DELLYS FORUMACTIF

BIENVENU(E) sur votre forum!
DELLYS FORUMACTIF

Le forum de toutes et tous les Dellyssien(ne)s


    L’Algérie vue par des diplomates français : «Pays pathétique», «bloc monolithique»,«peuple tué»

    Partagez
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    L’Algérie vue par des diplomates français : «Pays pathétique», «bloc monolithique»,«peuple tué»

    Message par PHOENIX le Mar 20 Sep - 14:56



    Pays pathétique, bloc monolithique, deux cents têtes qui font la pluie et le beau temps, peuple tué, qui n’a pas plus de ressort….Les propos précédents ne concernent pas la Somalie, le Zimbabwe ou un autre pays déglingué de l’Afrique mais plutôt l’Algérie de Bouteflika. Et ceux qui font ce constat aussi effrayant que pessimiste ne sont pas de simples quidams mais des diplomates chevronnés. C’était le 31 août, 1 et 2 septembre dernier à Paris lors de la XIX Conférence des ambassadeurs de France.

    Rendez-vous de la diplomatie qui réunit l’ensemble des 181 chefs de mission diplomatique français et les responsables de l’administration centrale du ministère des Affaires étrangères et européennes, le grand raout est l’occasion pour les journalistes de discuter avec les diplomates français installés aux quatre coins du monde.

    A la condition que les propos soient « off », c’est-à-dire que la source ne doit en aucun cas être citée.

    Sont donc présents à cette conférence, les ambassadeurs de France accrédités en Afrique du Nord. Au tour de petits fours et d’une coupe de champagne, les langues se délient.

    Dans un compte rendu publié par l’hebdomadaire Valeurs Actuelles (8 septembre), on apprend comment les diplomates peuvent fondre l’armure, se délivrer de l’obligation de réserve et se lâcher.

    Pays pathétique

    Et sur l’Algérie, leurs propos sont cruels, sans concession. L’Algérie est vue comme « un pays pathétique ». Un « bloc monolithique » qui « ne comprend rien, il est dépassé ». Le régime évolue avec « deux cents têtes » qui font la pluie et le beau temps, « les autorités continuent à contresens ». Les Algériens sont épuisés, cassés. « Cela fait de la peine de voir ce peuple tué, qui n’a plus de ressort. »

    Alors que la Tunisie s’est débarrassée de 23 ans de dictature de Ben Ali, que l’Egypte à enterré celle de Moubarak, que le Maroc a engagé de profondes réformes politiques en réformant la constitution, que la Libye a dégagé le tyran Kadhafi, l’Algérie reste en marge des grandes mutations que connait l’Afrique du Nord. Constat des diplomates : « C’est un mastodonte qui va nous gêner. »

    Loin des caméras et des micros

    Evidemment, ces constations tranchement radicalement avec le discours convenu, compassé que tiennent publiquement diplomates et responsables français sur l’Algérie.

    Bien sûr, loin des caméras et des micros, les dirigeants français, de gauche comme de droite, nourrissent une vision très critique à l’égard du pouvoir algérien, désespèrent de la situation économique et redoutent que les responsables ne soient pas en mesure de maitriser une éventuelle explosion qui menace le pays.

    Les propos rappellent étrangement l’analyse faite en février 2008 par l’ambassadeur US à Alger, Robert S. Ford. Dans un câble classé secret, le diplomate, aujourd’hui en poste en Syrie, décrivait l’Algérie comme un « pays plus riche que jamais », mais « à la dérive » que les Algériens sont un « peuple malheureux », que le DRS, les services de renseignements, sont « paranoïaques ».

    La Tunisie sur la bonne voie

    Si les diplomates français se montrent pessimistes à l’égard de l’Algérie, leurs analyses de la situation en Tunisie et un degré moins au Maroc sont nettement plus positives.

    En Tunisie comme en Égypte, écrit le journaliste de Valeurs Actuelles, « le pays tourne, l’administration et les institutions fonctionnent ». La menace islamiste ? Ils ne constituent pas une force capable de réaliser un raz de marée lors des élections du 23 octobre prochain. A peine 25 % de l’électorat. « Les islamistes sont un mouvement divisé et composite. Ils n’ont pas de modèle politique. Ils ne veulent pas le pouvoir.»

    Alors que le gouvernement français a été fortement chahuté en janvier 2011 peu après la chute de Ben Ali, les rapports entre Tunis et Paris se normalisent. Et le business redémarre.

    Le pays a bénéficié d’une aide de 350 millions d’euros, le nombre de visa accordés aux Tunisiens est porté à 90 000 et les investissements directs de la France sont de 1,3 milliard d’euros. Un climat d’affaires favorable aux 1270 entreprises françaises qui activent en Tunisie.

    Le Maroc peut mieux faire

    L’analyse des diplomates sur la situation au Maroc est légèrement plus nuancée. A l’instar des autres pays du Maghreb, le royaume n’a pas été épargné par la contestation sociale, portée dans la rue essentiellement pour le « Mouvement du 20 février ».

    A défaut d’être un handicap pour le Palais, ce mouvement a été plutôt un atout. Propos de diplomates : « Le souverain a trouvé avec ce mouvement l’outil qui lui a permis de balayer des obstacles qui le gênaient pour appliquer les réformes promises depuis des années. »

    La constitution proposée par Mohamed VI et adoptée par référendum en juillet 2011 est « bonne » « mais les partis ne semblent pas prêts à entrer dans le jeu ».

    Le roi Mohamed VI voudrait accélérer les changements, mais il est freiné. « La vitesse du changement n’est pas garantie. Si cela ne tenait qu’au roi, il irait plus loin et plus vite. »

    DNA.


    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.

      La date/heure actuelle est Mar 23 Jan - 2:17