DELLYS FORUMACTIF

BIENVENU(E) sur votre forum!
DELLYS FORUMACTIF

Le forum de toutes et tous les Dellyssien(ne)s


    LA Harraga: DONNEZ-MOI LA DIGNITÉ ou la mort

    Partagez
    avatar
    dellyssien

    Nombre de messages : 91
    Date d'inscription : 06/07/2010

    LA Harraga: DONNEZ-MOI LA DIGNITÉ ou la mort

    Message par dellyssien le Dim 23 Jan - 20:51

    perspective et d'espoir, tout cela, il essayait maintenant de partager
    avec xxxxxxxxxxxx et les jeunes étudiants en droit à Annaba. Pendant ce temps,
    même les familles les plus réussies sont à l'abri des
    phénomène harraga: le petit-fils de l'ancien président Chadli
    Bendjedid, 29 ans, Mourad Bendjedid, a quitté le 8 Février,
    2007 avec six autres jeunes hommes et n'a pas été entendu
    depuis.

    Ce Mourad Bendjedid serait-il l’enfant du rejeton de Chadli, celui qui était impliqué dans l’affaire de la foire internationale d’Alger ?



    Traduction (anglais > français)
    08ALGIERS787: LA Harraga: DONNEZ-MOI LA DIGNITÉ ou la mort

    *


    * <Index de recherche

    Ce n'est pas le document original Wikileaks! Il s'agit d'un cache, faites sur 23/01/2011 10:11:10. Pour le document original vérifier la source originale: http://213.251.145.96/cable/2008/07/08ALGIERS787.html
    ID
    08ALGIERS787
    OBJET
    LA Harraga: DONNEZ-MOI LA DIGNITÉ ou la mort
    DATE
    2008-07-13 07:07:00
    CLASSIFICATION
    CONFIDENTIEL
    ORIGINE
    Ambassade à Alger
    TEXTE
    CONFIDENTIEL Section 01 de 04 ALGER 000787

    SIPDIS

    E.O. 12958: DECL: 13/07/2018
    SOCI ECON PGOV AG Tags:
    OBJET: L'Harraga: DONNEZ-MOI LA DIGNITÉ ou la mort

    REF: 07 ALGER 1704

    Classé par: CDA, a.i. Thomas F. Daughton; raisons 1,4 (b) et (d).

    Â ¶ 1. (U) Résumé: Sur la plage déserte de Sidi Salem, dans le
    banlieue Est de Annaba, une douzaine de jeunes hommes algériens
    alterner entre coups de pied un ballon de football et de travail sur
    plusieurs petits bateaux en bois non marquées. Chaque semaine, plusieurs
    les bateaux partent de cette plage, rempli d'une section de
    médecins, les avocats, les décrocheurs, les - jeunes frustrés Algérie
    chômeurs. Ils partirent à travers la mer ouverte, généralement 10 ou
    12 à un bateau, armés avec de l'eau, la nourriture, des couvertures, un petit moteur
    et un dispositif de repérage par GPS, à destination des îles italiennes de
    Lampedusa, la Sicile ou la Sardaigne. Ils sont l'harraga -
    littéralement, "celui qui brûle" papiers d'identité et vitale
    documents avant le départ - et plus de 90 pour cent d'entre eux
    mourront en mer, être arrêtés et détenus indéfiniment
    en Tunisie ou en Libye, ou être renvoyé par le gouvernement algérien, français,
    gardes-côtes espagnoles ou italiennes. En face de Sidi
    Plage de Salem est un poste de police, dont les officiers les bras croisés montre
    Préparatifs pour le départ en sachant qu'ils peuvent être appelés à
    arrêter ces harraga même à leur retour. La question a
    paralysé le gouvernement algérien, qui oscille entre
    la criminalisation de l'activité en arrêtant harraga du scrutin et
    une approche plus conciliante en offrant jeton financiers
    incitations liées au soutien politique pour le président Abdelaziz
    Bouteflika. Tout pour faire un très impopulaire et
    question émotive s'en aller. Mais le problème est de plus en plus, et
    des centaines de départs à partir de l'Algérie orientale et occidentale
    plages chaque mois ne portent plus exclusivement les pauvres,
    sous-éduqués, stéréotype jeunes hommes. Les harraga ont
    devenu un incontournable dans les médias algériens, la musique populaire et
    la conversation quotidienne, le symptôme d'une société dans laquelle
    de divertissement est limité, le système éducatif ne pas lier
    au marché du travail, et les portes de l'opportunité sont fermés
    mais pour le bien connecté. FIN RÉSUMÉ.

