DELLYS FORUMACTIF

BIENVENU(E) sur votre forum!
DELLYS FORUMACTIF

Le forum de toutes et tous les Dellyssien(ne)s


    Libye : BHL envoyé spécial

    Partagez

    ait

    Masculin Nombre de messages : 248
    Localisation : Alger
    Emploi/loisirs : Chomeur de luxe
    Humeur : humeur vitré
    Date d'inscription : 30/01/2011

    Libye : BHL envoyé spécial

    Message par ait le Dim 13 Mar - 18:24

    Très bon article d’Ahmed HAlfaoui paru dans le quotidien « Les Débats » du 12.03.2011 qui mérite d'être lu.

    Autres temps, autres mœurs, serions- nous tentés de dire, quand Nicolas Sarkozy se précipite pour reconnaître le Conseil national de transition (CNT) libyen, dont des représentants lui ont été amenés dans la valise du désormais incontournable Bernard-Henri Lévy (BHL). Mais voilà, le président français ne pense pas un instant à reconnaître un Etat palestinien ou à ranger son veto onusien sur les droits des Sahraouis sur leur pays. Inutile de chercher l'erreur, il ne doit pas y en avoir. Sarkozy + BHL cela ne fait pas d'erreur, du moins pas dans ces cas-ci. Ils vont même plus loin. Selon des sources, citant l'AFP, qui cite des sources diplomatiques, la France serait préparée à effectuer «des frappes aériennes ciblées» sur la Libye. Rien que ça ! Quand les Etats-Unis hésitent, le satellite est prêt à foncer. Tout à commencé avec une visite de Bernard-Henri Lévy à Benghazi la semaine dernière. Inutile de se poser la question de savoir comment les contacts ont été pris et d'où vient l'initiative. On sait seulement que le philosophe s'est rendu sur les lieux en tant que reporter de guerre, de la même façon que pour l'opération «plomb durci» qui a massacré plus d'un millier de Palestiniens et pour d'autres conclusions. Toujours est-il qu'une fois dans la place il aurait contacté le président pour lui dire : «J'ai rencontré des hommes qui me semblent tout à fait remarquables, ce sont les dirigeants de la Libye libre. Accepteriez-vous de les recevoir ?» Et le président (lui) a répondu oui. Le coup est parti et les réactions ne se sont pas fait attendre. Dès hier, on pouvait lire dans
    Libération : «La France, totalement larguée sur le plan diplomatique depuis le début des révolutions arabes, se veut désormais le pays qui mettra l'Europe et la communauté internationale face à ses responsabilités, morales et humanitaires, en Libye» ou encore ceci dans la Charente Libre : «Fidèle à sa méthode éprouvée des coups médiatiques (...), Sarkozy endosse le costume de super-Rambo, flanqué de l'expert tout-terrain BHL. Cette agitation fait-elle une politique ?» Restent à connaître la réaction des insurgés libyens, face à l'initiative de leur CNT et, surtout, celle de l'opinion publique quant à la connexion entre de si tristes individus et les «représentants» d'un mouvement censé, jusqu'à preuve du contraire, libérer un peuple de la dictature. Décidément, ce qui se passe en Libye, en plus de la pollution d'Al Jazeera et de ses concurrentes, devient de plus en plus opaque. On nous sert des massacres à grande échelle, mais on ne nous montre que quelques morts, dans une insoutenable mise en boucle. On nous parle de «peuple libyen», mais après des semaines on voudrait au moins voir le reste de ce peuple grâce auquel Kadhafi, malgré tout ce que l'on sait de sa gouvernance, tient et se permet des manifestations de soutien. Devant ce traitement unilatéraliste, qui prépare à petits pas une «intervention humanitaire», on ne peut s'empêcher de penser au peuple irakien qui, aujourd'hui, après avoir été «démocratisé» est obligé d'affronter les balles d'un gouvernement qui a fait pendre le tyran. «Nous regrettons», disent les banderoles des manifestants irakiens. On peut penser qu'elles disent plus loin les promesses électorales non tenues.
    Par Ahmed Halfaoui

