DELLYS FORUMACTIF

BIENVENU(E) sur votre forum!
DELLYS FORUMACTIF

Le forum de toutes et tous les Dellyssien(ne)s


    Flottille de la liberté: la guerre de l'image a déjà commencé

    Partagez
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Flottille de la liberté: la guerre de l'image a déjà commencé

    Message par PHOENIX le Lun 27 Juin - 9:35



    Plus qu'apporter de l'aide humanitaire à Gaza, la «flottille de la liberté» veut jouer sur le symbole et remporter la bataille médiatique contre Israël qui fait pression sur la presse.

    Le mardi 28 juin, la «flottille internationale de la liberté» pour Gaza devrait partir d'Athènes. Objectif: rejoindre le territoire palestinien 48 à 72 heures plus tard. L'année dernière, la tentative d'un navire turc de briser le blocus israélien s'était terminée dans le drame: intervention de l'armée israélienne, neuf morts et des images de l'assaut qui font le tour du monde.

    Cette année, rebelote, même principe pour les organisateurs, «apporter de l'aide humanitaire et faire respecter le droit international», avec toutefois un contexte et des acteurs différents.

    Il n'y aura ainsi pas de bateau turc, interdit de départ par son gouvernement. Certains de ses passagers se sont répartis sur les douze ou treize embarcations qui vont composer cette flottille. On y trouve notamment deux Français, le premier est parti de Corse dès samedi, un américain, un espagnol, un canadien, un suisse, etc. Ils devraient transporter plusieurs dizaines de tonnes d'aide humanitaire, surtout des médicaments.

    A bord de chaque bateau, on retrouvera des militants de la cause palestinienne, des défenseurs des droits de l'homme, des syndicalistes, des hommes politiques et des journalistes. Sur les embarcations françaises, le «Louise Michel» et le «Dignité-Al-Karama», seront normalement présents Olivier Besancenot, Julien Bayou du collectif Jeudi Noir, le député communiste Jean-Paul Lecoq, la députée européenne europe-écologie Nicole Kiil-Nielsen ou encore le marin breton Jo Le Guen (qui fait la visite du bateau sur Youtube, ici). Il y aura également plusieurs médias français pour couvrir l'événement, dont Lemonde.fr, RFI, France 3 et moi-même pour Libération.

    Sur l'embarcation américaine, opportunément nommée The Audacity of Hope, comme l'un des livres de Barack Obama, on retrouve des militants pacifistes et des droits de l'homme comme Nic Abramson qui édite le journal militant The Woodstock International, ou Medea Benjamin, fondatrice de l'ONG Global exchange.

    Le contexte est lui aussi différent. Nous sommes depuis six mois en plein printemps arabe, une situation géopolitique pleine d'espoir mais aussi très instable qui inquiète Israël. Du coup, il ne semble prêt à aucune concession alors qu'il estime que les changements de gouvernement dans les pays voisins peuvent menacer sa propre sécurité. Lorsque la Syrie a tenté de déporter sur le Liban, Israël et la Palestine son propre conflit intérieur, la réponse de Tashal a été très claire, n'hésitant pas à tirer sur des hommes sur le plateau du Golan le 5 juin dernier.

    Combat médiatique

    Comme le reconnaissait la porte-parole de l'opération française, Claude Léostic, sur Libération.fr, l'aide humanitaire apportée, si jamais la flottille passe le blocus, ne va pas sauver Gaza. L'enjeu est le symbole. Si les navires passent, cela peut créer un précédent et cela serait considéré comme une victoire pour la cause palestinienne.

    Tous les participants se présentent comme des pacifistes qui ne sont pas là pour affronter Tsahal, mais juste pour «faire respecter le droit international». En France, le collectif a ces derniers mois organisé de nombreux événements et conférences pour plaider sa cause, lever des fonds – avec succès puisqu'il a récolté plus de 600 000 euros – et créer un comité de soutien très large. Ils ont donc bien fait attention à avoir un bateau avec une quarantaine de personnes aussi variées que possible, afin de paraître légitime et humaniste, non pas extrémiste. L'année dernière, Israël avait beaucoup joué sur le possible côté fondamentaliste des Turcs pour justifier son intervention.