    Devrais-je rester ou devrais-je aller
    ----------------------------

    Â ¶ 2. (U) Maintenant que les universités sont en dehors des sessions et les
    saison d'été est arrivé, les journaux à travers le
    mois de Juin ont été en proie à des histoires sur des dizaines de morts ou
    harraga arrêtés. L'édition du 15 Juin de la langue française
    quotidienne Tout sur l'Algérie en vedette 24 harraga qui ont quitté
    d'Oran et ont été rapidement arrêtés par les autorités algériennes
    à leur retour. La page d'accueil de l'édition du 18 Juin
    le quotidien de langue française Le Jeune Indépendant a parlé d'un
    plus grande cargaison de quelque 150 immigrés clandestins en route
    de la Libye à l'Italie qui a fait naufrage en mer, avec plus de 40
    morts. Parmi ceux-ci, selon les survivants cité, au moins 17
    étaient algériens. Bien que les statistiques sont difficiles à vérifier, le
    article cité autorités espagnoles et italiennes qui ont déclaré que
    environ 16.500 clandestins ont tenté de parvenir en Italie à partir de
    Algérie et la Libye en 2007, avec un autre 31.000 départs
    d'ouest de l'Algérie à destination de la côte espagnole. Dernière
    11 novembre, le quotidien de langue française El Watan corroboré
    ces chiffres, en comptant 12.753 migrants qui arrivent en Sicile
    au cours des neuf premiers mois de 2007, soit une augmentation de 20 pour cent
    cours de l'année précédente.

    Â ¶ 3. (U) Lors de notre visite d'avril à la plage de Sidi Salem,
    policiers qui se trouvaient devant leur quartier regardé
    harraga préparer pour le départ. "Nous ne sommes pas la frontière
    police, «ils nous ont dit, en disant qu'ils ne nuirait pas. Une
    regardez autour révélé un terrain de soccer jonché de détritus, un
    tas d'ordures et d'une mosquée à côté public de faible à
    projets de logements à revenu intermédiaire. xxxxxxxxxxxx pointé vers le bas de la rue de
    au poste de police à deux petits cafés miteux. Les cafés,
    il nous a dit, sont ceux où harraga se réunissent pour échanger des informations,
    rencontrer les organisateurs de départ, et payer leur passage. xxxxxxxxxxxx
    dit que ce serait-être harraga de toute l'Algérie sait, par le mot
    de la bouche à venir dans les cafés, où un "tableau d'affichage par voie orale"
    Il existe des jeunes hommes de mise en commun des ressources, l'organisation des départs
    et la coordination des fournitures de base. Il a dit que jusqu'à USD
    500 est généralement requis pour démarrer le processus. xxxxxxxxxxxxis
    trop familier avec ces détails: dans la nuit du mois d'avril
    17, 2007, son fils xxxxxxxxxxxx gauche et n'a jamais été entendu
    à nouveau. Le lendemain matin, un ami de xxxxxxxxxxxx visités et
    déposer ses clés de voiture, dit xxxxxxxxxxxx que son fils avait
    gauche dans un bateau, avec neuf autres passagers, dont l'âge
    21 à 39. xxxxxxxxxxxx, le gérant de la

    Alger 00000787 002 de 004


    xxxxxxxxxxxx, et un diplômé de l'université avec
    compétences en informatique.