    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Libye : BHL envoyé spécial

    Message par PHOENIX le Lun 14 Mar - 11:18


    Merci Ait pour l'article, Sarkozy est sous la barre des 30% dans les sondages et s'agite dans tous les sens pour s'en sortir en vue des prochaines éléctions etant donné qu'il est malmené par l'éxtrême droite, BHL, lui est un serviteur du sionisme, il est la ou il peut servir l'interet de ses compaires, drole de role pour un simple philosophe!.


    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2494
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Re: Libye : BHL envoyé spécial

    Message par FEDERER le Jeu 24 Mar - 12:48

    PHOENIX a écrit:
    BHL, lui est un serviteur du sionisme, il est la ou il peut servir l'interet de ses compaires, drole de role pour un simple philosophe!.

    BHL est une ordure sioniste Twisted Evil


    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.
    avatar
    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2494
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Re: Libye : BHL envoyé spécial

    Message par FEDERER le Sam 27 Aoû - 16:54

    salut


    les sionistes ont su comment nous coloniser en douceur et avec notre bénédiction.


    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.
    avatar
    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2494
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Re: Libye : BHL envoyé spécial

    Message par FEDERER le Lun 19 Sep - 18:54



    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.

    ait

    Masculin Nombre de messages : 248
    Localisation : Alger
    Emploi/loisirs : Chomeur de luxe
    Humeur : humeur vitré
    Date d'inscription : 30/01/2011

    Re: Libye : BHL envoyé spécial

    Message par ait le Mer 21 Sep - 21:08

    Le juif d’Algérie « Bernard Henry Levy » n’est qu’un sinistre agent du Mossad, et le soi disant printemps arabe n’est qu’un plan orchestré par l’axe du mal « Tel-Aviv – Paris- Washington ».
    La présence de BHL EN AFGHANISTAN, au SOUDAN, à La place tahrir(EGYPTE), en Lybie n’est pas innocente; ces photos avec des soldats israéliens et les différents chefs de gouvernements d’Israël prouvent qu’il est un agent du Mossad.

    BHL AU SOUDAN




    BHL EN AFGHANISTAN





    ait

    Masculin Nombre de messages : 248
    Localisation : Alger
    Emploi/loisirs : Chomeur de luxe
    Humeur : humeur vitré
    Date d'inscription : 30/01/2011

    Re: Libye : BHL envoyé spécial

    Message par ait le Mer 21 Sep - 21:42

    BHL A LA PLACE TAHRIR "EGYPTE"



    EN LYBIE




    L'homme de tous les combats de la cause sioniste s'affiche avec soldats et gouvernants d'ISrael









    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Libye : BHL envoyé spécial

    Message par PHOENIX le Ven 23 Sep - 23:18


    Cet homme doit avoir les mains sales...je ne l'ai jamais trouvé net ce BHL mais alors la avec le visionnement de ces photos, mon sentiment ne fait que s'accroître!.


    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    boudjadi

    Nombre de messages : 36
    Date d'inscription : 03/01/2011

    Re: Libye : BHL envoyé spécial

    Message par boudjadi le Jeu 13 Oct - 14:22

    avatar
    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2494
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Les cinq révélations du livre de BHL‏

    Message par FEDERER le Mar 8 Nov - 20:20

    salut

    Le livre de Bernard-Henri Lévy consacré à la guerre en Libye («La guerre sans l’aimer », Grasset) sortira mercredi en librairie. Voici, en avant-première, les cinq informations inédites contenues dans l’ouvrage.

