DELLYS FORUMACTIF

BIENVENU(E) sur votre forum!
DELLYS FORUMACTIF

Le forum de toutes et tous les Dellyssien(ne)s


    « Il était une fois l’Algérie » * de Nabile Farès

    Partagez

    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    « Il était une fois l’Algérie » * de Nabile Farès

    Message par PHOENIX le Ven 20 Mai - 10:35




    La magie créatrice d’un écrivain original et profond

    La vie de l’écrivain est souvent un voyage. Même quand il s’isole, les mots le guident loin de son petit monde ; son imagination est souvent intarissable. Le dernier livre de Nabile Farès, qui vient de sortir en Algérie, aux éditions Achab, promène son lecteur de manière interminable. A la fin, on ne sait plus où on est, on ne comprend plus vraiment ce qui est arrivé à ce pays magnifique qu’est l’Algérie, un pays qui ne sait guère où il se dirige.




    Cela fait longtemps que Nabile Farès, écrivain majeur de la littérature d’Afrique du Nord, n’a pas publié de texte, ses activités de psychanalyste monopolisant son temps. « Il était un fois l’Algérie » vaut le détour et nous rappelle les romans impressionnants qu’il avait déjà publiés au début des années 1970, aux éditions du Seuil. On retrouve la même poésie, la même profondeur du questionnement, le même désir de s’élever pour espérer une évolution des choses. Durant toute cette période où l’écrivain avait gardé le silence, il avait donné de précieux textes à des revues ou à des journaux, ici et là ; Nabile Farès a toujours été attentif à ce qui se passe en Algérie. Partisan des libertés, des droits de l’homme, de la démocratie, il a toujours été là pour soutenir ceux qui se battent dans ce sens.



    « Il était une fois l’Algérie » s’inscrit dans ce contexte même si Nabile Farès est d’abord un grand poète, un écrivain dont l’œuvre ne sera pas abîmée par l’avancée du temps. Roman fantastique, conte, ce livre démarre par l’enlèvement d’une femme, Selma. Ce sont les sombres années algériennes où d’autres personnages viennent dire leur malaise. Slimane Drif est journaliste ; il veut aussi être écrivain. Linda est exilée, elle est peintre. Le quotidien des uns et des autres n’est pas joyeux ; le système en place est là pour détruire les quêtes individuelles porteuses de sens, les actions autonomes qui pourraient remettre en cause son existence. Nabile Farès avait déjà publié un autre roman aux éditions Achab, il y a quelques temps, « Yahia pas de chance, un jeune homme de Kabylie », paru chez le Seuil sous le titre tronqué de « Yahia pas de chance ». Nabile Farès est un créateur de génie dont on ne parle pas beaucoup. C’est dommage.


    * « Il était une fois l’Algérie » de Nabile Farès. Éditions Achab




    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.

      La date/heure actuelle est Dim 4 Déc - 1:55