    Pris entre hogra et Harga
    ------------------------------

    Â ¶ 4. (U) sur la périphérie ouest de Annaba est la plus petite
    et de la plage plus isolée de La caroube. xxxxxxxxxxxx
    resté les bras croisés avec trois amis sur un perron de béton, tandis que
    vieux de plusieurs bateaux de pêche en bois laïcs renversée sur le sable
    à proximité. xxxxxxxxxxxx nous a dit que l'été dernier, il partit dans un bateau
    de 10 personnes, de quitter les eaux territoriales algériennes, dont il
    a été prompt à souligner représentait déjà une victoire pour lui.
    Lui et ses compagnons ont suivi la côte de la Tunisie et
    préparé à traverser à la Sicile. La mer devint rude et ils
    ont été forcés de rebrousser chemin, à quel point ils ont été arrêtés par
    la Garde côtière algérienne dans les eaux algériennes et envoyé
    back.xxxxxxxxxxxx bateau contenait un profil mixte de passagers
    jeunes et vieux, dont cinq diplômés de l'université et deux
    médecins. xxxxxxxxxxxx dit que la plupart de ses collègues apportent harraga GPS
    dispositifs et faire des recherches approfondies sur les conditions météorologiques et
    cartographie les meilleurs itinéraires. Tous xxxxxxxxxxxx trois amis a dit
    ils avaient aussi essayé au moins une fois de quitter leur pays par
    mer, une traversée disent-ils peut durer de 12 à 48 heures
    selon les conditions météorologiques.

    Â ¶ 5. (U) Kamel Daoud, avocat à la retraite, est le président de
    l'information sur les droits et Centre de documentation (CCDH)
    à Annaba, une ONG légalement reconnues qui sert de
    lieu de rencontre informel pour les groupes locaux qui ont été
    l'impossibilité d'obtenir un statut légal. Il est également membre de la
    Ligue algérienne pour la défense des droits de l'homme. L'un des
    groupes non reconnus qui se réunit au centre de Daoud est le
    Les parents des disparus Harraga, une association de parents
    de l'Est de l'Algérie qui ont été de solliciter une assistance et
    l'information du gouvernement depuis le début de l'année 2007.
    Parallèlement à xxxxxxxxxxxx, l'organisation est gérée par Boubakr
    Sabouni, dont le fils Faycel, 25 ans, a disparu le 24 mai,
    2007, quand il a quitté avec six autres personnes dans un petit bateau pour l'Italie.
    Un survivant, 30 ans, Riad Haddef, a été retrouvé vivant par les
    la Garde côtière tunisienne le 29 mai mais il est mort ce qui suit
    jour. Son corps a été rapatrié en Algérie, et selon
    Sabouni, les autorités tunisiennes a également trouvé un petit hors-bord
    moteur et trois téléphones cellulaires. Selon Daoud, la plupart des
    harraga mettre dispositifs de repérage GPS, mais pense que le passage à niveau
    est étonnamment facile, car beaucoup de leurs parents et
    les amis des parents faisaient partie d'une fois dans la région très dynamique
    industrie de la pêche. Sabouni et Belabed a affirmé que harraga
    «Toujours appeler à la maison" à l'arrivée, sans exception, ce qui signifie
    pas de nouvelles ne sont jamais de bonnes nouvelles - soit l'arrestation ou la mort.