    1 - En juin dernier, la France a reconnu avoir livré des armes aux rebelles libyens mais, selon les annonces officielles, il ne s'agissait que d’une aide ponctuelle distribuée fin mai aux combattants du Djebel Nafoussa. D'après BHL, bien d’autres livraisons ont eu lieu à d’autres endroits et beaucoup plus tôt.
    Le 16 avril, Nicolas Sarkozy reçoit en secret le chef militaire de la rébellion libyenne, le général Younes, celui-là même qui sera assassiné quelques semaines plus tard. Younes lui demande des armes. Mais « nous vous aidons déjà, lui répond le président français. Nous avons livré, nous vous livrons, beaucoup de choses… (…) Nous livrons à travers le Qatar, bien sûr. Mais cela ne trompe personne. Tout le monde sait que les armes livrées par le Qatar sont des armes livrées par la France. Est-ce que quelqu’un, parmi vous, imagine une seule seconde que, quand on dit « des armes livrées par le Qatar », c’est le Qatar qui envoie les armes ? »


    2 - La France a toujours nié avoir envoyé des soldats au sol, y compris des instructeurs. Or, ce même 16 avril, Nicolas Sarkozy demande à son conseiller diplomatique : « Nous en avons combien, au juste, des instructeurs français au sol ? » Après la réponse « inaudible » du diplomate, le président enchaîne à l’adresse du général Younes : « Peu importe le nombre exact. Des Français parlant arabe, on vous en a mis un certain nombre. On va, dans les jours ou les semaines qui viennent, en mettre encore. »

    3 - La France n’a jamais reconnu avoir envoyé des forces spéciales sur le terrain. Or, recevant le président du CNT, Mustafa Abdeljalil, Nicolas Sarkozy aurait accepté, selon BHL, l’envoi « de commandos d’élite ». Combien ? Le philosophe écrit qu’il a suggéré au Libyen de « demander trois cents forces spéciales, à partager avec la Grande-Bretagne, pour guider les frappes, entraîner les commandos d’élites libyens et, le moment venu, prendre Koufra. » BHL écrit que le président de la République a donné « satisfaction partielle » de cette requête.

    4 - Presque jusqu’à la fin de la guerre, les alliés ont épargné une cible stratégique : « la piste d’aviation privée du Colonel » située dans sa ville-bunker de Bab al-Azizia. L’ambassadeur de Grande-Bretagne en France explique à BHL pourquoi cette piste et l’avion personnel de Kadhafi ont été volontairement épargnés. « Le message [à Kadhafi] est double. D’abord : vous avez une porte de sortie (….). Ensuite : si vous vous réveillez un beau matin en apprenant qu’une bombe anglaise ou française a endommagé votre piste privée, alors oui cela voudra dire que vous êtes fait. »

    5 – A en croire BHL, les soldats français ont joué un rôle considérable dans la chute de Tripoli. Non seulement, l’aviation française, sous contrôle de l’Otan, a bombardé une vingtaine de cibles identifiées en commun avec le CNT, mais les forces spéciales françaises ont participé à l’opération sur le terrain. Le 17 août, Nicolas Sarkozy téléphone à BHL. « Il m’annonce que des armes sont arrivées, la nuit dernière, par la mer, de Misrata à Tripoli et que le Jour Zéro approche. » Quatre jours plus tard, c’est le soulèvement de la capitale libyenne. BHL écrit : « Eléments des Forces spéciales françaises, émiraties et, dans une moindre mesure, anglaises à la manœuvre. » C'est à dire à la direction des opérations. Comment ? Il n’en dit pas plus.

    Source : diasporanews


    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Libye : BHL envoyé spécial

    Message par PHOENIX le Mar 8 Nov - 22:33


    Salut Federer, saha aidkoum!.

    Si je comprends bien BHL aprés avoir été l'un des protagonistes et acteurs de cette sale guerre, il vient la à travers de son livre se refaire une virginité???...ils sont forts ces sionistes!!!.