    Les autres embarcations ont adopté une tactique similaire. Sur l'américaine on trouve même une Israélienne, Hagit Borer, qui affirme être née là-bas en «1952» et y avoir vécu jusqu'en 1977 avant de partir pour les Etats-Unis.

    Une fois en mer, il faudra continuer à maîtriser la bataille médiatique. Sur le bateau français a été installé le Wifi et il a été expressément recommandé aux passagers de twitter. Inspiré des révolutions dans le monde arabe, le contrôle des réseaux sociaux est essentiel. Israël, évidemment, n'est pas en reste. Des pages Facebook ont été créées en plusieurs langues pour dénoncer cette flottille. De plus, le gouvernement israélien, qui se passerait bien de regards extérieurs, a menacé dimanche d'interdire son territoire pendant dix ans à tous les journalistes qui embarqueront.

    La désinformation jouera un rôle important, sans doute des deux côtés. Récemment, un homme se présentant comme un « activiste des droits des homosexuels » a posté une vidéo sur YouTube affirmant que les organisateurs de la flottille avaient refusé qu'il embarque: donc cela prouvait leur intolérance, leur non respect des valeurs occidentales, etc. Sauf que cette personne ne semblait n'avoir jamais milité avant ce témoignage et, après enquête de plusieurs journalistes, elle devrait bientôt être embauchée par un des services du premier ministre israélien. Un hoax -une fausse rumeur- donc , ce n'est pas le premier, cela ne sera pas le dernier.

    Quentin Girard (à Athènes)

    Au programme de demain: formation des participants et conférence de presse avant le départ mardi matin.


    (Illustration: Des Palestiniens commémorent à Gaza la mort des Turcs le 30 mai dernier. © Reuters)


    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    dellys

    Masculin Nombre de messages : 297
    Localisation : fel pounta
    Emploi/loisirs : Analyste programmeur/Chasse sous marine
    Date d'inscription : 25/07/2010

    Re: Flottille de la liberté: la guerre de l'image a déjà commencé

    Message par dellys le Lun 27 Juin - 19:45

    un « activiste des droits des homosexuels » a posté une vidéo sur YouTube affirmant que les organisateurs de la flottille avaient refusé qu'il embarque: donc cela prouvait leur intolérance, leur non respect des valeurs occidentales,
    Oui pas de PD dans le lieux saint ,pfff kalou les valeurs occidentales ,c'est plutôt une honte !!, avec ces conneries d'homo et de mariage gaie la société occidentale amorce son déclin ,je sort du sujet la ! sorry Wink
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Flottille de la liberté: la guerre de l'image a déjà commencé

    Message par PHOENIX le Jeu 30 Juin - 22:09


    Flottille vers Gaza: «Nous partirons de toute façon»

    Alors que le bateau irlandais a été victime d'un sabotage et que plusieurs autres ont du mal à obtenir leurs autorisations, le comité français reste motivé.


    L'une des porte-parole du comité français pour Gaza, Claude Léostic, s'est voulue une nouvelle fois optimiste lors d'une réunion du groupe des passagers ce jeudi matin: «Nous partirons de toute façon, quels que soient les obstacles».

    Jeudi matin, deux jours après le départ initialement prévu mardi, la «flottille de la liberté» qui voulait voguer vers Gaza est toujours en cale sèche à Athènes. «Nous devons attendre la réparation du bateau grec [saboté lundi, ndlr], elle est retardée par la grève générale, cela ne sera pas avant samedi».

    Les obstacles s'accumulent. Le bateau américain a reçu une interdiction officielle de départ par les autorités portuaires. Ils ont invité les médias ce jeudi après-midi à visiter leur embarcation pour montrer qu'elle était en parfait état. L'Espagnol aurait lui aussi des problèmes de papiers, tandis que la délégation irlandaise a annoncé à Dublin que leur navire, la Saoirse (liberté), avait été victime d'un «sabotage professionnel» dans le port turc de Gocek, mettant en cause Israël. L'arbre de transmission a été endommagé, selon les organisateurs, compromettant l'équilibre du navire qui aurait pu prendre de la gîte et sombrer.