    Â ¶ 6. (U) xxxxxxxxxxxx Flânerie rapidement énuméré les trois raisons
    la jeunesse algérienne à graver (Harga) et leurs documents
    congé: hogra (l'humiliation), la pauvreté et la corruption. Lui et
    ses amis nous ont dit de brutalités policières et le «profilage»,
    selon laquelle la police de harceler et brutaliser souvent des groupes de veille
    jeunes hommes qui sont tout simplement s'occuper de leurs propres affaires. «Nous
    ont pas de place pour tout simplement flâner, "xxxxxxxxxxxx dit:« depuis
    partout où nous allons les portes sont fermées, même dans la rue ou
    dans le parc. "Daoud a expliqué que parce que l'Algérie reste
    vit sous l'état d'urgence 1992, le gouvernement
    reste paranoïaque à propos de la liberté d'association et le spectre
    d'activités criminelles ou terroristes menées par les jeunes hommes.
    xxxxxxxxxxxx ne pouvait se rappeler un seul cas d'une femme
    harraga, bien xxxxxxxxxxxx sur la plage a dit qu'il avait entendu parler de
    un tel cas, «une fois». Dans une conversation avec xxxxxxxxxxxx
    xxxxxxxxxxxx, tous les trois nous ont dit que les parents algériens qui
    ont combattu pour libérer le pays des Français sont désormais
    "Déçus" en tant que force de police ont aidé à construire "à
    protéger l'avenir du pays "était maintenant contrarier l'
    la prochaine génération.

    Â ¶ 7. (U) xxxxxxxxxxxx, un jeune avocat travaillant avec xxxxxxxxxxxx, nous a dit le processus de visa pour l'Europe et
    spécifiquement la France a été une autre source de hogra pour les jeunes
    Algériens. xxxxxxxxxxxx dit qu'il avait demandé à plusieurs reprises pour une
    visa, xxxxxxxxxxxxx ne doit être
    "Systématiquement refusé" par l'ambassade française à Alger.
    xxxxxxxxxxxx a décrit le processus de visa "à froid", celui dans lequel
    les candidats passent souvent des heures d'attente que de voir un
    officielle d'arbitrage très brièvement. xxxxxxxxxxxx dit-il trouvé une
    porte ouverte par le Programme des visiteurs internationaux des Etats-Unis,
    à travers lequel il a acquis des contacts internationaux, d'autres

    Alger 00000787 003 de 004


    perspective et d'espoir, tout cela, il essayait maintenant de partager
    avec xxxxxxxxxxxx et les jeunes étudiants en droit à Annaba. Pendant ce temps,
    même les familles les plus réussies sont à l'abri des
    phénomène harraga: le petit-fils de l'ancien président Chadli
    Bendjedid, 29 ans, Mourad Bendjedid, a quitté le 8 Février,
    2007 avec six autres jeunes hommes et n'a pas été entendu
    depuis.

    Un gouvernement hors du toucher
    -------------------------

    Â ¶ 8. (C) xxxxxxxxxxxx politique nous a dit le 8 Juillet
    que le gouvernement ne sait tout simplement pas quoi faire au sujet de la
    harraga, comme en témoignent ses réponses follement varié.
    xxxxxxxxxxxx fait écho à ce sentiment de nous sur Juin
    30, disant que le gouvernement était "conscient" du public
    passions qui ont été suscitées par les harraga, et que le
    question avait complètement bloquée le régime. Ministre de la
    Solidarité nationale Djamel Ould Abbès, dans un très médiatisée
    visite d'avril dans les villes côtières de Ain Temouchent et de Tiaret
    dans l'ouest de l'Algérie, réunis retourné harraga devant le
    de presse et a offert 400.000 dinars (environ USD 615) pour chacune,
    avec une offre de travail. visite Ould Abbes 'entrée
    dans une semaine après harraga dix morts en mer, avec les organismes
    s'échouer sur les plages voisines. Abbassa dit que l'événement
    attisé davantage l'émotion du public et le gouvernement est devenu
    nerveux, se rendre compte qu'il fallait faire quelque chose, mais "n'avait aucune idée
    ce que quelque chose a été. "