    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2494
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Libye: BHL s'est engagé "en tant que juif

    Message par FEDERER le Lun 21 Nov - 18:08

    Libye: BHL s'est engagé "en tant que juif"
    Notez

    Réponse à Goldnadel, Finkielkraut, Zemmour et à l'article publié par JSS News, suite à l'affaire Charlie Hebdo : la différence entre juifs et musulmans sur la liberté d'expression Le philosophe Bernard-Henri Lévy a déclaré aujourd'hui que "c'est en tant que juif" qu'il avait "participé à l'aventure politique en Libye", lors de la première Convention nationale organisé par le Conseil représentation des organisations juives de France (Crif). "J'ai porté en étendard ma fidélité à mon nom et ma fidélité au sionisme et à Israël", a-t-il déclaré.

    Le Crif tenait à Paris sa première convention nationale, intitulée "Demain les Juifs de France", à laquelle participaient de nombreux intellectuels, politologues, sociologues, chercheurs. Près de 900 personnes ont ainsi assisté à des débats, très ouverts, souvent animés, sur les défis communautaires, les nouveaux visages de l'antisémitisme, ou les nouveaux défis pour les juifs de France.

    Bernard-Henri Lévy, invité à s'exprimer sur ce thème a déclaré: "C'est en tant que juif que j'ai participé à cette aventure politique, que j'ai contribué à définir des fronts militants, que j'ai contribué à élaborer pour mon pays et pour un autre pays une stratégie et des tactiques". "Je ne l'aurais pas fait si je n'avais pas été juif", a poursuivi le philosophe. "Ce que je vous dis là, je l'ai dit à Tripoli, à Benghazi, devant des foules arabes, je l'ai dit lors d'une allocution prononcée le 13 avril dernier sur la grand place de Benghazi devant 30.000 jeunes combattants représentatifs de toutes les tribus de Libye", a-t-il ajouté.


    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.

    ait

    Masculin Nombre de messages : 248
    Localisation : Alger
    Emploi/loisirs : Chomeur de luxe
    Humeur : humeur vitré
    Date d'inscription : 30/01/2011

    Re: Libye : BHL envoyé spécial

    Message par ait le Mar 22 Nov - 12:48

    C’est grave lorsque BHL mélange le fait d’être juif et être un apôtre de l’extrémisme sioniste ; en tous les cas tout le monde sait qu’il a intervenu par fidélité et pour mettre en œuvre le projet israélo sioniste pour étouffer la résistance palestinienne.
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: Libye : BHL envoyé spécial

    Message par PHOENIX le Mar 22 Nov - 14:49


    Salut,

    BHL avait dit: " j'ai été en libye en tant que juif et sioniste"...et en plus avec une fierté mais la faute à qui? aux arabo-musulmans corrumpus qu'il l'ont accueilli en grande pompe...


    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.
    avatar
    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2494
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Al-Qardaoui, Bernard-Henry Lévy : même combat?

    Message par FEDERER le Jeu 22 Déc - 19:18

    Salut
    Cet article d'Ahmed Bensafa mérite d'être lu car il donne matière à réfléchir .