    Rare soutien gouvernemental pour la flottille, le Premier ministre irlandais Enda Kenny a mis en garde mercredi le gouvernement israélien contre «toute action qui pourrait blesser» des militants prenant part à la flottille d'une dizaine de bateaux. «J'ai toute sympathie pour les habitants de la Gaza», a-t-il précisé.

    Actions de protestations à Athènes


    Le Louise Michel du comité français, épargné jusque là par les problèmes, est lui aussi désormais touché. Il n'a toujours pas été livré en fioul (ce jeudi après-midi normalement) et il y aurait des soucis selon les autorités sur certains papiers administratifs. «Selon notre avocat, tout est absolument en règle», a cependant affirmé Claude Léostic.

    Conscientes de tous ces retards et du fait qu'elles sont en train de sortir de l'agenda médiatique, les délégations ont décidé d'organiser des actions de protestation à Athènes et dans leurs pays respectifs. «Le blocus était autour de Gaza, il est descendu jusqu'en Grèce», explique Thomas Sommer-Houdeville, un autre des organisateurs. «Le gouvernement grec fait tout pour ne pas nous laisser partir, il fait le sale travail pour Israël et les États-Unis. En attendant, nous avons donc une bataille politique à mener contre lui.»

    A 16h30 ce jeudi, les élus de la délégation française iront rencontrer l'ambassadeur de France. «Il faut interpeller d'ici notre gouvernement et lui demander d'agir», a affirmé Jean-Paul Lecoq, député PC.

    Vendredi, en coordination avec les autres comités, une action de protestation va être organisée «dans un lieu historique» et une autre dans la foulée dans «un lieu politique». «Un certains nombre d'entre nous vont peut-être goûter aux joies de l'hospitalité grecque», a ainsi euphémisé Thomas Sommer-Houdeville.

    «Attention à ne pas perdre nos objectifs de vue», s'est tout de même inquiétée Nicole Kiil-Nielsen, député européenne Europe-écologie.

    Libération.fr


    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Flottille de la liberté: la guerre de l'image a déjà commencé

    Message par PHOENIX le Jeu 30 Juin - 22:12


    Israel est prête à tout pour que ces bateaux n'arrivent jamais à bon port...et ces traitres d'arabes qui restent muets et qui de ce fait soutiennent les sionistes, pendant que les européens tentent de faire quelque chose.


    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Flottille de la liberté: la guerre de l'image a déjà commencé

    Message par PHOENIX le Lun 4 Juil - 11:36


    La flottille pour Gaza : une semaine dans l'enfer grec


    Alors que le départ devait initialement avoir lieu mardi dernier, la «flottille de la liberté» est toujours en cale sèche à Athènes ce dimanche 3 juillet. Un départ – échoué d'avance – devrait être toutefois tenté lundi matin. Petit retour sur une semaine plutôt catastrophique.

    Lundi 27 juin

    Dès dimanche soir, les organisateurs français l'annoncent : les bateaux ne partiront pas mardi, au mieux mercredi, sûrement jeudi. Le lundi midi est organisée une conférence de presse dans une petite salle triste d'un immeuble du centre ville Athènes. Les membres du comité international réaffirment leur position et leur volonté de se rendre à Gaza avec douze bateaux pour dénoncer le blocus d'Israël et apporter de l'aide humanitaire. Mais ils regrettent également les obstacles dressés contre eux, notamment l'attitude de la Grèce qui retarde la délivrance de papiers administratifs.

    Dans la journée, les Grecs et les Suédois découvrent que les hélices de leur cargo pour passagers ont été sciéesn ce que la délégation française n'apprend que le lendemain matin. Durant toute la semaine, en général, l'information ne circule pas très bien entre les passagers et les différents comités, brouillée par des rumeurs et de moments de paranoïa.

    Mardi 28 juin

    Première journée de grève générale en Grèce. Les réparations et le chargement du bateau grec sont retardés puisque les dockers du coup ne travaillent pas. La communauté internationale, de l'ONU aux Etats-Unis en passant par Israël et la France, dénonce cette flottille et/ou déconseille le départ. Les délégations organisent des tours de garde la nuit sur les bateaux.

    Mercredi 29 juin

    Grande manifestation à Athènes. Des affrontements violents ont lieu entre les manifestants et la police autour de la place de Syntagma. Le bateau irlandais, caché dans un port turc, annonce qu'il a un problème.

