DELLYS FORUMACTIF

BIENVENU(E) sur votre forum!
DELLYS FORUMACTIF

Le forum de toutes et tous les Dellyssien(ne)s


    La casbah de Dellys entre légende et réalité

    Partagez

    ait

    Masculin Nombre de messages : 248
    Localisation : Alger
    Emploi/loisirs : Chomeur de luxe
    Humeur : humeur vitré
    Date d'inscription : 30/01/2011

    La casbah de Dellys entre légende et réalité

    Message par ait le Mer 4 Mai - 22:23

    [Aps 4/5/11] BOUMERDES - En dépit de la patine du temps et des séquelles irréversibles laissées par l'homme, la casbah de Dellys (80 km à l'est de Boumerdes) a su garder un cachet atypique, forgé par un passé glorieux auquel est associé une beauté naturelle exceptionnelle. Plus que tout ça, cette belle ville nichée à 400 mètres au-dessus du niveau de la mer, naturellement protégée contre les courants marins et les vents d'ouest par un long promontoire, connu sous le nom de cap Bengut, au-dessous duquel se love un vieux port turc, est traversée par la RN24 sur toute sa longueur, s'étirant depuis Takdempt, à l'ouest, jusqu'à la nouvelle ville, à l'est de l'oued Oubay.
    Au coeur de ce long boulevard, se situe la vieille ville, communément appelée la casbah de Dellys, qui était considérée jusqu'à un passé récent, comme le pouls de la ville. Aujourd'hui, ses échoppes, dont beaucoup sont désertées par leurs propriétaires, laissent apparaître des plaies béantes, dues aux aléas du temps, mais principalement au séisme de mai 2003, qui avait durement ébranlé ses vieilles constructions et fait disparaître du coup des pans entiers de la mémoire matérielle et immatérielle.
    Il n'en demeure pas moins que le visiteur à Dellys est irrésistiblement happé par la multitude de vestiges historiques encore visibles dans les dédales de sa casbah et de ses ruelles, où ont été recensées quelque 200 vieilles bâtisses datant de l'époque ottomane. Le vieux port, le phare de cap Bengut, la vieille mosquée du centre ville, l'école coranique Sidi Amar, le tombeau de Sidi el Harfi et le mur d'enceinte ceinturant cette cité sur plus de 2000 mètres, constituent notamment autant d'attractions sur lesquelles peuvent se fixer encore de nos jours les yeux des visiteurs avertis.