    Â ¶ 9. (C) xxxxxxxxxxxx sur la plage de La caroube, nous a dit que Ould
    offre Abbes était «une insulte», car à la fin de la réunion
    il a demandé à tous ceux qui sont assemblés à signer une déclaration de soutien
    pour Bouteflika président. Daoud a confirmé et a dit que
    les harraga n'ont pas signé. Au lieu de cela, dit-il, ils se rallièrent et
    encerclé la maison Ould Abbes a été de sortir, l'intention
    peut-être à prendre en otage. Daoud a déclaré que, lorsque le
    ministre a eu vent de cela, il a quitté Tiaret avant l'aube,
    plus tôt que prévu, et se précipita à Alger. «Nous ne
    voulez pas que quelqu'un jeter de l'argent sur nous », a déclaré xxxxxxxxxxxx," nous voulons
    l'occasion. "xxxxxxxxxxxx dit alors qu'il serait« balayer la plage "
    si quelqu'un lui a donné un balai et un salaire modeste. Au lieu de cela, il
    et ses amis ont convenu que la meilleure chose à faire avec Ould
    Abbes "400.000 dinars a été" d'acheter un meilleur bateau. "

    trop peu d'informations
    ----------------------

    Â ¶ 10. (C) Les parents des harraga disparus passent leur
    jour du lobbying auprès du gouvernement à prendre une plus grande action
    l'obtention et l'échange d'informations. Entre avril et
    Décembre 2007, ils ont envoyé des dossiers complets sur les personnes disparues et
    demandes de réunions et de l'information à plus de 37 algériens
    représentants du gouvernement, les ministères, les ambassadeurs,
    parlementaires et des juges. Ils n'ont pas obtenu un seul
    la réponse. xxxxxxxxxxxx xxxxxxxxxxxx Consultants et n'ont pas été surpris
    par la présente, disant que le gouvernement n'a pas voulu répondre parce que,
    même si elle se rend compte de l'urgence émotionnelle du problème, il
    avait «aucune idée de comment résoudre le problème et n'a donc pas
    envie de le toucher. Daoud a déclaré que lorsque harraga ne pas téléphoner
    Accueil à l'arrivée, ils sont le plus souvent morts ou dans un
    prison tunisienne. xxxxxxxxxxxx xxxxxxxxxxxx et ont cherché gouvernement
    l'aide à obtenir des informations en provenance de Tunisie, mais xxxxxxxxxxxx
    dit, "personne ne demande en notre nom." Entre-temps, Daoud
    dit que très peu d'efforts sont faits pour identifier les corps
    des harraga qui échouent sur les plages de l'Algérie, et que
    à sa connaissance, aucun des tests d'ADN se fait par l'Algérie
    les autorités.

    De secours et de se rendre à la mosquée
    ----------------------------------

    Â ¶ 11. (C) Selon Daoud, xxxxxxxxxxxx xxxxxxxxxxxx et locales
    les parents sont "soulagés" lorsque leur nature agressive,
    les enfants l'esprit d'entreprise et de commencer la remise à traîner à
    la mosquée. "Tant que leur comportement reste positive et
    le gouvernement contrôle messages extrémistes », Daoud
    a expliqué, ce résultat est beaucoup moins inquiétante que les
    risques de l'expérience harraga. Le problème, xxxxxxxxxxxx
    expliqué, est que cet «esprit de capitulation et de la passivité"
    parmi les hommes jeunes qui trouvent un réconfort dans la mosquée, "n'est pas
    tout un algérien naturels de qualité. "xxxxxxxxxxxx dit que les parents
    ne vous inquiétez pas à propos des tentations de la pensée extrémiste menant
    leurs enfants égarés, mais les deux ont insisté sur les Algériens que "

    Alger 00000787 004 de 004


    ne sont pas des kamikazes naturel. "Daoud, également un sociologue,
    a déclaré que la société algérienne souffre encore de «culture
    syndrome post-traumatique, après les violences de la
    Des années 1990. Ceci, ajouté à la pression actuelle du terrorisme
    et la stagnation socio-économiques, de nombreuses feuilles "étourdi et
    paralysé, avec leurs yeux vitreux. La plupart des gens tout simplement
    ne comprends pas ce qui les a touchés au cours des 15 dernières années. "