    Jeudi 30 juin

    Les autorités grecques affirment qu'elles empêcheront le départ des embarcations. Les Américains donnent une conférence de presse et font visiter leur bateau pour montrer qu'il est bien aux normes. Ils reçoivent une interdiction formelle de partir mais ils sous-entendent qu'ils n'en tiendront pas compte et qu'ils partiront sans doute le vendredi.

    Le bateau irlandais annonce qu'il a été saboté, dans les mêmes circonstances que le grec. Il précise que s'il avait pris la mer sans se rendre compte de ce problème, il aurait sombré.

    Nouveau coup dur pour la délégation française. Trois des passagers se font agresser dans la nuit alors qu'ils rentraient à leur hôtel et finissent à l'hôpital. Cela ne semble toutefois pas avoir de lien avec la flottille, mais se développent chez les passagers français le sentiment que le sort s'acharne.

    Vendredi 1er juillet

    Après avoir manifesté le midi devant leur ambassade à Athènes, les Américains prennent la mer subrepticement. Ils expliquent qu'ils veulent protéger leur bateau, The Audacity of Hope, de tout sabotage, qu'il n'est pas en sécurité au port. Comme prévu, ils sont arrêtés par les autorités – par un commando «les visant avec des armes automatiques» selon eux – et ramenés dans un port militaire.

    La coalition internationale dénonce l'attitude d'Athènes, estimant, comme Thomas Sommer-Houdeville, l'un des porte-paroles français, que «le blocus de Gaza s'étend désormais jusqu'à la Grèce».

    Samedi 2 juillet

    Les Américains passent la nuit sur leur bateau. Au petit matin, ils sont libres de leur mouvement, mais ils affirment ne pas vouloir quitter The Audacity of Hope. Les autorités grecques mettent leurs menaces à exécution et arrêtent leur capitaine, John Klusmer, pour avoir tenté de quitter les eaux nationales sans autorisation. Des douaniers vont faire les plantons devant les autres bateaux pour prévenir tout départ.

    Les Français affirment qu'ils sont toujours déterminés.

    Dimanche 3 juillet

    Le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, se réjouit du blocage de la flottille pour Gaza. «Je me félicite de tous les efforts qui ont été déployés pour éviter l'appareillage de la flottille», déclare-t-il. Il remercie notamment le Quartette international (les États-Unis, la Russie, l'Union européenne et l'ONU) et la Grèce. Interrogé sur des sabotages commis par les services israéliens, il qualifie ces allégations de «fantaisistes».

    Les membres du US boat to Gaza dénoncent les conditions d'incarcération de leur capitaine qu'ils qualifient de «choquantes». Il serait selon leur avocat dans une cellule «sans toilettes ni lit ni eau ni nourriture».

    Le comité international sous-entend qu'il tentera un départ lundi, peut-être dans la matinée, des bateaux restants et encore opérationnels. La délégation française qui a deux bateaux (le principal Le Louise Michel, basé dans le port du Pirée et le Dignité, parti de Corse samedi) affirme être toujours prête. Les Canadiens, les Espagnols, actuellement à Corfou, et les Gréco-Suédois dont le cargo serait enfin réparé également. Une délégation donc beaucoup moins importante que celle encore annoncée lundi dernier. Selon toutes évidences, ces bateaux seront interceptés par les gardes-côtes grecs et leurs capitaines seront inculpés.

    Avec ce départ avorté d'avance, ils souhaitent montrer à tous qu'ils ont été empêchés jusqu'au bout de pouvoir quitter les eaux grecques.

    Libération.fr


    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Flottille de la liberté: la guerre de l'image a déjà commencé

    Message par PHOENIX le Lun 4 Juil - 11:40


    Hier, on pouvait lire sur une banderole entreposée sur le devant du bateau de la flotille : " Is Poseidon, the Nathanyahou? ", ce qui veut dire : " Est-il poséidon, le Nathanyahou "...à en croire le blocus et tout les batons dans les roues subit par les organisateurs, on se demande bien s'il n'est pas le poseidon!!!.


    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.

    Contenu sponsorisé

    Re: Flottille de la liberté: la guerre de l'image a déjà commencé

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 18 Oct - 9:19