : au Portugal il s’intitule Elogio da sesta, et en Espagne, la Virtud de la siesta. On y voit donc une sorte d’apologie de la sieste, quand dans les pays du nord de l’Europe il est traduit par la "Puissance du sommeil", et en Asie par le "petit sommeil qui répare", ou la "Puissance du sommeil de dix minutes". On voit donc que les approches sont assez différentes. Chez nous, en Europe du sud, le sommeil a tendance à être conflictualisé, car on l’a souvent confondu avec la paresse et la fainéantise, alors qu’en réalité il s’agit d’une chose particulièrement positive qui nous permet d’être plus performants. C’est ce qu’on retrouve dans les pays asiatiques à dominance hindouiste ou bouddhiste comme en Inde par exemple, où il est particulièrement inconvenant de réveiller quelqu’un qui dort ou qui fait la sieste. Alors que chez nous, cette attitude au travail ou sur un banc public est considérée comme anormale. On voit bien que d’un peuple ou d'une époque à l’autre, la perception du temps et du sommeil peut énormément varier. La sieste a longtemps fait l’objet d’une culpabilisation chez nous, et il est important de redécouvrir son caractère utile et bienfaisant. Cela nous permettra de changer notre rapport à l’activité, au temps et au travail. C’est tout un aspect de la vie sociale qui, en termes d’appréciation, basculera ainsi. Quelles seraient vos solutions et recommandations pour pallier nos carences en sommeil. Un vaste mouvement de réforme est-il nécessaire ? Les solutions sont multiples. A titre individuel, il faut réapprendre à mieux gérer son sommeil et à redécouvrir les bienfaits de la sieste. Même si l’entreprise n’en veut pas et si la société ne change que très lentement, chacun peut, dans sa vie, réintroduire une meilleure gestion du sommeil. C’est dans cette optique que j’ai rédigé l'Eloge de la sieste. Des actions peuvent également être menées au niveau de l’entreprise, du groupe social et du pays tout entier. Il faudrait encourager les entreprises à mettre en place des actions de prévention dans le domaine du sommeil, une certaine souplesse qui permette aux salariés qui le souhaitent de pouvoir se reposer. En Chine, par exemple, le droit à la sieste, ou plutôt le « petit sommeil », est inscrit à l’article 49 de la Constitution. Chez nous, il n’y a rien de tel, alors que le droit à un repos bien mérité est tout de même la moindre des choses pour quelqu’un qui travaille dur pour son entreprise. Des droits - au travail, à la considération - existent dans notre société, qui pourtant sont beaucoup plus secondaires que le droit au sommeil. Il faut donner à ce dernier le statut qu’il mérite. C’est pourquoi je propose en France un référendum au droit à la sieste. Il s’agit de changer l’image que l’on a du sommeil et du travail, au niveau individuel, des entreprises, des groupes sociaux et du pays, ce qui permettrait de réhabiliter la sieste et de retrouver à travers elle un meilleur rapport au temps dans le monde moderne et ainsi de devenir plus performant, et de vivre en meilleure santé.

    Quelles seraient vos solutions et recommandations pour pallier nos carences en sommeil. Un vaste mouvement de réforme est-il nécessaire ?


    Les solutions sont multiples. A titre individuel, il faut réapprendre à mieux gérer son sommeil et à redécouvrir les bienfaits de la sieste. Même si l’entreprise n’en veut pas et si la société ne change que très lentement, chacun peut, dans sa vie, réintroduire une meilleure gestion du sommeil. C’est dans cette optique que j’ai rédigé l'Eloge de la sieste. Des actions peuvent également être menées au niveau de l’entreprise, du groupe social et du pays tout entier. Il faudrait encourager les entreprises à mettre en place des actions de prévention dans le domaine du sommeil, une certaine souplesse qui permette aux salariés qui le souhaitent de pouvoir se reposer. En Chine, par exemple, le droit à la sieste, ou plutôt le « petit sommeil », est inscrit à l’article 49 de la Constitution. Chez nous, il n’y a rien de tel, alors que le droit à un repos bien mérité est tout de même la moindre des choses pour quelqu’un qui travaille dur pour son entreprise. Des droits - au travail, à la considération - existent dans notre société, qui pourtant sont beaucoup plus secondaires que le droit au sommeil. Il faut donner à ce dernier le statut qu’il mérite. C’est pourquoi je propose en France un référendum au droit à la sieste. Il s’agit de changer l’image que l’on a du sommeil et du travail, au niveau individuel, des entreprises, des groupes sociaux et du pays, ce qui permettrait de réhabiliter la sieste et de retrouver à travers elle un meilleur rapport au temps dans le monde moderne et ainsi de devenir plus performant, et de vivre en meilleure santé.

    Propos recueillis par Gilles Boutin


    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.

      La date/heure actuelle est Dim 22 Juil - 8:50