    Comme tout printemps qui se respecte, celui qui est qualifié d'«arabe» a évidemment permis la perpétuation d'idées de lignées pures mais, phénomène surprenant, a également facilité et catalysé l'hybridation de schèmes de pensée qu'on a, jusqu'à très récemment, jugés non hybridables.
    Ainsi, voici deux illustres personnages que tout aurait dû séparer : Youssef Al-Qardaoui et Bernard-Henry Lévy (BHL). L'un est un pur produit de l'Orient alors que l'autre est un Occidental invétéré. L'un se drape dans l'austère costume traditionnel serré au cou des savants d'Al-Azhar (longue gallabeyya, caftan et turban) alors que l'autre est un vrai dandy arborant une éternelle chemise blanche immaculée de chez Charvet, spécialement conçue pour lui et qu'il porte largement déboutonnée.
    L'un est Égyptien d'origine, Qatari de nationalité, orphelin de père, d'origine paysanne modeste, de confession musulmane, membre des frères musulmans, emprisonné jeune pour son militantisme, déchu de sa nationalité et vivant au Qatar depuis plusieurs décennies. L'autre est Français, citadin né avec une cuillère d'or dans la bouche, de confession juive, se disant de gauche et qui n'a jamais été inquiété même après s'être immiscé dans de nombreux conflits armés à travers le monde.
    L'un est un fervent défenseur des palestiniens, opiniâtrement opposé au sionisme. À ce sujet, il a déclaré : « La seule chose que j'espère, […] c'est qu'Allah me donne, au crépuscule de ma vie, l'opportunité d'aller au pays du jihad et de la résistance (i.e. la Palestine), ceci même sur un fauteuil roulant. Je tirerai une balle sur les ennemis d'Allah, les juifs » (1). L'autre est un ardent défenseur de l'État d'Israël et l'un de ses meilleurs ambassadeurs dans le monde. À la suite de la sauvage agression israélienne contre le Liban en 2006, il entreprit un voyage au nord d'Israël qui lui inspira un article qualifié de « tourisme de propagande de BHL en Israël » (2). Il répéta sa technique en 2009, pendant le massacre de Gaza, en se rendant en Israël pour être « embedded » avec Tsahal. Il raconta son « aventure » dans un article qui a été perçu comme un tract de propagande pro-israélien (3) et consacra un autre billet à la justification de la brutale et inhumaine opération « Plomb durci » (4), internationalement condamnée. Il persista et signa en défendant l'attaque israélienne du 31 mai 2010 contre la flottille de la liberté qui fit neuf morts et vingt-huit blessés parmi les militants transportant de l'aide humanitaire vers Gaza (5). N'est-il d'ailleurs pas récipiendaire de deux Doctorats Honoris Causa de ce pays? Université de Tel Aviv en 2002 et Université de Jérusalem en 2008.
    L'un est interdit de séjour aux États-Unis après qu'on eut découvert ses liens avec une banque finançant le terrorisme (6) et fut totalement opposé à l'invasion américaine de l'Irak.
    L'autre est un américanophile exemplaire frayant avec la jet set des deux rives de l'Atlantique. Sur le dossier de la guerre d'Irak, il trouva cette guerre « moralement justifiée » (7).
    Pourtant en y regardant bien, il est aisé de déceler de nombreuses similitudes entre les deux personnages. En voici quelques unes. Primo, tous les deux ont été de brillants étudiants : Al-Qardaoui a été major de promotion à l'Université d'Al-Azhar et BHL a été reçu 7e au concours d'entrée à l'École normale supérieure. Secundo, ce sont tous deux des auteurs prolifiques, des hommes de lettre et des philosophes (quoique ce statut soit très critiqué dans le cas de BHL).
    Tertio, sans avoir aucune fonction politique, ils possèdent une indéniable influence sur les dirigeants de leurs pays respectifs et le pouvoir d'infléchir, dans certains dossiers, la politique de leurs gouvernants. Quarto, ce sont de réelles vedettes médiatiques, l'un sur Al-Jazira avec son émission « La charia et la vie » qui est regardée par plus de dix millions de téléspectateurs à travers le monde et l'autre avec son omniprésence sur les plateaux de télévision français et étrangers. Quinto et non des moindres par les temps qui courent, tous les deux sont d'impénitents va-t-en-guerre. Mais en fait, c'est le « printemps arabe » et ses soubresauts qui ont révélé les similitudes les plus « originales » entre ces deux célébrités.
    En matière de religion, Youssef Al-Qardaoui revendique sa foi dans ses actions. Cela se comprend par son érudition en sciences islamiques, ses nombreuses responsabilités et ses diverses activités et engagements reliés à la religion musulmane.
    Cela était moins évident dans le cas de BHL jusqu'à ce qu'il confesse, à propos de son rôle dans la guerre civile libyenne : « C'est en tant que juif que j'ai participé à cette aventure politique, que j'ai contribué à définir des fronts militants, que j'ai contribué à élaborer pour mon pays et pour un autre pays une stratégie et des tactiques » (Cool.