    Une cité en proie à toutes les convoitises

    Mais c'est surtout l'histoire glorieuse, à la limite de la légende, de la ville de Dellys, qui fait la fierté de ses habitants, à l'instar de Ami Rabah Edelssy (70 ans) qui considère que la "position géographique de cette ville est à l'origine des différentes convoitises et civilisations qui se sont succédées dans la région".
    Parfois, l'on peut ainsi surprendre des Déllyssiens nostalgiques, assis sur un rocher dans la quiétude du cap Bingut ou sur un banc de la place dite de la guinguette, mais dont il ne reste aujourd"hui que le nom, en train de suivre le passage des navires, voguant vers de lointains ports, ou simplement contempler la grande bleue, s'imaginant voir accoster sur les rivages de la région les navires des corsaires et autres envahisseurs.
    C'est ce riche passé que les habitants de Dellys tentent aujourd'hui de préserver coûte que coûte en exhortant les autorités concernées à manifester davantage d'intérêt pour le patrimoine de leur ville et pour tous ses vestiges et patrimoine, dont de vieux manuscrits détenus par plusieurs citoyens.
    Ils désirent, à cet effet, pouvoir les réunir dans un musée digne de la renommée de cette cité. Selon les historiens, l'édification de la vieille Casbah de Dellys remonte à l'époque ottomane, qui la baptisèrent "Tiddiles".
    Elle était alors constituée d'un ensemble de constructions bien agencées et divisées par des rues et ruelles, possédant toutes les commodités de vie nécessaires sur une surface globale de 1200 ha.
    Selon le président de l'APC, c'est par souci de préservation et de protection du riche patrimoine renfermé par cette ville historique, que la tutelle a élaboré à partir de 2007 un "Plan permanent pour la protection et la restauration de la Casbah de Dellys".
    La première étape de ce plan, a été réceptionnée fin 2009, avant son exécution qui consista, selon la même source, en la réalisation de "travaux d'urgence" axés sur la "restauration de sites sensibles" du patrimoine matériel. La seconde phase de ce plan, également réalisée début 2010, a consisté en la réalisation d'"études historiques et typologiques" sur le même site, tandis que la 3ème étape, attendue vers fin 2011, portera sur l'élaboration d'une mouture finale de ce même plan.
    Selon une étude historique réalisée par des chercheurs universitaires de Boumerdes, à l'occasion de la célébration du mois du patrimoine, le "rôle de Dellys en tant que grande cité est historiquement affirmé " grâce à sa "position stratégique sur la mer méditerranée, son sol fertile et sa proximité des cours d'eau ".
    De nombreuses civilisations se sont succédées sur cette cité maritime, à l'image, de la civilisation numide qui lui donna le nom "Thadlest". Par la suite les Romains la baptisèrent à leur tour "Rusucurus", avant de devenir une importante ville de la Mauritanie césarienne. Les Phéniciens s'en emparèrent ultérieurement pour y fonder un grand comptoir commercial et une route vers la ville de Bejaia. Elle connut également le passage des Vandales et des Byzantins.
    Le passage de la ville de Dellys à la civilisation musulmane remonte au 16e siècle, selon des documents historiques, qui font état de son rattachement successivement aux règnes des Fatimide, des Hamadite, des Mourabitoune et des Hafside.
    Après une courte période sous la coupe des Espagnols, cette cité antique connut son "âge d'or" grâce aux frères Aroudj et Kheireddine qui la délivrèrent et l'annexèrent à l'Etat ottoman. Le colonialisme français qui y entra en 1844, en fit une base militaire pour étendre son hégémonie sur toute la Kabylie.
    L'histoire de cette ville a été immortalisée par plusieurs historiens qui célébrèrent sa beauté au fil du temps, à l'image d'El Idrissi(21e siècle) qui en a fait l'éloge dans son célèbre "Nouzhate El Mochtake" (le plaisir du passionné), Al Hamiri (15e siècle) "Al Raoudh Al Miitar" ( les jardins parfumés), Hosseine Al Ourtilani (18 e) "Nouzhate Al Andhar " (le plaisir des yeux), ou encore par les recueils de l'officier français Carette et de l'allemand Heinrich Von Maltessen (19eme siècle).

    [Aps 4/5/11]

    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: La casbah de Dellys entre légende et réalité

    Message par PHOENIX le Jeu 5 Mai - 15:33


    Merci pour l'article AIT!.


    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.

    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2490
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Re: La casbah de Dellys entre légende et réalité

    Message par FEDERER le Sam 31 Aoû - 20:23

    Salut

    Un plan de sauvegarde de la Casbah de la ville de Dellys est mis en œuvre depuis six ans.

    Lancé en 2007, le plan permanent de sauvegarde de la Casbah de Dellys, une ville située à 40 km à l’est de Boumerdès, n’a pas atteint les objectifs escomptés. Le site étant en perpétuelle dégradation. L’achèvement des deux premières phases dudit plan, qui consistent à répertorier les vestiges archéologiques et l’engagement des travaux d’urgence, n’a rien changé à la physionomie du site. Ces actions résident en l’enlèvement des gravats, le classement des pièces lithiques éparpillées au sein de ce périmètre et la remise de celles demeurées en bon état à leurs places initiales, le confortement des constructions menaçant ruine et la restauration de certains monuments. Mais en fin du compte, les anciennes toitures en tuile endommagées sont remplacées par des feuilles de tôle, les murs reconstruits avec du ciment, des matériaux qui ôtent toute authenticité aux édifices.