    Recherche d'Ellis Island dans le bassin méditerranéen
    --------------------------------------------- -

    Â ¶ 12. (C) COMMENTAIRE: Le phénomène harraga n'a cessé de croître
    au cours de la dernière année, non seulement en nombre mais dans l'émotionnel
    la résonance de la question suscite parmi la population. Foules
    emballées cinémas locaux au début de 2008 pour voir un nouveau local
    film produit en soulignant la crise, et la tragédie a
    devenir l'objet de chansons populaires par Cheb Mami et d'autres
    chanteurs. Le gouvernement semble inquiet mais incertain de la façon dont
    pour résoudre le problème, essayez tout de la criminalisation
    de ceux qui partent aux efforts très médiatisée pour gagner plus
    les harraga déçus par les promesses d'argent et politique.
    Kamel Daoud nous a exhortés à ne pas confondre les harraga au suicide
    bombardiers, que "c'est une mentalité totalement différente." L'
    acte de harraga, a expliqué Daoud, «est un cri pour la liberté
    exactement comme les immigrants qui sont arrivés à Ellis Island. "La
    harraga sont un produit d'une société dont la peur de la terreur et
    l'instabilité a amenée à couper pratiquement tous les points de vente
    pour l'occasion, la dignité et la libre association, et pas seulement
    à l'homme stéréotypées des chômeurs pauvres. Retour sur la plage
    de La caroube, xxxxxxxxxxxx énumérés au moins six emplois qu'il avait demandé
    pour l'année dernière, qui dit-il finalement allé
    à des «personnes avec des connexions." Lorsqu'on lui a demandé où nous pouvions
    contact avec lui et ses amis, si nous devions, il sourit et
    secoua la tête. "Vous pouvez revenir en dix ans, dit-il,
    "Et nous serons assis ici."
    Daughton
    avatar
    dellyssienne

    Féminin Nombre de messages : 443
    Emploi/loisirs : informaticienne
    Date d'inscription : 04/12/2009

    Re: LA Harraga: DONNEZ-MOI LA DIGNITÉ ou la mort

    Message par dellyssienne le Lun 24 Jan - 12:36


    el haragga :c'est pas que pour l'argent mais la liberté.
    avatar
    PHOENIX
    Admin

    Masculin Nombre de messages : 2816
    Localisation : in the skies
    Humeur : Cool
    Date d'inscription : 22/02/2009

    Re: LA Harraga: DONNEZ-MOI LA DIGNITÉ ou la mort

    Message par PHOENIX le Sam 5 Mar - 18:00



    Remonté dans les filets d’un chalutier à Arzew
    Découverte du corps décapité d’un harrag



    Le corps d’un jeune harag, décapité et en état de décomposition avancée, a été repêché vendredi en début de soirée par un chalutier immatriculé à Arzew. Selon les marins‑pêcheurs, le corps a été remonté dans les filets à 600 miles de Cap Carbon, à Arzew. Le cadavre a été déposé au service de la morgue de l’hôpital d’El Mohgoune et une enquête a été ouverte par les services de sécurité concernés pour identification.

    Il est à noter que la ville d’Arzew a enregistré plusieurs opérations d’immigration clandestine dont certaines ont échoué, faisant plusieurs victimes en pleine mer. La dernière opération en date remonte au début du mois de janvier où pas moins de 18 harraga ont pris la mer, sans donner signe de vie à ce jour. L’un de ces derniers a été repêché la semaine dernière au large de Jijel. Il a été identifié grâce à son téléphone portable dans lequel les garde‑côtes ont découvert une séquence vidéo adressée aux parents du défunt.

    La dépouille du harrag décapité est toujours en cours d’identification, apprend-on de source sûre.

    TSA.


    _________________


    Le phoenix renait toujours de ses cendres.

    Contenu sponsorisé

    Re: LA Harraga: DONNEZ-MOI LA DIGNITÉ ou la mort

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 21 Aoû - 2:39