    À propos d'Israël, une récente déclaration d'Al-Qardaoui laisse perplexe : « les pays qui connaissent un réveil islamique et ont vu l'accès des islamistes au pouvoir traiteront avec l'Occident et Israël » (9). Serait-il possible que le célèbre théologien n'ait plus envie d'en découdre avec l'état sioniste, ni de tirer sa dernière balle en terre sacrée du jihad? Serait-il tenté d'en faire plus que le gouvernement de son pays d'adoption, le Qatar, qui entretient des liens officieux avec Israël ? D'ailleurs, les rumeurs d'établissement de relations diplomatiques entre la Libye « nouvelle » et l'état hébreu (10) sous la probable médiation de BHL, semblent confirmer les dires du Cheikh. D'un autre côté, la fatwa d'Al-Qardaoui appelant à l'assassinat de Kadhafi (11) s'est inscrite dans le prolongement des gesticulations guerrières de BHL. En contrepartie, le philosophe français n'a vu aucun inconvénient dans les déclarations du président du CNT libyen concernant l'application de la charia dans la future Libye. Dans un article qui fera date, il s'est laissé aller dans une dissertation sur la signification de la charia et du jihad : un vrai Al-Qardaoui « en herbe » (12)! Quel étonnant revirement pour ce virulent pourfendeur de l'extrémisme religieux qui s'était fait remarqué par ses positions contre les islamistes en Algérie (13). Connaissait-il en ce temps la signification de la charia et du jihad ou a-t-il pris des cours sur le sujet depuis?
    Mais l'intérêt béhachélien aux islamistes ne date pas de son « épopée » libyenne. Sur son site officiel, où trônent des centaines de photos destinées à la postérité, il y en a une qui attire l'attention : BHL s'entretenant avec Saad Al-Hoseiny au Caire, le 20 février 2011, soit 9 jours après la chute de Moubarak. Pour information, Saad Al-Hoseiny est membre du bureau exécutif des Frères musulmans (14) et la photo a été prise à leur QG.
    Dans un article consacré à cette rencontre, BHL écrivit : « Il fait profil bas, en effet, dans l'entretien. M'assure que la confrérie ne pèse pas plus de 15 %. Me garantit qu'elle ne présentera, dans six mois, pas de candidat à la présidentielle. Me jure sur tous les dieux qu'elle n'a, de toute façon, et pour le moment, d'autre programme que la liberté, la dignité, la justice. Mais ajoute, l'œil moqueur, que les «problèmes de l'Égypte» sont trop «énormes» pour que la modeste confrérie en assume l'écrasante responsabilité » (15). On connait actuellement la réalité des urnes égyptiennes.
    La victoire des islamistes dans les pays touchés par le « printemps arabe » en a surpris plus d'un. Alors qu'aucun Coran n'a été brandi et que nul slogan religieux n'a été scandé pendant toute la durée des sanglantes manifestations, les partis religieux ont obtenu d'excellents scores, au détriment des jeunes activistes, principaux acteurs des révoltes populaires. Pourtant, le 18 février 2011 un évènement prémonitoire s'est déroulé à la place Tahrir. Ce jour-là, Al-Qardaoui est retourné triomphalement au Caire et a conduit la prière du vendredi devant plus d'un million de personnes. Profitant de l'occasion, l'illustre cyberdissident Wael Ghoneim, héros de la place Tahrir, celui-là même qui a été nommé « l'homme le plus influent du monde » par le magazine américain Time (16) s'est approché de l'estrade pour prendre la parole. Quelle ne fût sa surprise lorsqu'il s'est vu interdire, manu militari, l'accès à la tribune. Il quitta la place Tahrir, un drapeau égyptien sur le visage (17).
    Malgré des différences notables, les actions « printanières » d'Al-Qardaoui et BHL présentent des similitudes qui ont pour objet de canaliser les évènements dans la même direction. Il en est ainsi pour la situation syrienne où l'un a émis une fatwa autorisant l'intervention internationale en Syrie (18) et l'autre avance que l'option militaire (celle dont il a été l'artisan en Libye) est de plus en plus acceptée par l'opposition syrienne (19).
    À la mort du « guide » libyen, un journal titrait : « Libye – Youssef Al-Qardaoui célèbre avec Sarkozy et Obama la mort du guide Kadhafi » (20). En fait, il célébrait aussi avec BHL et David Cameron. À noter que ce dernier, en 2008, alors qu'il était encore dans l'opposition, s'était farouchement opposé à la venue d'Al-Qardaoui en Grande-Bretagne, le traitant d'homme « dangereux ». Sous sa pression, son visa a été refusé car « le Royaume-Uni ne tolère pas la présence de ceux qui cherchent à justifier tout acte de violence terroriste ou à exprimer des opinions qui pourraient favoriser des violences intercommunautaires » (21).
    Décidément, l'extravagance de ce printemps idéologique florifère ne cessera jamais de nous étonner : Al-Qardaoui qui recommande aux pays arabes de traiter avec Israël et qui prêche en faveur d'une intervention militaire étrangère pour démettre les gouvernements arabes en place; BHL que les islamistes n'effraient plus et qu'il appuie dans leur « apprentissage » démocratique tout en donnant des cours de charia à ses concitoyens occidentaux. Mais aussi bizarre que cela puisse paraître, aucun d'entre eux n'a émis une opinion sur les monarchies arabes. Seraient-elles par hasard des modèles de démocratie? Ou peut-être des contrées où les libertés fondamentales sont respectées?
    Nos deux célèbres philosophes n'ont encore rien à dire sur ce sujet. Et pourquoi pas une déclaration commune? L'hybridation serait totale.