    Les pierres sont ramassées et stockées à l’intérieur des maisons délabrées sans que l’on procède à leur numérotation, constate-t-on. Pourtant, le plan permanent de restauration et de préservation de l’antique Casbah de Dellys constitue en lui-même «un outil juridique et urbanistique mis à la disposition de la commune pour l’organisation de tout acte de bâtir ou d’équipement à l’intérieur de ce périmètre urbain, afin d’en préserver l’authenticité et le cachet architectural». Résultat : la Casbah demeure cette cité dégradée. Sur place, il est aisé de d’observer qu’il y a un grand décalage entre le compte rendu de la qualité des travaux d’urgence, présenté tambour battant par le directeur de la culture lors d’une journée d’étude sur ce thème et la réalité du terrain. «Ce qui a été réalisé ne répond à aucune norme architecturale ni à celle consignée dans le cahier des charges», précise le président de l’association Casbah de Dellys, M. Laleg Mohammed, qui a eu la sympathie de nous faire visiter l’endroit. Le périmètre concerné par l’étude a été délimité. Il s’étend sur 179,98 ha incluant la zone forestière située en amont de la ville et la bande maritime bornant en aval le même secteur.

    La Casbah représente 18,2 ha de la superficie totale. «Les entreprises qui ont été engagées n’ont aucune expérience dans ce genre d’opérations. La restauration des antiquités a besoin de mains expertes», lance-t-il. Le décor est désolant; dépotoirs, débris et troncs d’arbres jonchent le pavé des allées. Des maisons et des murs qui menacent de céder à n’importe quel moment. Le lieu est transformé en un refuge pour des jeunes désœuvrés. Tout en s’engouffrant à l’intérieur de la cité, ce sexagénaire, natif de la Casbah de Dellys dit d’une voix à peine audible : «Celui qui n’a pas vécu ici ne peut pas comprendre ce que les autochtones ressentent en regardant cette Casbah se perdre. Car la Casbah n’est pas seulement un patrimoine physique, mais aussi des coutumes, des traditions, un code et un mode de vie». Avançant de quelques pas, il se retourne brusquement pour ajouter : «Il y avait une vie dans ces venelles». Que reste-t-il alors de ces allées grouillantes de monde jadis ? «Il ne reste presque personne. La haute Casbah est encore habitée, mais la plupart ont construit des habitations modernes sur les décombres de l’ancienne cité, du reste, sans permis de construire», indique-t-on.

    A la basse Casbah, les locaux de l’ancien hôpital militaire sous l’occupation française est toujours là, résistant aux aléas du temps et aux mains destructrices de l’homme. Squatté à présent, cet espace de 7029 m² devrait, d’après le plan, accueillir un musée pour la ville et autres structures culturelles et éducatives. Plus bas, dans le port, la fameuse structure qui abritait un Club de sport nautique de la ville a été démolie. «Ce Club, construit par les français, a été détruit sous prétexte qu’il était classé au rouge après le séisme de 2003. C’est faux ! On a juste dégagé de l’espace pour l’armée dans cette infrastructure portuaire. Ce bâti était un joyau qui avait accueilli beaucoup d’événements historiques», s’indigne ce vieil homme aux cheveux lisses et grisonnants et qui puise toutes ses forces de son désir de voir ce site revêtu de son authenticité.
    Expertise requise
    Pour les représentants de l’association «Casbah de Dellys», créée dans le but de redonner une seconde vie à ce site chargé d’histoire, «le projet est mal parti. Au regard de ce qui a été réalisé actuellement, je peux dire que la réhabilitation de la Casbah est un échec. Les travaux de rafistolage, lancés récemment, ont défiguré davantage le site, donc notre passé avec. Ils gênent notre présent et compromettent l’avenir de cette ville antique», regrette M. Laleg. «De l’argent jeté par les fenêtres. L’administration a déboursé des milliards de centimes sans que nous puissions constater un résultat», martèle-t-il. La direction de la culture, en charge du programme de la restauration du site, a débloqué une enveloppe de près de 264 millions de DA pour la rénovation de tous les monuments historiques du secteur protégé, dont 132 millions de DA ont été consommés jusqu’au mois de mai dernier. Sauver l’ancienne Thadlest numidienne veut dire sortir cette ville du marasme économique. Mais comment peut-on relancer et concevoir cette activité ou créer de la richesse à partir de rien ? s’interroge notre guide du jour. Le port de pêche qui devait être le fer de lance de l’économie locale est abandonné. Son extension semble être oubliée.
    Les usines ont été fermées après la décennie rouge, les structures transformées en campements militaires.
    L’avenir du tourisme dans cette ville ne peut se faire sans la Casbah, ni avec zéro hôtel dans cette ville balnéaire, c’est le cas. Dépité par l’état de la Casbah qui offre l’image d’une ville bombardée à l’obus après le passage du séisme de 2003, le vieil homme nourrit un brin d’espoir en la jeunesse. «Nous avons beaucoup attendu avant de nous intéresser à cette Casbah. Je sais que sa restauration prendra des années au rythme où vont les choses, mais je souhaite que les jeunes seront capables de prendre le relais afin de veiller à ce que ces vestiges soient sauvegardés en impliquant l’Etat», dira-t-il.
    Dellys aux Mille Temps» :
    Construite au XIe siècle la Casbah de Dellys est en dégradation très avancée.
    La région de Dellys, située à environ 100 kilomètres à l’est d’Alger, donne sur une longue façade maritime qu’elle domine d’une hauteur de 400 m au-dessus de la mer. Sa position stratégique, ses terrains agricoles fertiles et ses cours d’eau lui ont valu la convoitise de nombreux conquérants et occupants. Pour mieux situer l’importance de cette ville à travers l’histoire, la spécialiste en préhistoire, Yasmina Chaïd Saoudi, auteure d’un ouvrage intitulé «Dellys, aux Mille Temps», décompte les civilisations ayant occupé l’antique Thadlest comme suit : «Punico-romaine par sa muraille, andalouse par ses Ryad, ottomane par ses moucharabiehs, méditerranéenne par son atrium et berbère par l’intégration de l’étable au corps de la maison et par son substrat».