    Source: Le Quotidien d'Oran du 22 décembre 2011


    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.
    avatar
    FEDERER

    Masculin Nombre de messages : 2494
    Localisation : nul part
    Emploi/loisirs : Ingenieur .application informatique
    Humeur : voyages-sports-internet-musiques-lectures
    Date d'inscription : 11/01/2010

    Re: Libye : BHL envoyé spécial

    Message par FEDERER le Dim 2 Nov - 11:56

    Salut

    « BHL dégage » : comité d’accueil pour Bernard-Henri Lévy à l’aéroport de Tunis



    Dans la soirée du vendredi 31 octobre 2014, l’information s’est répandue comme une traînée de poudre d’abord sur les réseaux sociaux puis fut reprise par la presse en ligne en Tunisie. Bernard-Henri Levy, l’écrivain français notoire pour une fortune personnelle inversement proportionnelle à son talent et à l’intérêt intellectuel qu’il suscite, est en Tunisie.
    La société civile tunisienne s’est donc mobilisée comme personne et à une vitesse folle, se rendant en nombre à l’aéroport de Tunis-Carthage pour protester et dire toute sa colère contre la présence de BHL dans son pays.

    A côté des anonymes, les célébrités aussi ont leur place dans une telle protestation. Sur cette vidéo on peut voir l’artiste, comédien et humoriste Lotfi Abdelli qui explique les griefs qu’ont les Tunisiens quant aux prises de position de BHL et pourquoi il n’est et ne sera pas le bienvenu en terre carthaginoise, tout en prenant soin et c’est tout à son honneur, de bien rappeler la différence, claire dans l’esprit de tous en Tunisie, entre les Tunisiens de confession juive et les étrangers aux orientations sionistes et donc coloniales, quelle que soit leur religion par ailleurs, le sionisme, comme le terrorisme d’ailleurs, n’ayant pas de religion attitrée, quoi qu’on en dise.

    (Source Mena pour la dépêche et Tunivisions Magazine pour les images)


    _________________
    La vie sans but est comme un feu sans flamme.

    Contenu sponsorisé

    Re: Libye : BHL envoyé spécial

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 22 Oct - 15:40