    Source :El Watan : le 29.08.13


    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.

    vivazapata2013

    Nombre de messages : 3
    Date d'inscription : 10/06/2013

    Casbah de Dellys suite

    Message par vivazapata2013 le Lun 2 Sep - 14:50

    Il ne faut pas croire au pere noel , la casbah de Dellys ne renaitra de ses cendres que grace aux enfants de Dellys .

    il faut oublier le Ministere de la Culture , car celui ci ne fera rien, ni pour Dellys ni pour les autres villes historiques , a moins que le prochain President de l'Algerie soit natif de Dellys , ce qui est fortement improbable connaissant la mentalite des Dellysiens .

    Now coming back to restaure la casbah de Dellys , je propose que les gens de Dellys organisent une journee de protestation (fermetture des fonds de commerce) pour sauver leur Casbah . Il faut en finir avec le status quo actuel de la Casbah de Dellys qui a mon sens a trop trop dure .

    Une autre idee serai l'ouverure d'un cafe et d'un restaurant a l'interieur de la Casbah de Dellys , cela permettra aux gens d'y rentrer pour redonner a la Casbah un sembant de vie qui lui manque miserablement .




    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2490
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Re: La casbah de Dellys entre légende et réalité

    Message par FEDERER le Lun 2 Sep - 21:15

    Salut

    vivazapata2013 a écrit:Une autre idee serai l'ouverure d'un cafe et d'un restaurant a l'interieur de la Casbah de Dellys , cela permettra aux gens d'y rentrer pour redonner a la Casbah un sembant de vie qui lui manque miserablement .
    Afin de redonner à la Casbah son blason originel , je trouve l'idee tres magnifique et généreuse lol 


    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.

    hebbadje

    Nombre de messages : 2
    Date d'inscription : 29/01/2014

    Re: La casbah de Dellys entre légende et réalité

    Message par hebbadje le Mer 29 Jan - 9:17

    MON GRAND PERE ETAIT DE DELLYS DE LA CASBAH IL HABITE FACE AU PORT

    JE SUIS FAIRE RENAITRE CE LIEU CI MAGIQUE

    hebbadje

    Nombre de messages : 2
    Date d'inscription : 29/01/2014

    Re: La casbah de Dellys entre légende et réalité

    Message par hebbadje le Mer 29 Jan - 9:19

    IL PORTE LE NOM DE BENCHERAHLA ET ETAIT GRAND GUERISSEUR
    DONNER MOI PLUS D4INFORMATION SUR LUI SV P

    Contenu sponsorisé

    Re: La casbah de Dellys entre légende et réalité

    Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 13:30


      La date/heure actuelle est Ven 9 Déc - 13:29